Disparition du directeur de la photographie Marc Fossard

La Lettre AFC n°170

Nous avons appris la disparition, au mois de juillet dernier, du directeur de la photographie Marc Fossard. Il était âgé de quatre-vingt-quinze ans.

A propos de Marc Fossard, Marc Salomon, membre consultant de l’AFC, nous rappelle qu’il avait surtout travaillé avec Jules Kruger dans les années 1930, puis avec Roger Hubert avant de devenir le chef opérateur d’un " médiocre " cinéma français tout au long des années 1950-1960 (avec Jean-Paul Le Chanois, René Le Hénaff, Jean Stelli, Gilles Grangier, Maurice de Canonge, Jean Girault...).

Marc Salomon nous a fait parvenir les propos suivants de Marc Fossard.
« Je suis entré chez Pathé-Natan comme assistant opérateur et j’ai tourné avec différents chefs opérateurs : Toporkoff, Armenise, Bachelet. A ce moment, Kruger, qui tournait Ariane, jeune fille russe de Paul Czinner, ne s’entendait pas avec son assistant. On m’a demandé alors de travailler avec lui en me prévenant : " S’il se plaint de vous, vous sautez de la maison. "
C’est ainsi que je suis arrivé sur la pointe des pieds et comme je devais être finalement consciencieux, c’est lui qui finalement a fait ma carrière. J’ai pratiquement travaillé sur tous ses films : dès Maria Chapdelaine, je suis passé cadreur, mais le premier vrai grand film où j’ai été cadreur officiellement a été La Bandera... Je suis resté avec lui jusqu’au moment de La Charrette fantôme... C’est au moment de la démobilisation que s’est terminée ma collaboration avec lui. Par la suite j’ai travaillé avec un autre grand : Roger Hubert.  »
(Propos recueillis par Lenny Borger et Catherine Morel (Cinématographe, décembre 1983)

Marc Fossard et Jules Kruger
Marc Fossard derrière le Parvo Debrie, Jules Kruger, debout en blanc, et Maurice Gleize sur le tournage du Récif de corail en 1938
(dans Cinématographe, décembre 1983)