Jacob Berger

Réalisation
Scénario

Résultats de la recherche

Films (61)

|

Articles (13)

55e Festival International de Cannes
Les films photographiés par les membres de l’AFC

festival de Cannes 2002

Sélection officielle : "Kedma" d’Amos Gitaï, photographié par Yorgos Arvanitis "Le Principe de l’incertitude" de Manoel de Oliveira photographié par Renato Berta "Marie-Jo et ses 2 amours" de Robert Guédiguian photographié par Renato Berta "L’Adversaire" de Nicole Garcia, photographié par Jean-Marc Fabre "Demonlover" d’Olivier Assayas, photographié par Denis Lenoir Hors compétition (clôture) "And Now... Ladies and Gentlemen" de Claude Lelouch, photographié par Pierre-William Glenn Séance spéciale "La Dernière lettre" de Frederik Wiseman, (...)

Master Class Luciano Tovoli, AIC, ASC, Caméflex AFC 2015 in extenso
Modérée par Dominique Maillet

Caméflex 2015

Durant l’édition 2015 de Caméflex AFC au cinéma Grand Action et dans le cadre de l’hommage qui lui était rendu, le directeur de la photographie Luciano Tovoli, AIC, ASC, a donné une Master Class animée par Dominique Maillet dont nous vous proposons la retransmission intégrale. Pour vous aider dans cette heure quarante-cinq d’échanges, vous trouverez ci-dessous les différents chapitres abordés, les extraits des films projetés et un témoignage de Jacques Perrin, producteur et réalisateur, à propos de Luciano Tovoli.

Le directeur de la photographie Jean-Marc Fabre, AFC, parle de son travail sur "Camille redouble", de Noémie Lvovsky

Entretiens avec des directeurs de la photographie

Jean-Marc Fabre a signé l’image d’une trentaine de longs métrages et travaillé, entre autres, avec Jean-Pierre Denis (Les Blessures assassines), James Ivory (A Soldier’s Daughter never Cries), Amos Kollek (Fast Food, Fast Women), Jacques Audiard (Un héros très discret), Danièle Thompson (Fauteuils d’orchestre, Le Code a changé), Anne Fontaine (Comment j’ai tué mon père, Nathalie…, Mon pire cauchemar), Nicole Garcia (L’Adversaire, Un balcon sur la mer). Avec Camille redouble, il collabore pour la quatrième fois avec Noémie Lvovsky qu’il a rencontrée à La fémis en 1989.

Le directeur de la photographie Pascal Marti, AFC, parle de son travail sur "Jeune & jolie", de François Ozon

Les entretiens au Festival de Cannes

Pascal Marti, AFC exerce le métier de chef opérateur depuis le milieu des années 1980. On lui doit beaucoup de longs métrages aux styles très différents (avec des réalisateurs tels Cedric Kahn, André Téchiné, Jean-François Stévenin…). Il a signé également de nombreuses campagnes publicitaires (aux côtés, entre autres, de Jean-Paul Goude ou Thierry Poiraud). Il signe aujourd’hui les images de Jeune & jolie qui marque le retour de François Ozon dans la course à la Palme d’or. (F. R.)

Le palmarès 2007 de la 60e édition du Festival de Cannes

festival de Cannes 2007

Et pour conclure ce 60e anniversaire du Festival de Cannes, nous vous proposons un aperçu du palmarès de la Compétition officielle et de la Caméra d’Or.

Le film Meduzot d’Etgar Keret et Shira Geffen, photographié par Antoine Héberlé, AFC, et le film Le Rêve de la nuit d’avant de Valeria Bruni-Tedeschi, photographié par Jeanne Lapoirie, AFC, ont été récompensés par le jury.

Où Pascal Marti, AFC, parle de son travail sur "Frantz", de François Ozon

Entretiens avec des directeurs de la photographie

Le parcours de Pascal Marti, AFC, est relativement éclectique. Il a éclairé de nombreuses publicités et collaboré avec des réalisateurs de long métrage tels que Cédric Kahn, André Téchiné, Patrice Chéreau, François Favrat, Claire Denis… Après avoir travaillé au côté de François Ozon sur Jeune et jolie et Une nouvelle amie, Pascal Marti remporte le César 2017 pour Frantz.

Jean-Louis Vialard, nouveau membre de l’AFC
par Jean-Marc Fabre

Nouveaux venus à l’AFC

Un petit mot pour vous présenter Jean-Louis Vialard qui nous a rejoint récemment à l’AFC.
J’ai connu Jean-Louis pendant mes études à Louis Lumière dont nous sommes sortis ensemble en 1986.
Dès le départ, Jean-Louis avait une approche très ethnologique du cinéma, c’était pour lui un moyen de voyager et d’aller à la rencontre des autres peuples et donc très naturellement le documentaire l’attirait beaucoup plus que la fiction. (...)