5050 pour 2020

Par Jeanne Lapoirie, AFC

par Jeanne Lapoirie La Lettre AFC n°287

[English] [français]

J’ai fièrement participé à la très marquante montée des marches de 82 femmes, organisée par le collectif 50/50 pour 2020 en faveur de plus de parité et plus d’égalité (notamment salariale) dans le 7e art. 82 femmes pour incarner les 82 femmes sélectionnées en compétition officielle à Cannes depuis ses débuts contre 1 688 hommes. Avec seulement deux Palmes d’or décernées à des femmes. Très beau texte simple et percutant lu par Cate Blanchett en anglais et repris par Agnès Varda en français.

Moment très émouvant qui ouvre, on l’espère, une ère plus favorable aux femmes et qui s’est poursuivi, le lendemain, par une table ronde, toujours organisée par le collectif, avec entre autres, le CNC et la ministre de la Culture. Une charte pour la parité et la diversité, et pour plus de transparence dans les festivals de cinéma, a été signée par Thierry Frémaux, délégué général du Festival, Édouard Waintrop, délégué général de la Quinzaine des réalisateurs, et Charles Tesson, délégué général de la Semaine de la Critique.

Montée des marches des 82 femmes !

Je vous joins le texte lu par Cate Blanchett et Agnès Varda :

« 82 femmes se tiennent sur ces marches aujourd’hui.
82 : c’est le nombre de films réalisés par des femmes invités à concourir en Compétition officielle depuis la première édition du Festival, en 1946. Dans le même temps, 1 688 hommes ont pu grimper ces mêmes marches.
En soixante-et-onze années de ce Festival si renommé, le Jury a été présidé par douze femmes seulement. La prestigieuse Palme d’or a été décernée à 71 réalisateurs, trop nombreux pour être cités un par un mais seulement deux réalisatrices : Jane Campion, qui est avec nous en pensée, et ma pomme, Agnès Varda. La palme de Jane était ex æquo, et la mienne honoraire… Ces chiffres sont éloquents, irréfutables.
Les femmes ne sont pas une minorité dans le monde et pourtant notre industrie dit le contraire. Nous voulons que ça change. Nous sommes actrices, productrices, réalisatrices, scénaristes, directrices de la photographie, agents artistiques, monteuses, distributrices, exportatrices. Nous travaillons toutes dans l’industrie du cinéma. Nous sommes solidaires des femmes de toutes les industries.
Nous mettons au défi nos institutions pour organiser activement la parité et la transparence dans les instances de décision et partout où des sélections se font.
Nous mettons au défi nos gouvernements et nos pouvoirs publics d’appliquer les lois sur l’égalité salariale.
Nous demandons l’équité et la réelle diversité dans nos environnements professionnels.
Nous désirons travailler main dans la main avec nos collègues hommes, et prendre nos responsabilités pour créer derrière et devant la caméra des images dont nous croyons fermement qu’elles permettent la prise de conscience. Il est temps que toutes les marches de notre industrie nous soient accessibles.
Allons-y ! »

Je vous invite a vous rendre sur le site du collectif 50/50 pour 2020 où vous trouverez le détail des buts du collectif, leurs actions et une étude très claire sur les inégalités salariales, la répartition femmes-hommes dans les métiers du cinéma mais aussi dans les différents festivals, aux César et derrière la caméra (réalisateurs.trices).