Bruno Nuytten

Réalisation
Direction de la photographie

Index des termes :

Bruno Nuytten;Nuytten

Résultats de la recherche

Films (116)

|

Articles (116)

Où Caroline Champetier, AFC, parle de "Nuytten/Film", qu’elle a réalisé sur Bruno Nuytten et son travail
Documentaire projeté en avant-première le 5 juillet 2015 au FID de Marseille

Entretiens avec des directeurs de la photographie

Sélectionné au festival FID de Marseille, le documentaire réalisé par Caroline Champetier sur Bruno Nuytten sera projeté le 5 juillet en avant-première. La réalisatrice et directrice de la photographie Caroline Champetier, AFC, nous parle de ce portrait sensible d’une légende de l’image de film qui a brutalement décidé de mettre un terme à sa carrière après douze années continues de travail sur les plus grands films français des années 1980. (FR)

In which Caroline Champetier, AFC, discusses “Nyutten/Film”, a film she directed about Bruno Nuytten and his work
The documentary was screened on 5 July 2015 at the FID in Marseille

Entretiens avec des directeurs de la photographie

Selected for the Marseilles FID Festival, the documentary directed by Caroline Champetier on Bruno Nuytten was screened on 5 July. Director and cinematographer Caroline Champetier, AFC, discusses this sensitive portrait of a legendary cinematographer who brutally decided to end his career after twelve continuous years of work on some of the greatest French films of the 1980s. (FR)

"Nuytten/Film : Ombre et lumière"

Propos et entretiens

Dans "Carnets", une rubrique du site Internet du cinéma Café des images à Hérouville-Saint-Clair (Calvados), un billet de David Vasse salue le « projet rare que celui entrepris par Caroline Champetier, pour un film [Nuytten/Film] dont on aurait tort de croire qu’il s’agit simplement d’un hommage ou d’un essai sur une ancienne gloire de la photographie du cinéma français », Bruno Nuytten.

Table ronde : les aventures digitales de l’image
dans les Cahiers du Cinéma de mars 2006

Propos et entretiens

A lire dans les Cahiers du Cinéma de mars un dossier sur " les aventures digitales de l’image ", composé d’une part, d’une table ronde réunissant Bertrand Bonello, Caroline Champetier, AFC Gilles Gaillard (Mikros Image), Eric Gautier, AFC et Barbet Schroeder et d’autre part, d’un entretien avec Denis Lenoir, AFC recueilli par Jean-Michel Frodon. rappelons que la revue avait consacré en février un article intitulé " Les chefs opérateurs rédigent leur charte " dont le sujet était, comme de bien entendu, la Charte de l’image de l’AFC (...)

Plus Camerimage : Master Class de Pierre Lhomme, avec la participation de Bruno Delbonnel
par Benjamin B

Camerimage

Je reste fidèle au festival Plus Camerimage, ayant fait le voyage en Pologne une douzaine de fois, et notamment la première année à Torun. Malgré quelques problèmes de fonctionnement, ce festival est devenu incontournable, pour les rencontres qu’on y fait, pour ses projections et aussi pour ses ateliers (Workshops) et ses cours magistraux (Master Class) avec un public d’une centaine d’étudiants du monde entier.
Cette année, j’ai eu la chance de modérer deux Master Class et de participer au Workshop AFC. Rémy Chevrin m’a demandé si je voulais bien faire un compte-rendu de mon expérience. Le voici.

Les trois vies professionnelles de Philippe Tourret
Par Caroline Champetier, AFC

Nouveaux venus à l’AFC

Nous sommes particulièrement honorés de compter dorénavant Philippe Tourret parmi les membres consultants de l’AFC. Honorés parce que la rigueur et la droiture l’ont guidé sur les trois vies professionnelles où nous l’avons croisé : à l’étalonnage photochimique chez Eclair, dans les années 1980 ; sur les plateaux de Rappeneau, Sissako, Loizillon…, dans les années 1990 ; à nouveau au service numérique et patrimoine d’Eclair, dans les années 2000 où son exigence et son intelligence protégeaient nos images.

