Les Entretiens AFC

Alain Marcoen

Entretien avec le directeur de la photographie Alain Marcoen, SBC, à propos de son travail sur "Deux jours, une nuit", des frères Dardenne
Sous le soleil de Liège

Alain Marcoen, SBC, forme avec le cadreur Benoît Dervaux l’épine dorsale du dispositif cinématographique des Dardenne. À l’occasion de Deux jours, une nuit, leur film le plus épuré scénaristiquement parlant et peut-être le plus travaillé à l’image, le directeur de la photo liégeois revient avec nous sur son travail avec les frères. (FR)
Alain Marcoen

Entretien avec le directeur de la photographie Alain Marcoen, SBC, à propos du film "Le Gamin au vélo" de Jean-Pierre et Luc Dardenne

Alain Marcoen a fait ses études au sein de l’Institut des arts de diffusion à Bruxelles. Peu attiré par la précision et la rigueur du poste de pointeur, il préfère démarrer en tant qu’électro. Travaillant peu à peu en documentaire et en fiction, il rencontre Jean-Claude Riga avec qui il commence à travailler en tant qu’opérateur.
Issu de la région de Liège, il est rapidement habitué à tourner des films traitant des problèmes sociaux de cette grande ville sidérurgique. En collaboration avec le cadreur Benoît Dervaux, autre fidèle des frères Dardenne, ils ont signé la mise en image de tous leurs films depuis La Promesse.
Pascal Marti

Où Pascal Marti, AFC, parle de son travail sur "Frantz", de François Ozon

Le parcours de Pascal Marti, AFC, est relativement éclectique. Il a éclairé de nombreuses publicités et collaboré avec des réalisateurs de long métrage tels que Cédric Kahn, André Téchiné, Patrice Chéreau, François Favrat, Claire Denis… Après avoir travaillé au côté de François Ozon sur Jeune et jolie et Une nouvelle amie, Pascal Marti remporte le César 2017 pour Frantz.
Pascal Marti

Le directeur de la photographie Pascal Marti, AFC, parle de son travail sur "Jeune & jolie", de François Ozon

Pascal Marti, AFC exerce le métier de chef opérateur depuis le milieu des années 1980. On lui doit beaucoup de longs métrages aux styles très différents (avec des réalisateurs tels Cedric Kahn, André Téchiné, Jean-François Stévenin…). Il a signé également de nombreuses campagnes publicitaires (aux côtés, entre autres, de Jean-Paul Goude ou Thierry Poiraud). Il signe aujourd’hui les images de Jeune & jolie qui marque le retour de François Ozon dans la course à la Palme d’or. (F. R.)
Stephan Massis

Entretien avec le directeur de la photo Stéphan Massis, AFC, à propos de son parcours et de son travail sur "Tout schuss", de Stéphan Archinard et François Prévôt-Leygonie

Stephan Massis, récemment entré à l’AFC, nous raconte son parcours professionnel et, à l’occasion de la sortie le 13 janvier 2016 du film Tout schuss, réalisé par Stéphan Archinard et François Prévôt-Leygonie avec José Garcia dans le rôle principal, nous commente ses choix techniques et en particulier son expérience avec le laboratoire Amazing Digital Studios. (VJ)
Vincent Mathias

Entretien avec Vincent Mathias, AFC, à propos de ses essais de l’Alexa
Essais projetés au Cercle Rouge chez TSF

Lors de la soirée de lancement de la nouvelle caméra Alexa d’Arri chez TSF, le 30 septembre dernier, plusieurs séries d’essais nous ont été projetées dont celles de Vincent Mathias.
Vincent nous a montré un comparatif entre l’Alexa et le film 35 mm, à la fois projeté en numérique et également en argentique. Nous avons pu apprécier la complémentarité des essais de Vincent avec ceux réalisés par Arri et ceux de TSF.
Vincent Mathias

Entretien avec le directeur de la photographie Vincent Mathias, AFC à propos du film "Le Nom des gens" de Michel Leclerc
En sélection à la Semaine de la critique 2010

Vincent Mathias signe son troisième film en RED.

 Comment présenteriez vous ce nouveau film ?

