Je crois que je l’aime

Sur les films de Pierre Jolivet que j’ai photographiés (c’est notre quatrième collaboration), le travail se croise toujours harmonieusement avec le plaisir. Je crois que je l’aime ne fait pas exception à cette règle délicate...

L’extrême concentration du metteur en scène et de ses acteurs, leur recherche, leur osmose, les trouvailles de jeu en ont fait un tournage jubilatoire, sentiment que l’on retrouve intégralement en voyant le film. Et nous savons que cette chimie-là n’est pas exacte.

Sur le tournage de " Je crois que je l’aime "

Tourné pendant les jours les plus courts de l’année en décor naturel, pour donner encore plus de nerf à cette histoire d’amour, le temps (qui manque, et aussi la météo) a parfois obligé l’équipe à des renversements inattendus.
Pas de quoi inquiéter mon chef électricien Pascal Pajaud, ni Olivier Martin, mon chef machiniste.

Pascal Ridao

Filmé en Panavision, Kodak 5218 et 5229, avec du matériel Transpalux, puis étalonné numériquement par Isabelle Julien chez Eclair.

Équipe

Chef électricien : Pascal Pajaud
Chef machiniste : Olivier Martin

Technique

Pellicules : Kodak 5218 et 5229
Matériel caméra : Panavision
Matériel électrique : Transpalux
Laboratoire : Eclair
Etalonnage numérique : Isabelle Julien