Accueil de l'AFC > Films, Festivals, Rencontres, Projections et Prix > Festivals, Rencontres, Projections et Prix > Les Cinémathèques > Conservatoire des techniques cinématographiques > "Dix ans du Conservatoire des techniques, hommage à deux pionniers : Emile (...)

"Dix ans du Conservatoire des techniques, hommage à deux pionniers : Emile Reynaud (1844-1918) et Georges Demenÿ (1850-1917)"

Conférence de Sylvie Saerens et Laurent Mannoni

Vendredi 8 décembre à 14h30 - Cinémathèque française - Paris

mardi 21 novembre 2017 - Modifié le 10/12

Pour ses dix ans d’activités, le Conservatoire des techniques de la Cinémathèque française rend hommage à Émile Reynaud et Georges Demenÿ, deux fabuleux pionniers du cinéma, disparus à la fin de l’année 1917 et au début de 1918.

Émile Reynaud est considéré comme les des plus grands inventeurs du cinéma d’animation : il dépose en 1877 un brevet pour le Praxinoscope, jouet d’optique dont l’obturation est assurée par des miroirs prismatiques et rotatifs. En 1878, l’appareil est commercialisé avec succès à Paris. Reynaud imagine des variantes très ingénieuses : le Praxinoscope-théâtre, le Praxinoscope à projection, stéréoscopique...
La version la plus complexe, le Théâtre optique, est brevetée en 1888. Cet appareil peut projeter des bandes perforées, entièrement peintes à la main, longues de 22 à 45 mètres. Le spectacle des Pantomimes lumineuses est présenté au musée Grévin à partir du 28 octobre 1892. Reynaud a peint sept saynètes, seules deux – considérées aujourd’hui comme des chefs-d’œuvre de l’animation – ont été conservées : Pauvre Pierrot ! et Autour d’une cabine.

Georges Demenÿ a connu une carrière tourmentée, dans l’ombre de l’immense savant Étienne-Jules Marey. Lorsqu’en 1882 Marey crée la Station physiologique, il trouve en Demenÿ un collaborateur efficace. Demenÿ réalise une grande partie des plaques, films et dessins chronophotographiques. En 1892, Demenÿ met au point le Phonoscope, l’un des premiers projecteurs à photographies animées. Il fonde en décembre 1892 la Société du Phonoscope et tourne des films étonnants, dans un studio installé à Levallois-Perret. Après sa rupture avec Marey en 1894, il trouve en Léon Gaumont un commanditaire exigeant. Mais à l’avant-garde de la technique en 1892, Demenÿ se retrouve dépassé en 1895 dans la course au spectacle cinématographique, dont il a été pourtant l’un des premiers promoteurs.

Sylvie Saerens, arrière-petite-fille d’Émile Reynaud, a pris la suite de sa mère, Josette Oudart-Reynaud, en tant que référente de la famille vis-à-vis des institutions et gestionnaire du patrimoine de son arrière-grand-père. Elle a été secrétaire de l’Association Les Amis d’Émile Reynaud depuis sa création en 1994  ; elle la gère avec son mari Hubert Saerens et en est la présidente depuis 2014. L’association a pour buts la diffusion et la défense de l’œuvre d’Émile Reynaud.

Laurent Mannoni, directeur scientifique du Patrimoine à La Cinémathèque française, est l’auteur d’une vingtaine de livres sur l’histoire technique du cinéma.

"Dix ans du conservatoire des techniques, hommage à deux pionniers : Emile Reynaud (1844-1918) et Georges Demenÿ (1850-1917)"
Conférence de Sylvie Saerens et Laurent Mannoni
Vendredi 8 décembre 2017 à 14h30
Cinémathèque française
51, rue de Bercy - Paris 12e

Prochaine conférence
Cinéma d’animation  : l’histoire des studios Idéfix
Conférence de Pierre Lambert avec la participation de Patrick Cohen et d’anciens collaborateurs des studios Idéfix
Vendredi 12 janvier 2018, 14h30.


Tout l'univers AFC