Vincent Mathias : C’est une comédie romantique sur fond d’utopie politique et de questionnement sur l’origine des gens. Un film un peu inclassable. L’histoire d’un couple que tout oppose et qui va vivre une histoire d’amour intense. Le réalisateur Michel Leclerc a débuté comme monteur et puis réalisateur pour Télé Bocal, une télévision libre très engagée politiquement. Le Nom des gens est son second long métrage après J’invente rien.

Vincent Mathias

Entretien avec le directeur de la photographie Vincent Mathias à propos du film "Une affaire d’état" d’Eric Valette
par François Reumont

Recueillir les propos des directeurs de la photographie est l’une des nombreuses activités de l’AFC. A l’occasion du Festival de Cannes, par exemple, nous publions des entretiens se rapportant au travail de directeurs de la photographie ayant un film retenu dans l’une ou l’autre des sélections, qu’ils soient ou non membres de l’association.
C’est dans cet esprit que nous proposons de lire ci-après un entretien avec Vincent Mathias dans lequel d’une part il parle de son travail sur Une affaire d’état d’Eric Valette (sortie le 25 novembre 2009) et d’autre part il fait le point sur l’utilisation, pour ce film, de la caméra de cinéma numérique Red One.
Claire Mathon

Entretien avec la directrice de la photographie Claire Mathon, AFC, à propos de son travail sur "Une vie violente", de Thierry de Peretti

Claire Mathon, AFC, porte des films singuliers, éclaire des premiers longs métrages puis accompagne fidèlement des réalisateurs tels que Maïwenn ou Alain Guiraudie. S’engageant avec sa caméra pour escorter la mise en scène, elle signe l’image d’Une vie violente, le 2e film du comédien et réalisateur Thierry de Peretti. Après Les Apaches, apprécié sur la Croisette en 2013, Thierry de Peretti revient à Cannes en sélection à la 56e Semaine de la Critique avec cette chronique corse, inspirée de faits réels et interprétée exclusivement par des comédiens du terroir.
Claire Mathon

La directrice de la photographie Claire Mathon, AFC, parle de son travail sur "Rester vertical", d’Alain Guiraudie

Filmer la nature et le rapport de l’homme avec elle est l’un des socles des films d’Alain Guiraudie. Après L’Inconnu du lac, qui remporte le prix de la mise en scène à Un certain regard en 2013, le réalisateur tourne son cinquième long métrage entre la Lozère, le Marais poitevin et Brest. Rester vertical, un film de loup, de paternité et de déchéance, concourt pour la Palme d’or de ce 69e festival de Cannes.
Claire Mathon

La directrice de la photographie Claire Mathon, AFC, parle de son travail sur "Les Deux amis", de Louis Garrel

Pour Les Deux amis, son premier long métrage comme réalisateur, Louis Garrel fait appel à la directrice de la photographie Claire Mathon, AFC. Elle a signé l’image d’un autre film présenté à Cannes en sélection officielle, Mon roi, de Maïwenn. Le travail de Claire Mathon sera de nouveau mis en lumière dans le film de Bruno Podalydès, Comme un avion, qui sortira en juin sur les écrans. Les Deux amis, dans lequel Louis Garrel interprète Abel, l’un des deux amis, est présenté en Séance spéciale à la Semaine de la critique et concourt pour la Caméra d’or. (BB)
Claire Mathon

La directrice de la photographie Claire Mathon, AFC, parle de son travail sur "Mon roi", de Maïwenn

C’est en 2006 et pour le premier film de Maïwenn, Pardonnez-moi, que Claire Mathon, AFC, devient directrice de la photographie. Elle a dernièrement éclairé le film d’Alain Guiraudie, L’Inconnu du lac, et le premier long métrage de Louis Garrel, Les Deux amis, en sélection à la Semaine de la critique. Après sa collaboration au cadre sur les deux derniers films de Maïwen, Claire Mathon signe l’image de son quatrième film, Mon roi, en Sélection officielle sur la Croisette. BB
Claire Mathon

La directrice de la photographie Claire Mathon parle de son travail sur "Trois mondes", de Catherine Corsini

