Atelier filmique au Festival européen du Film court de Brest

Par Rémy Chevrin, AFC

par Rémy Chevrin La Lettre AFC n°215

A l’occasion de la 26e édition du Festival Européen du Film Court de Brest qui s’est tenu du 8 au 13 novembre 2011, les responsables de l’événement l’Association Côte Ouest, en association avec l’UBO (Université Brest Ouest filiale ISB image et son) m’ont proposé d’animer un atelier/workshop sur un thème libre et dispensé aux étudiants Master de la faculté. Il s’agissait de compléter un travail de l’UBO autour de l’image et de la lumière, les étudiants ayant une formation polyvalente image/son.

Cet atelier a eu lieu dans les locaux du Quartz, structure théâtrale régionale bretonne qui accueille depuis maintenant de longues années le festival européen.
L’idée était de cumuler une démarche pédagogique auprès des étudiants, tout en proposant au public du festival d’assister à un travail de tournage et de réflexion sur la fabrication d’images. J’ai donc eu libre choix des thèmes abordés, laissant aussi aux jeunes la possibilité de travailler sur d’autres thématiques de tournage ou de lumière qu’ils n’auraient pas étudiés cette année.

L’atelier s’est déroulé en trois temps, commençant par une conférence à l’université durant laquelle je présentai mon métier, sa définition mais aussi le travail du binôme réalisateur/opérateur, ceci auprès d’un parterre d’étudiants, de professeurs et de public cinéphile. Nous avons décidé, avec le responsable des études au sein de l’UBO, Mathieu Paquier, de couper l’atelier en deux afin de privilégier le contact et l’intimité des groupes de travail : deux fois deux jours de travail avec deux groupes de six étudiants dans un espace studio noir équipé du matériel de l’université. Equipés d’une Panasonic P2HD et d’un Canon 5D, nous avons navigué entre plusieurs thèmes dont le principal était la pénombre à l’image.

Munis de ces deux outils et de quelques lumières (Joker Bug 400 et 800, Mizar et blondes), nous avons exploré avec une certaine naïveté mais aussi d’une façon ludique ce qu’est la pénombre, le noir, son sens dans la narration. Il fut passionnant de relier les outils au récit et les étudiants se sont rendus compte de ce que représentait l’acte de filmer, poser une caméra, choisir un point de vue. Quelques notions basiques sur les capteurs, le CMOS, la profondeur de champ, les perspectives ont nourri leurs réflexions et leurs questionnements.
Nous avons aussi travaillé sur les thèmes suivants : caméra à l’épaule, articulation des plans entre eux dans une courte scène d’extérieur, qu’est-ce que la beauté au cinéma et comment se conjugue-t-elle sur les gros plans ? Tourner un plan entre chien et loup (préparation et disposition), la problématique du plan séquence et son travelling (affaire de morale ???), etc.

L’expérience fut tout à fait passionnante, les groupes très homogènes étaient motivés, et j’ai été entouré merveilleusement par l’équipe responsable : Anne Flageul, Vanessa Le Bris, Mathieu Paquier, Erwann Le Morvan, que je remercie pour leur dévouement. Sans oublier la très sympathique équipe de projectionnistes !!!
Je tiens à signaler aussi que j’ai passé un très bon moment dans la grande salle de projection puisque j’ai pu assister à quelques projections dont le film d’ouverture du festival : un ciné-concert en présence du groupe Bikini Machine de Rennes qui a, avec beaucoup d’humour, rockn’rollé la bande son du film Desperado en direct sur scène... une belle expérience de salle mais aussi la soirée Midnight Show, un must de la nuit du festival puisque dédiée aux films courts d’horreur (mais aussi les projections sous-titrées pour les sourds et malentendants avec une " translator woman " en direct sur scène).

Enfin un grand bravo à Massimiliano Nardulli, l’incontournable programmateur de ce festival plein de vitalité et de bonheur que suit l’ensemble des Brestois et Finistériens.
Une petite déception : la qualité des projections due au fait d’accueillir le festival dans un ensemble théâtral trop peu équipé en projection haute qualité... mais des partenariats doivent s’envisager !!! Avis aux amateurs fabricants et prestataires …
Je lance aussi l’appel au futur directeur de la photographie qui voudrait tenter cette expérience d’atelier l’année prochaine...

"La Délicatesse" de David et Stéphane Foenkinos, photographié par Rémy Chevrin, à l’affiche à Brest