3000 nuits

3000 Nights
Après mon premier rendez-vous avec Mai Masri, à Amman, je repars avec une dizaine de DVD dont la plupart sont des documentaires. Quelques-uns ont été réalisés par elle-même et ont déjà fait le tour du monde des plus grands festivals.

La forme que souhaite épouser Mai Masri pour son premier long métrage de fiction est claire : ce sera du "cinéma vérité" ! Toute l’action de 3000 Nights [1] se passe en prison…
Pour des raisons de production - et parce que cela nous éloignerait du postulat de départ - le studio n’a jamais été envisagé malgré les très étroites cellules dans lesquelles nous restons enfermés des semaines.
Après que Mai ait envisagé deux prisons différentes, je lui suggère de n’en choisir qu’une seule afin de privilégier ce qui se joue et non pas ce qui apparaît.
Impossible de ne pas souligner au passage la qualité des interventions du chef décorateur Hussein Baydoun avec lequel j’avais déjà collaboré sur L’Aube du monde [2], d’Abbas Fadhel, en Egypte.

Comme lors du tournage du film Dans les forêts de Sibérie [3], je choisis la caméra Sony F55 en raison de son ergonomie à l’épaule et de sa forte capacité à encaisser les chocs thermiques. Nous tournons cette fois régulièrement à + 40° car c’est l’été aussi, en août, en Jordanie !
J’ajoute à cette caméra un seul objectif, le 28-76 de la gamme Optimo d’Angénieux. Ce zoom nous permet à la fois de changer de focale au cours d’un même plan sans interrompre la comédie et implique également le fait que je ne sois jamais très loin de Layal, le personnage principal.
J’ajoute à ce dispositif de prise de vues mon Nikon et un 50 mm Nikkor afin d’enregistrer, parallèlement au tournage, de longs time laps qui auront pour but de donner vie à des ombres et de marquer le temps qui passe…

J’ai toujours conçu mon métier de "directeur de la photographie" comme un véritable engagement auprès d’un ou d’une cinéaste… Mais sur 3000 Nights, cette notion d’engagement prend un sens encore plus grand.
La plupart des comédiennes (il s’agit d’une prison de femmes) ne se sont jamais retrouvées devant une caméra ou sur des planches de théâtre. En revanche, elles ont, pour la plupart d’entre elles, vécu cet enfermement. Toutes sont palestiniennes.
Comme si cette mise en abyme ne suffisait pas, le conflit israélo-palestinien [4] est à son paroxysme cet été 2014 alors que nous tournons à quelques kilomètres de la frontière israélienne. Des comédiennes et des techniciens ne peuvent pas rentrer en Cisjordanie car les aéroports de Tel-Aviv et Jérusalem sont fermés.

Mai n’a eu de cesse d’avoir peur de trahir "la vérité" en prenant trop de distance avec "la réalité" au cours de son tournage… Je lui suggère tout de même de glisser au sein de 3000 Nights quelques images oniriques et de voir ensuite, au montage, comment ces scènes se conjugueront avec l’hyper réalisme de son film…
Quel plaisir de découvrir plus tard, sur grand écran, un petit oiseau en bois prendre son envol et passer à travers les grilles et les murailles des cellules qui portaient encore les stigmates des prisonniers qui les avaient occupées quelques mois avant notre arrivée… Bravo à Michèle Tyan pour l’élégance et l’efficacité de son montage…

J’espère que ce film ne subira plus en France une censure [5] uniquement parce qu’un maire appliquait un "principe de précaution" sans jamais avoir vu une image de 3000 Nights qu’une association de cinéphiles voulait mettre en avant. Il suffit de regarder les spectateurs à la fin d’une projection pour réaliser que 3000 Nights est une invitation au dialogue, et surtout pas l’inverse.

3000 Nights aura été aussi, pour mon assistant Samuel Lahu (devenu depuis officiellement directeur de la photographie avec Mercenaire, de Sacha Wolf) et moi-même, l’occasion d’imaginer un blog [6] au cours du tournage avec la complicité d’Isabelle et Jean-Noël à l’AFC. Blog sur lequel nous postions deux photos par jour, histoire sans doute d’ouvrir des fenêtres quand l’atmosphère était parfois très lourde au sein d’une prison dans laquelle je ne souhaite à personne de séjourner…

3 000 Nuits
Réalisatrice : Mai Masri
Nour Productions - Les films d’ici – Orjouane Productions

Dans me portfolio ci-dessous, quelques images de scènes de 3000 Nuits.

Portfolio

Équipe

DoP : Gilles Porte, AFC
1er assistant caméra : Samuel Lahu
Chef électricien : Hosni Baqa
Chef machiniste : Basil Asaad

Technique

Matériel caméra : TSF Caméra (Sony F55 et Nikon D700, zoom Angénieux Optimo 28-76 mm et optique Nikkor 50 mm)