Après des études de cinéma à l’Ecole Louis-Lumière, c’est avec Maïwenn et pour Pardonnez-moi que Claire Mathon éclaire son premier long métrage en 2006. Elle retrouve Maïwenn pour Le Bal des actrices et pour Polisse, au côté de Pierre Aïm, AFC. Elle a également fait l’image de Plein Sud (Sébastien Lifshitz), de La Vie au ranch (Sophie Letourneur) et de Angèle et Tony (Alix Delaporte).
Claire Mathon

Entretien avec le directeur de la photographie Pierre Aïm, AFC, et Claire Mathon à propos du film "Polisse" de Maïwenn

Pour son troisième long métrage, Maïwenn retrouve Pierre Aïm, AFC, qui avait éclairé Le Bal des actrices, et Claire Mathon qui cadre fidèlement tous les films de la réalisatrice. Outre cette complicité avec Maïwenn, Claire a éclairé, entre autres, Angèle et Tony d’Alix Delaporte et Plein Sud de Sébastien Lifshitz. L’expérience de Pierre Aïm sur des films très différents – depuis ses débuts en 1995 sur La Haine de Mathieu Kassovitz en passant par sa fidèle collaboration avec Samuel Benchetrit ou Antoine de Caunes – lui a permis d’aborder ce film de « fiction filmé comme un reportage où il n’est absolument pas question de lumière » avec beaucoup de sérénité.
Chris Menges

Entretien avec le directeur de la photographie Chris Menges, BSC, ASC
Par François Reumont pour l’AFC

Chris Menges, BSC, ASC, est le seul directeur de la photographie au monde à avoir non seulement remporté deux Oscars de la "Cinematography", en 1984 et 1986 (La Déchirure et Mission, de Roland Joffé), mais aussi le Grand prix du Jury à Cannes, en 1988, pour Un monde à part, photographié par Peter Biziou. Film qu’il a réalisé et qui obtenait également le Prix d’interprétation féminine ex æquo pour ses trois comédiennes.
Pierre Milon

Le directeur de la photographie Pierre Milon, AFC, parle de son travail sur "L’Atelier", de Laurent Cantet

C’est par une image apparemment simple, discrète, mais surtout évidente que l’on pourrait reconnaître le travail de Pierre Milon, AFC. Il collabore fidèlement depuis une vingtaine d’années avec Robert Guédiguian et Laurent Cantet, Anne Villacèque et Lucas Belvaux. Sortis de l’IDHEC la même année, il tourne avec Laurent Cantet son premier long métrage en 2001, L’Emploi du temps, puis il enchaîne avec Vers le sud, Entre les murs, Foxfire confessions d’un gang de filles et tout dernièrement L’Atelier projeté dans la section Un certain regard de ce 70e Festival de Cannes. (BB)
Pierre Milon

Le directeur de la photographie Pierre Milon, AFC, parle de son travail sur "Une histoire de fou", de Robert Guédiguian

Depuis une vingtaine d’années, Pierre Milon, AFC, travaille sur les films de Lucas Belvaux, Laurent Cantet, Anne Villacèque et Robert Guédiguian. Il collabore avec ce dernier pour un sixième film Une histoire de fou et ne trahit pas le goût du réalisateur pour les lumières chaudes de Marseille. Guédiguian renoue avec ses origines en s’appuyant sur l’histoire réelle d’un jeune Arménien en 1921. (BB)
Pierre Milon

Entretien avec le directeur de la photographie Pierre Milon, AFC, à propos du film "Les Neiges du Kilimandjaro" de Robert Guédiguian

Pierre Milon, AFC, a photographié les quatre derniers films de Robert Guédiguian. Déjà sur la Croisette avec L’Armée du crime en 2009, Guédiguian nous offre avec Les Neiges du Kilimandjaro un retour à un style qui a longtemps marqué son cinéma et dont le public se souvient certainement avec Marius et Jeannette.
Inspirés d’un poème de Victor Hugo Les Pauvres gens, Les Neiges du Kilimandjaro mélange les comédiens fidèles des films de Robert Guédiguian – Ariane Ascaride, Jean-Pierre Darroussin, Gérard Meylan – à ceux de la nouvelle génération : Grégoire Leprince-Ringuet, Anaïs Demoustier, Adrien Jolivet... Avec le port de Marseille et le soleil, bien sûr, en toile de fond !
Pierre Milon

