Hollywood...

et le Cinéma en 3D-Relief

La Lettre AFC n°146

A partir de juin 2007, le cinéma américain, portés par les barons d’Hollywood, prépare une diffusion massive et mondiale de longs métrages en 3D-Relief, projetés en numérique 2K. Grâce à une nouvelle technologie de mise en 3D-Relief à partir d’un film 2D, Georges Lucas et Peter Jackson ont annoncé, lors du salon ShoWest, en mars 2005, qu’ils se préparent à ressortir en trois dimensions les 6 épisodes de Star Wars et les 3 volets du Seigneur des anneaux à la cadence d’un par an.
Georges Lucas a également indiqué qu’il tente de convaincre Steven Spielberg de tourner le quatrième épisode d’Indiana Jones en 3D-Relief. James Cameron prépare avec la Fox : Battle Angel, une trilogie en Relief 3D, inspirés d’une manga japonaise, filmée avec deux caméras HD mises au point en partenariat avec Sony, Fujinon et Panavision. Cameron a aussi fait précédemment des annonces concernant trois longs métrages qu’il produira en 3D mais ne réalisera pas : Godspeed un film de SF avec Harrison Ford, Ghosts of Vesuvius, une fiction sur la chute de Pompeï et The Fantastic Voyage. La Paramount prépare Voyage au centre de la terre en 3D avec un réalisateur européen. Robert Zemeckis, après l’incroyable succès de la version Imax 3D de son long métrage de synthèse : Polar Express, prépare Beowulf en relief ainsi qu’un autre projet secret de film 3D.
Rappelons qu’en novembre 2004 Polar Express, produit par Warner, a bénéficié, en plus d’une distribution classique 35 mm sur 5 500 écrans, d’une distribution en relief dans 72 salles Imax. En 11 semaines, avec seulement 1,3 % du parc de salles, la version relief a rapporté 16 % des recettes. Les recettes d’une salle 3D ont été 13 fois supérieures à une salle de cinéma 2D ! La diffusion en salle est prévue en projection numérique DLP 2K à l’aide d’un seul projecteur auquel on adjoint un serveur numérique double flux. Il faudra également changer l’écran blanc pour un écran argenté et le public portera des lunettes polarisées. Ce lobby du cinéma relief s’active au coté de Texas Instruments et Christie pour qu’en juin 2007, aux USA, un parc de 1 000 à 3 000 salles 3D, puisse accueillir en grande pompe, le lancement du premier épisode de Star Wars, remasterisé en relief, pour fêter le trentième anniversaire de sa sortie. Cependant, fort de l’exemple du Polar Express, Walt Disney a décidé de ne pas attendre 2007 et va sortir son nouveau dessin animé Chicken Little en 3D-Relief le 4 novembre 2005. Pour cette occasion, 100 cinémas américains seront équipés en projection numérique 3D en partenariat avec Dolby Laboratories. Nul doute que les futurs films d’animations que préparent Pixar, Dreamworks, PDI, Warner et Fox, sauront rapidement étendre ce réseau de salles 3D au reste du monde. Comment doit réagir le cinéma français face à ces annonces et quelles stratégies envisager ?
Les producteurs, les réalisateurs et les techniciens du film français sont-il prêt à relever ce défi, et de quels outils disposent-ils ? Comment préparer l’ouverture d’un réseau de salles 3D capable de soutenir les futurs productions relief françaises ?
(Christophe Brossier, Binocle, le 28 juin 2005)