Bernard Zitzermann, décisif et influant
Par Eric Gautier, AFC

Bernard Zitzermann

Fin de l’année scolaire 1981, l’été s’annonce, je suis en première année de l’École Louis-Lumière, j’ai vingt ans. Inimaginable pour moi de partir en vacances (cela s’est confirmé toute ma vie !), je veux participer à un tournage, moi qui viens d’un monde si lointain du cinéma…

Cinematographer Eric Gautier, AFC, discusses his work on Jia Zhang-ke’s film "Ash Is Purest White"

Les entretiens au Festival de Cannes

Director Jia Zhangke is one of the most critically acclaimed Chinese director and the one best-loved by international audiences. He has already presented a number of films at Cannes (I Wish I Knew, A Touch of Sin, Mountains May Depart). He entrusted Eric Gautier, AFC, with the cinematography of his last feature-length film. Eric Gautier is the cinematographer of France’s greatest directors (Arnaud Desplechin, Olivier Assayas, Alain Resnais, Patrice Chéreau) and also shot Into the Wild, On the Road, and Hotel Woodstock for Ang Lee. He is accompanying Jia Zhang-ke on his walk up the red carpet at Cannes this year, where the film Ash Is Purest White is in official competition. (BB)

Eric Gautier, AFC, un perpétuel désir
Par Ariane Damain Vergallo pour CW Sonderoptic – Leica

Portraits de directeurs de la photographie dans l’optique de Leitz

Quand il était enfant, Eric Gautier passait de longs moments à Bondy, dans le magasin de fleurs de sa grand-mère. Il rêvassait en dévorant les albums de Tintin, ne sachant pas encore que son désir de cinéma naîtrait là, au milieu des couronnes mortuaires, et qu’il dirait bien plus tard : « Je dois tout à Hergé ».

Micro Salon AFC 2010 : à la lumière de ses 10 bougies d’anniversaire
par Caroline Champetier, Jean-Noël Ferragut et Eric Guichard

2010

Il aurait fallu bien plus que neige en bourrasques et frisquet matinal pour arrêter dans leur élan les quelques 2 500 visiteurs venus fréquenter les différents espaces que La fémis avait une fois encore mis aimablement à notre disposition pour cette 10e édition du Micro Salon.

Ce rendez-vous annuel étant devenu au fil des ans un moment de saine curiosité pour les cinéastes de tous poils, de convivialité partagée, d’échanges plus personnels, professionnels ou techniques, peu souhaitent le manquer, même si l’air du temps ne facilite pas aujourd’hui le quotidien de nombre d’entre nous.

L’éditorial de la Lettre de janvier 2010
par Caroline Champetier

Editoriaux de la Lettre

Durant ces derniers mois, nous – membres du bureau et initiateurs des " dialogues actifs " – avons été saisis par la justesse et la profondeur des contributions à ces " dialogues actifs " entre les membres de l’AFC. Nous choisissons, en ce début 2010, de laisser place à l’un d’entre eux, dont la distance, tant dans l’expérience que dans la situation géographique, permet de comprendre que nos préoccupations doivent nous permettre d’échanger sans relâche, pour construire un avenir à notre métier.
Voici un extrait de la contribution de Philippe Rousselot, AFC, ASC à ces " dialogues actifs ".

L’éditorial de la Lettre de mars 2010
"En avant Mars !" par Caroline Champetier

Editoriaux de la Lettre

Février a été un mois chargé pour l’AFC. Un Micro Salon particulièrement riche en présentations et contenus qui a reçu un nombre accru de visiteurs, dont une cinquantaine de membres de l’AFC, ainsi que la visite de nos hôtes, Raoul Peck, Marc Nicolas, Marc Urtado, et celle de nos tutelles CNC et Ministère de la Culture représentées par Guillaume Blanchot et François Hurard.
Les 45 de nos associés qui ont répondu présents savent que la réussite de ce moment de cinéma leur appartient. (Voir dans la rubrique Evènements AFC leurs témoignages)

L’éditorial de la Lettre de février 2010
par Caroline Champetier, présidente de l’AFC

Editoriaux de la Lettre

L’AFC a 20 ans.

