Cinéboutique, la boutique cinéma

Accueil de l'AFC > Points de vue > Remue-méninges

Remue-méninges

  • 1er octobre 2006 - Remue-méninges

    "L’Animalité" - A propos de "Flandres", un film de Bruno Dumont

    par Jean-René Duveau

    Par Yves Cape Caroline Champetier

    Que notre ami Charlie Van Damme se rassure, et nous aussi avec lui, la rubrique remue-méninges n’a pas sombré entièrement dans le domaine de l’oubli, nous l’avons de nouveau rencontrée. Ou, plus exactement, Caroline Champetier nous permet qu’elle réapparaisse dans ces pages, nous ayant fait parvenir le texte que vous lirez en annexe. Jean-René Duveau, son auteur, y évoque pour nous les réflexions que lui inspire le cinéma de Bruno Dumont, après avoir vu son film Flandres. Il y expose sa représentation personnelle du " réel " au cinéma et revient sur la photographie d’Yves Cape.

  • 1er avril 2005 - Remue-méninges

    Remue-méninges

    rubrique animée par Charlie Van Damme

    Par Charlie Van Damme

    La rubrique remue-méninges commence à prendre consistance et à voler de ses propres ailes.
    Trois textes viennent ce mois-ci l’enrichir. L’un d’entre eux mérite un mea culpa.
    Le mois dernier, Charlie Van Damme avait pris la peine de rédiger une NDLR pour nous permettre, en rappelant quelques informations basiques, de mieux digérer le Repas de tournage de Diane Baratier et de comprendre l’origine des gargouillis émis par certains projecteurs. Cette note devait prendre place dans ladite rubrique, mais cela n’a pas été fait, par omission. Aucune excuse, si ce n’est une légère surchauffe neuronale due à la préparation du Micro Salon...

  • 1er avril 2005 - Remue-méninges

    Au premier siècle

    par Francine Lévy

    Au premier siècle, Pline l’ancien, prenant sa plume pour écrire ce qui sera la première histoire de l’Art de notre ère, notait avec quelque amertume que les images n’étaient plus ce qu’elles avaient été, et que celles qu’on voyait maintenant étaient beaucoup moins " ressemblantes ". Quelles étaient ces images si ressemblantes qu’il semblait regretter ?

  • 1er avril 2005 - Remue-méninges

    Mais pourquoi ça fait du bruit ?

    par Charlie Van Damme

    Par Charlie Van Damme

    Commençons par ce qu’il y a de pire : les gradateurs ou jeux d’orgue.
    Un filament tungstène et bobiné sur lui-même, un peu comme un ressort. Une sorte de self donc (mais sans entrefer, heureusement) qui par définition s’oppose au variations de tension . Alimenté en courant alternatif à la tension nominale, c’est miracle qu’on n’entende rien.

  • 1er avril 2005 - Remue-méninges

    Le Micro et Le Joker

    par Marc Galerne, K5600

    Forcément, je ne pouvais rester sans réaction à l’article de Diane Baratier rapportant les propos informels de l’ingénieur du son Jean Umansky.
    D’abord, il y a la réaction épidermique qui ne se contrôle pas : on attaque les fabricants de projecteurs (dont nous, K5600) et on cite un Joker 400 (donc nous, K5600). Je frôle la parano, je rentre chez moi le soir et je me dis que, finalement, un bon verre de vin vaut bien mieux que toute cette polémique.

  • 1er mars 2005 - Remue-méninges

    Repas de tournage

    par Diane Baratier

    Par Diane Baratier

    En ce moment, je suis sur le film de Charles Belmont.
    Aujourd’hui, à midi, le sujet lancé à table tourne autour des nuisances sonores dues aux nouvelles gammes de projecteurs.
    La conversation est entre Jean Umansky, ingé son, Cafer Ilhan, chef électro et David Grinberg, assistant caméra. Avec délectation, j’écoute pour mieux comprendre : depuis quelques films, je me demande pourquoi les micros ne sont jamais satisfaits des limites du cadre. Alors qu’ils sont de plus en plus performants !

  • 1er mars 2005 - Remue-méninges

    Passagère du silence

    de Fabienne Verdier

    C’est un livre autobiographique. Fabienne Verdier part pour la Chine dans les années 1980 étudier la peinture traditionnelle chinoise. Elle se retrouve dans une université du Sichuan, province à l’Ouest de la Chine. Mise à l’écart dès le début, elle parvient à rencontrer un des derniers calligraphes, survivant de la Révolution Culturelle, Maître Huang. Les lignes qui suivent m’ont semblé s’adresser à l’image d’un film.

