Les Saveurs du palais

Ce film, produit par Etienne Comar et Philippe Rousselet, scénarisé par Etienne Comar et Christian Vincent, raconte deux épisodes de la vie d’une femme exceptionnelle : Danièle Mazet-Delpuech, qui fut la cuisinière personnelle de François Mitterrand vers la fin de son deuxième septennat, mais aussi " cantinière " de la base scientifique Alfred Faure, sur l’île Crozet dans les mers australes…

Chaque film est fait de rencontres et de collaborations, entre autres avec le service mise en scène (oh, Laure Prévost !), avec la production (ah, Jean-Jacques Albert !), avec le service scripte (truculente Marianne Fricheau).
Mais tourner un film quand vous êtes directeur de la photo, c’est une succession de petits malheurs et de petits bonheurs. Pour vous éviter de vous ennuyer en parlant technique, émulsion, labo, construction du style lumière et cadre avec Christian Vincent, le metteur en scène, je préfère vous raconter quelques-uns de mes petits bonheurs…
Le premier est sans doute le tournage en Islande. Il n’était pas envisageable d’emmener une équipe et des acteurs sur l’île Crozet (12 heures d’avion + 3 semaines de bateau !). L’Islande a été comme une évidence, à trois heures de Paris, durant les marées d’équinoxe, c’était tout ce dont le film avait besoin. Le premier matin vous voyez ça de la fenêtre de votre chambre : beau et inquiétant...

Photo Laurent Dailland


Patrick Durand le chef décorateur a recréé une base scientifique au fin fond d’un fjord. Le pays et l’équipe locale (Jean-Michel Paoli, Comrade Film) ont fait le reste :

Photo Laurent Dailland


Nous avons fait là-bas de très belles rencontres avec des paysages lunaires, des météos surprenantes et pas seulement… (petit malheur : il y a eu une aurore boréale exceptionnelle, et je dormais à poings fermés… fichue conscience professionnelle).
Tournage nord-ouest de l’Islande 8H30 du matin :

Photo Laurent Dailland

Même endroit, 15 minutes plus tard…

Photo Laurent Dailland

Des Lumières qui vous donnent envie de laisser les projecteurs dans le camion…

Photo Laurent Dailland


Photo Laurent Dailland


Photo Laurent Dailland

Bon bien sûr, les acteurs même chaudement vêtus se gelaient…

Photo Laurent Dailland


Photo Laurent Dailland

… et les techniciens aussi…

Photo Laurent Dailland


L’Islande nous a même gratifiés d’un nuage d’exception pour la scène de fin… Et n’y voyez aucun étalonnage ou trucage, c’était juste comme ça : pas besoin de chef op !

Photo Laurent Dailland


Un autre de ces petits bonheurs fut sans nul doute la rencontre avec Catherine Frot.
Elle s’est approprié l’histoire de Danièle, ses combats, ses doutes et peut-être même ses recettes…
La vraie Danièle, avec Christian en pleine discussion sur le script ou sur la recette du Saint Honoré à la crème " Mémé "…

Photo Laurent Dailland

Et celle du film (Hortense dans le script) en pleine discussion avec Christian Vincent. Mais assurément il n’est pas question de cuisine, c’est le premier jour de tournage !

Photo Laurent Dailland

Catherine, dans une scène où, à l’Élysée, même la cuisine devient une politique… Il est question de changement de régime !

Photo Laurent Dailland

Et cette image de Catherine nous mène à un autre plaisir : tourner au Palais de l’Élysée...

Photo Laurent Dailland

Parce que finalement c’est un petit bonheur. C’est sûr qu’il y a eu des contraintes pour tout le monde, un véritable marathon pour réussir à boucler en trois jours. Une fois de plus, je suis forcé de constater que notre métier nous ouvre bien des portes et j’aime tellement cela…

Photo Laurent Dailland


Photo Laurent Dailland

Le dernier petit bonheur que je voulais vous raconter, c’est celui d’avoir rencontré un jeune premier de 83 ans, de lui avoir fait passer des essais filmés pour le rôle du Président…
Le nom de Mitterrand n’est jamais prononcé dans le film, mais on sait bien que c’est lui !

Photo Laurent Dailland

Vous l’aurez reconnu, c’est Jean d’Ormesson.
Dès le premier jour il s’est montré d’une humilité exemplaire face à la caméra. Quand Christian Vincent lui a dit : vous avez le rôle, il y avait une joie d’enfant dans ses yeux. Trop content de faire du cinéma et encore plus d’endosser le costume d’un homme qu’il admirait beaucoup.

Photo Laurent Dailland

Et d’ailleurs toute l’équipe a apprécié sa présence. Cela faisait bien longtemps que je n’avais vu un " jeune " acteur monter dans les camions pour dire au revoir et merci à chacun…

J’oubliais un autre petit bonheur, celui d’avoir encore une fois travaillé avec mon équipe…

Peut-être que ce film était mon dernier film en " film "… Je n’y avais pas pensé en le tournant.

Équipe

1re assistante opératrice : Océane Lavergne
Chef machiniste : Gil Fontbone
Chef électricien : Pascal Pajaud
Opérateur Steadicam : Matthieu Caudrois

Technique

Pellicule : Kodak
Matériel caméra : Transpacam
Matériel lumière : Transpalux
Matériel machinerie : Transpagrip
Laboratoire : Eclair
Etalonnage des rushes : Miguel Béjo
Etalonnage numérique : Isabelle Julien sur Colorus chez Eclair