L’Armée du crime
de Robert Guédiguian, photographié par Pierre Milon, AFC

Directeur de la photo sur le film de Laurent Cantet Entre les murs, Palme d’or 2008, Pierre Milon revient à Cannes pour le film hors compétition de Robert Guédiguian L’Armée du crime. C’est sa troisième collaboration avec le réalisateur-producteur et une nouvelle expérience pour chacun d’eux, avec ce film d’époque et sa foisonnante distribution.
Le film se situe dans le Paris occupé par les Allemands, autour de résistants devenus des héros, partisans étrangers qui vont harceler les nazis pour défendre le pays qu’ils aiment et qui symbolise pour eux la liberté.
Pierre Milon

Entre les murs
de Laurent Cantet, photographié par Pierre Milon, AFC

Pierre Milon, AFC, est issu de l’avant-dernière promotion de l’IDHEC (au côté de Dominik Moll entre autres, dont il signera l’image de son premier film Intimité).
Très vite, il se met à travailler en tant qu’opérateur autant sur documentaires que sur court métrage. Le passage à la fiction se fait par l’intermédiaire de Philippe Faucon qui lui confie la lumière de trois téléfilms. Depuis, il a collaboré avec Eric Zonca (Le Petit voleur), Lucas Belvaux (La Trilogie et La Raison du plus faible),ou Robert Guédiguian (Lady Jane).
Il est à Cannes 2008 en compétition officielle avec Entre les murs, son troisième long métrage avec Laurent Cantet.
Pierre Milon

Entretien avec Pierre Milon, AFC, à propos du film "La Raison du plus faible" de Lucas Belvaux

Après avoir collaboré avec Lucas Belvaux sur la Trilogie (Cavale, Après la vie et Un couple épatant) et deux téléfilms, Pierre Milon retrouve le genre polar avec La Raison du plus faible.
Un polar qui commence comme un film de Ken Loach, plutôt à caractère social. Liège est le lieu unique de ce film. D’anciens hauts-fourneaux vont disparaître, les ouvriers se retrouvent au chômage et vont organiser un casse pour voler l’argent de la vente de l’acier faite aux Polonais. Un univers âpre, une image stylisée... Pierre nous parle de son expérience sur ce film.
Eponine Momenceau

La directrice de la photographie Eponine Momenceau parle de son travail sur "Dheepan", de Jacques Audiard

Déjà à Cannes pour son premier long métrage, Regarde les hommes tomber, Jacques Audiard présente par la suite trois autres films en Compétition : Un héros très discret, Prix du scénario en 1996, Un prophète, Grand Prix du jury en 2009, et De rouille et d’os, en 2012. Pour son septième long métrage, Dheepan, en Compétition officielle de ce 68e Festival cannois, Jacques Audiard a choisi un acteur débutant inconnu dans le rôle central, à la manière de Tahar Rahim et Reda Kateb dans Un prophète(BB)
Reed Morano

Entretien avec la directrice de la photographie Reed Morano, ASC, à propos de "Meadowland", son premier film en tant que réalisatrice

Dans un entretien filmé, en anglais, la directrice de la photographie Reed Morano, ASC, parle de Meadowland, sa première réalisation présentée dans la compétition Premier Film de Réalisateur. De mélanger les cartes, du travail de la caméra, du matériel, de la scène de la cuisine, de celle du bar, de ne jamais tourner avec des animaux et/ou des enfants, d’être une "ex-directrice de la photo"...
Robby Müller

Entretien avec Claire Pijman, NSC, à propos de "Living the Light - Robby Müller", qu’elle a réalisé et photographié
"Le journal d’un artiste", par François Reumont pour l’AFC

Dans un documentaire touchant et original, la directrice de la photographie et réalisatrice néerlandaise Claire Pijman, NSC, offre un portrait du chef opérateur Robby Müller, NSC, collaborateur mythique de Wim Wenders, Jim Jarmusch et Lars Von Trier. Le film est bâti sur une série d’archives personnelles transmises à la réalisatrice par Robby Müller dans les dernières années de sa vie. La maladie l’empêchant alors de s’exprimer, c’est avant tout à travers ce journal intime tourné en vidéo 8 mm que l’artiste nous transmet un précieux testament, plusieurs cinéastes venant en complément partager leur souvenirs. (FR)