Le Micro Salon a 10 ans.

C’est avec enthousiasme et détermination que nous offrons à nos associés, à nos membres, aux étudiants et aux enseignants de cinéma, à nos collaborateurs les plus proches, assistants, électriciens, machinistes ainsi qu’aux producteurs, directeurs de production, cinéastes curieux de technique, un espace d’expérimentation, de rencontre, de convivialité professionnelle, libre et dégagé des enjeux de marketing dont nos outils sont trop souvent " objets ".

C’est notre vocation associative, c’est aussi notre volonté, de rester maîtres de nos pratiques, non pas dans le sens d’un rapport de force, mais dans le sens d’une maîtrise artistique, technique intellectuelle et morale dont les films ont besoin.

Bienvenue à tous, que gestes, regards, paroles soient libres, inventifs et joyeux.

Caroline Champetier

William Lubtchansky
par Caroline Champetier, AFC

William Lubtchansky

Willy je m’adresse à toi, tant le sentiment est violent d’une conversation interrompue.
Depuis plusieurs mois, années même, il nous était venu à l’esprit, Bob Alazraki, Jean-Pierre Beauviala et moi de nous entretenir avec toi, bien sûr autour de ton impressionnante carrière, à propos de films précis que tu as magnifiés par ta vision, mais aussi au sujet de ta vie dont chacun ici connaît des parcelles plus ou moins étendues, car derrière ton extraordinaire aisance humaine, faite de générosité, d’instinct, de timidité aussi, tu étais un homme secret, mystérieux, qui cachait ses effrois, on allait avec toi de découverte en découverte, on voyageait, comme tes ancêtres sans doute.

L’éditorial de la Lettre de septembre 2010
par Caroline Champetier

Editoriaux de la Lettre

Il y aurait plusieurs façons de raconter ou de renseigner nos associés sur ce qu’est le Dialogue-Actif. Autant de manières que de directeurs photo membres de l’AFC. Je pourrais également partir de la réunion historique du 19 juin qui a vu 37 d’entre nous se réunir, dont certains n’étaient jamais venus à aucune assemblée (53 étaient représentés), pour essayer de définir une conduite, comme on le dit en musique, devant la situation qui entame plus ou moins violemment la cohérence de nos métiers.

L’éditorial de la Lettre de décembre 2010
par Caroline Champetier et Pierre-William Glenn

Editoriaux de la Lettre

Aujourd’hui le rythme et la façon dont les outils d’enregistrement des images viennent à nous se sont considérablement modifiés.
Il a peu de temps encore, le mouvement d’un directeur de la photographie et de ses assistants vers une caméra, une pellicule, un traitement chimique ou numérique se faisait progressivement. Certains d’entre nous adoptaient une machine et un processus de fabrication des images avec constance, d’autres rejouaient leur choix d’un film à l’autre, il en était ainsi des équipes et des relations avec les prestataires associés à notre travail.

L’éditorial de la Lettre de février 2011
par Caroline Champetier, AFC

Editoriaux de la Lettre

Le Micro Salon 2011, 11e édition, ouvre grandes ses portes les 4 et 5 février.
Si nous nous engageons aux côtés de nos associés pour faire de cette manifestation un moment incontournable, c’est parce que l’intérêt que nous portons à nos/vos outils et à nos/vos méthodes de travail restent le signe le plus sûr de la responsabilité que nous continuons et continuerons d’ASSUMER pour les films, avec les metteurs en scène, producteurs, directeurs de production et avec nos équipes d’assistants, d’électriciens et de machinistes.

Eric Gautier, AFC, a never-ending desire
by Ariane Damain Vergallo for CW Sonderoptic – Leica

Portraits de directeurs de la photographie dans l’optique de Leitz

As a child, Eric Gautier spends a long time in his grandmother’s flower shop in the Paris suburb of Bondy. He daydreams while devouring the Tintin comic albums (conceived and designed by Belgian artist-auteur Hergé), not knowing yet that his desire for cinema would be born right there in the midst of mortuary crowns and that, much later, he would say : "I owe everything to Hergé".