  • 1er janvier 2005 - Remue-méninges

    L’Ethique du masque

    par Charlie Van Damme

    Par Charlie Van Damme

    Il y a un an, j’étais convié à participer à un colloque universitaire à Jussieu autour du thème " Masques et Lumière ". Je leur ai proposé ce texte, l’idée étant de ramener les considérations de l’aimable assemblée à des choses un peu plus concrètes, premières. Etant donné le contexte de départ, soyez indulgents pour la forme un peu trop didactique à mon goût.
    N’hésitez pas à prendre la balle au bond et de vous emparer de vos stylos, ce serait dommage que " Remue-méninges " devienne " La Rubrique à Charlie " !

  • 1er juillet 2004 - Remue-méninges

    Développer la rubrique " remue-méninges "

    par Charlie Van Damme

    Par Charlie Van Damme

    Voilà le projet que nous avons concocté, Jean-Jacques Bouhon, Jean-Noël Ferragut et moi : faire vraiment vivre cette rubrique, à la fois sur papier et sur le site de l’AFC. A l’origine, il y avait ce pamphlet, Envisager le cinéma autrement, par lequel je prétendais lancer un mouvement de réflexion qui devait dépasser les considérations sectorielles, strictement structurelles ou techniques, universitaires ou critiques.

  • 1er juin 2004 - Remue-méninges

    Encore un texte autour du numérique !

    par Charlie Van Damme

    Par Charlie Van Damme

    Encore un texte autour du numérique ! Oui, mais pas comme d’hab. Il fait écho à " Libérons Les Ecrans ", aux préoccupations des sociétés d’auteurs à propos de leurs droits, de la notion même d’œuvre, de l’identité entre original et copie. Surtout, il avance l’hypothèse d’une économie de la gratuité ! Ça pose au moins une question : la fabrication ne sera jamais gratuite, alors, qui payera ? La pub, comme à la télé, avec les résultats qualitatifs que l’on sait ? (...)

  • 1er juin 2004 - Remue-méninges

    Le numérique, fils du vent

    par Wladimir Mercouroff et Dominique Pignon

    Wladimir Mercouroff est professeur, secrétaire de la fondation de l’Ecole normale supérieure, et Dominique Pignon directeur de recherche au CNRS, laboratoire de physique théorique de l’Ecole normale supérieure.

    Le cycle d’innovation de la technologie numérique n’est pas achevé. Les performances actuelles des technologies seront multipliées par 10 ou 100 dans les années qui viennent, à prix constant ou décroissant.


  • 1er juin 2004 - Remue-méninges

    Lettre ouverte

    de Jimmy Glasberg

    Par Jimmy Glasberg

    Bonjour,

    Bien reçu le texte intitulé " Remue-méninges " supplément éditorial à la Lettre du mois dernier.


  • 1er mai 2004 - Remue-méninges

    Emmanuelle Demoris

    par Charlie Van Damme

    Par Charlie Van Damme

    Emmanuelle Demoris, qui m’a fait parvenir le texte joint ci-dessous, est scénariste et cinéaste documentaire.

    Elle a longtemps bourlingué autour du bassin méditerranéen et en particulier en Egypte où elle a réalisé un documentaire qu’elle est en train de monter.


  • 1er mai 2004 - Remue-méninges

    A propos des petites caméras et du reste

    par Emmanuelle Demoris

    A force de miniaturiser les composants, on en est venu à ces minuscules caméras vidéo que l’on tient à la main. Occasion pour l’indépendant de renforcer son autarcie, pour l’industrie de baisser ses coûts de production. Tout le monde est content. C’est une expérience singulière que l’usage de ces machines. Après plusieurs voyages de tournage dans un champ plutôt documentaire, ça fait gamberger. Point de départ.

  • 1er avril 2004 - Remue-méninges

    Libérons les écrans !

    par l’ACID, association de cinéastes (manifeste envoyé par Charlie Van Damme)

    Par Charlie Van Damme

    la rubrique à Charlie(manifeste envoyé par Charlie Van Damme) Aujourd’hui, en France, il y a 5 280 écrans, quand en 1993 il y en avait 4 272 : soit 1 008 écrans de plus en 10 ans. Cela devrait être une bonne nouvelle pour le cinéma. Et bien non ! Ne soyons pas dupes : ces écrans n’ont pas pour vocation d’offrir plus de diversité ! L’espace et la durée d’exposition des films indépendants sont aujourd’hui de plus en plus réduits, et menacés. Pourtant, ces mêmes films, s’ils sont maintenus dans la durée avec un nombre suffisant d’écrans, trouvent un public et une cohérence économique. L’extrême marginalisation d’un pan entier du cinéma met en danger l’ensemble de la production de films : c’est la création qui est ainsi attaquée, c’est-à-dire le fondement même du système qui permet au cinéma français d’exister.

Pages-1-2-

Tout l'univers AFC