La Face cachée

J’étais très curieux de rencontrer Bernard Campan, collaborer avec lui fut un vrai bonheur. Bernard est un timide, un doux, un discret. Il n’en fallait pas plus pour donner l’envie à toute une équipe de donner tout ce qu’elle pouvait… J’ai rarement vécu un tournage plus heureux !
Bernard Campan et Karin Viard
La Face cachée, photogramme


La face cachée, c’est la face cachée des choses, tout ce qui sous-tend la vie et qui n’apparaît pas. Tout ce que l’on ne voit pas et qui constitue pourtant l’essence des choses. C’est ce que l’on ne peut pas voir. C’est le déni, le refus du réel… C’est la face cachée de l’autre. L’autre que l’on ne connaîtra jamais vraiment. L’autre qui nous échappera toujours partiellement.

La manière de filmer se devait d’être simple et sans tape-à-l’œil. Nous faisions beaucoup de " mises en place " et le découpage en découlait souvent très simplement, comme une évidence. L’assistant réalisateur (Thierry Verrier) veillait à préserver ces instants nécessaires de rêverie et de réflexion. La disponibilité des acteurs fut sans faille.
Le décor principal est l’appartement du couple Isabelle et François (Karin Viard et Bernard Campan). Nous devions, afin de tourner plus ou moins dans la continuité de l’histoire, pouvoir filmer sans trop perdre de temps dans toutes les pièces et dans tous les axes. Un pré-light important fut donc nécessaire.

Une gélatine autocollante orange (Gam Color N° 1846) sur les fenêtres nous a permis de partir sur une base " Tungstène " pour tous les intérieurs. Une trentaine de découpes (ETC 575 Watts 19°) suspendues au gril et commandées par un jeu d’orgue venaient rebondir sur des panneaux réfléchissants (Silver Screen), diffusants (Depron) ou mixtes.

Dispositif de grill au plafond
Découpes suspendues et panneaux réfléchissants ou diffusants

Une passerelle extérieure longeant les fenêtres et sur laquelle l’on pouvait faire circuler, deux 6 kW Par HMI complétait le dispositif.

Passerelle extérieure
Deux PAR HMI et une toile réfléchissante

Les photos numériques que j’ai prises sur le plateau et que je réglais le soir sur Photoshop m’ont permis d’établir avec le laboratoire (Reginald Galienne au télécinéma) une très bonne communication pour l’étalonnage des rushes.
L’étalonnage numérique chez Duboi s’est idéalement déroulé avec la complicité de Charlotte Mazzinghi aux manettes du Lustre. Pas d’intervention particulière sur les images hormis quelques masques de densité ou de netteté pour resserrer l’attention sur les personnages.

Bernard Campan et Karin Viard en arrière-plan
La Face cachée, photogramme
Bernard Campan
La Face cachée, photogramme
Bernard Campan
La Face cachée, photogramme
Jean-Hugues Anglade et Bernard Campan
La Face cachée, photogramme
Karin Viard
La Face cachée, photogramme
Jean-Hugues Anglade et Tania Garbarski
La Face cachée, photogramme

Assistants opérateur : Olivier Servais, Leila Bousserouel, Justine Legros
Electricité : Dirk Van Rampelbergh, Jérôme di Cola, Gunther Schockaert et Ana Samoilovich
Machinerie : Jean-François Roqueplo
Etalonnage : Reginald Galienne (rushes vidéo), Charlotte Mazzinghi (étalonnage numérique) et Christophe Lucotte (étalonnage photochimique).

Technique

Caméra : Arricam LT
Objectifs : Cooke S4
Pellicules : Fuji 250 Eterna, 400 Eterna et 500 Eterna
Laboratoires : LTCDuboi
Fournisseurs : Bogard, Transpalux, Cinetech.