Editorial by Caroline Champetier, AFC president
May 09

Editoriaux de la Lettre

As it does each year, the Cannes Film Festival will make the film planet go round at 300 miles per hour. There are no speed limits in Cannes... Films of great directors and other unknown ones will be screened in the best possible conditions (which is not true of all the festivals), films whose modes of production techniques are increasingly hybrid : both photochemical and digital, as much in production as in post.

Editorial of the AFC Newsletter 186, April 2009
by Caroline Champetier, president of the AFC

Editoriaux de la Lettre

As Veronique Cayla (director of the French National Cinema Center) pointed out during her 2009 new year greeting, there is still as much money for film as ever.
But today the "sources" where producers seek funding for their films have multiplied : TV channels, regions, Sofica, tax credits, etc. This brings together non-converging co-producers, each protecting their own investment and the film can easily deviate from its original draft. But in no way does this multiplication imply a lack of money.
How is it then that our work tools have become so degraded ?

Julien Poupard, AFC, Twixt fairies and loonies
by Ariane Damain Vergallo on behalf of CW Sonderoptic - Leica

Portraits de directeurs de la photographie dans l’optique de Leitz

Every summer, in the house near Paris that his grandfather shared with his family, Julien Poupard made a short film with friends as passionate about cinema as he was. His father, a producer of institutional films, looked on that enthusiasm with a favorable eye and gladly provided his son not only with his equipment, but also – and no less important - his encouragement and advice.

Le directeur de la photographie Robbie Ryan, BSC, ISC, parle de son travail sur "Moi, Daniel Blake", de Ken Loach

Les entretiens au Festival de Cannes

Robbie Ryan, BSC, ISC, apparaît de manière fulgurante en 2009 avec le magnifique Fish Tank, d’Andrea Arnold, après une belle carrière dans le court métrage britannique.
En 2011, il est récompensé à Camerimage (Grenouille de bronze) pour Les Hauts de Hurlevents, de la même Andrea Arnold qu’il accompagne à Cannes cette année. Il est aussi depuis trois films de DoP de Ken Loach et vient de finir à New York le tournage de Yeh Din Ka Kissa, de Noah Baumbach, c’est peu dire qu’il est dans le vent… (CC)

Où Darius Khondji, AFC, ASC, éclaire sa rétrospective à la Cinémathèque française
Par François Reumont pour l’AFC

Entretiens avec des directeurs de la photographie

Avant d’être célébré dans le temple de la cinéphilie française, Darius Khondji s’est prêté au jeu d’une interview où une série d’images surprises lui ont été proposées. Le chef opérateur de Delicatessen et Seven revient sur quelques souvenirs, inspirations, angoisses et passions. (FR)

Darius Khondji, AFC, ASC, sheds light on his retrospective at the Cinémathèque française
By François Reumont for the AFC

Entretiens avec des directeurs de la photographie

Before he was fêted within the temple of French cinephilia, Darius Khondji agreed to participate in a particular sort of interview during which we asked him to react to a series of surprise images. The DoP of Delicatessen and Seven discussed some of his memories, inspirations, anxieties, and passions with us. (FR)

Eric Gautier présente Céline Bozon

Nouveaux venus à l’AFC

Je connais le travail de Céline depuis un film de Jean-Paul Civeyrac, Le Doux amour des hommes (2002). Je me souviens d’une image très structurée et classique, mais aussi élégante et sensuelle (comme chez Bresson). Le film a été tourné en vidéo, en format Beta numérique à l’époque ; tant de " Cinéma " dans l’image électronique me semblait une prouesse…

L’Expérience-cinéma : les visages en lumière
ce dimanche 5 octobre à la Cinémathèque française

Les Cinémathèques

A l’occasion de l’hommage rendu à Pierre Lhomme, un stage d’une journée en sa présence, animé par Jean Breschand (critique et cinéaste).
Du cinéma-vérité à la fiction, de Chris Marker à James Ivory, des films à petit budget aux grosses productions, Pierre Lhomme a su s’adapter à chaque situation nouvelle et faire évoluer sa technique de l’image.