Accueil de l'AFC > Films, Festivals, Rencontres, Projections et Prix > L’AFC et les films AFC dans les festivals > Le Festival de Cannes > Festival de Cannes 2017 > Les entretiens au Festival de Cannes > Renato Berta, AFC, parle de son travail sur "L’Amant d’un jour", de Philippe (...)

Renato Berta, AFC, parle de son travail sur "L’Amant d’un jour", de Philippe Garrel

jeudi 18 mai 2017 - Modifié le 18/05

Depuis Charles mort ou vif, du Suisse Alain Tanner Voir Alain Tanner dans l’index en 1969, le directeur de la photographie Renato Berta Voir Renato Berta dans l’index , AFC, a éclairé pas moins d’une centaine de longs métrages. Il accompagne les réalisateurs de la nouvelle vague et privilégie le cinéma d’auteur. Il croise Philippe Garrel Voir Philippe Garrel dans l’index très tardivement, en 2015, pour L’Ombre des femmes, puis signe l’image de L’Amant d’un jour, tourné en 35 mm argentique noir-et-blanc. L’Amant d’un jour, 27ème long métrage s’inscrivant dans la longue carrière de ce réalisateur (très) indépendant, est présenté à la Quinzaine des Réalisateurs, dans le cadre du Festival de Cannes 2017. (BB)

Après une rupture, une jeune femme de 20 ans rentre chez son père. Elle y découvre ce dernier en couple avec une femme du même âge qu’elle...
Avec Eric Caravaca
Voir Eric Caravaca dans l’index

, Esther Garrel et Louise Chevillotte.

Renato Berta, 2e à gauche, Philippe Garrel et Jean-Paul Meurisse
Renato Berta, 2e à gauche, Philippe Garrel et Jean-Paul Meurisse
Photo Guy Ferrandis

Faire du cinéma, une question d’équilibre
Philippe Garrel
Voir Philippe Garrel dans l’index

est un réalisateur qui sait faire du cinéma de manière intelligente. Il fabrique un film avec la mentalité d’un vrai producteur. Qu’est ce qu’un vrai producteur ? N’est-ce-pas une personne qui, au lieu de se poser la question "comment vais-je trouver l’argent ?", se demande "comment vais-je le dépenser ?"
Aujourd’hui les producteurs s’intéressent seulement au volume financier et à ce qu’il reste… ou pas. Un vrai producteur connait parfaitement la machine de fabrication, il est sur le terrain. Faire du cinéma, c’est trouver un équilibre entre ce que l’on veut dire et comment le dire ; entre les moyens, le temps, l’argent. Philippe sait très bien organiser la distribution des énergies à destination du film, comme le temps par exemple…

Renato Berta sous le faisceau d'un appareil de projection
Renato Berta sous le faisceau d’un appareil de projection
Photo Guy Ferrandis

La qualité numéro un d’un cinéaste…
Philippe a tourné son film en 21 jours. Le nombre de scènes était très précis et nous avons tourné dans l’ordre du scénario, ce qui lui permettait de contrôler l’évolution des personnages, de rectifier leur jeu en cours de route. Nous ne tournions qu’une seule prise pour chaque plan. Il a beaucoup préparé en amont avec les comédiens et nous faisions pas mal de répétitions avant de tourner. Cela peut être considéré comme une façon originale de faire un film mais pour moi c’est une manière logique et pertinente de fabrication. Et c’est la qualité numéro 1 de ce cinéaste !

Esther Garrel et Renato Berta sur le tournage de "L"Amant d'un jour", de Philippe Garrel
Esther Garrel et Renato Berta sur le tournage de "L"Amant d’un jour", de Philippe Garrel
Photo Guy Ferrandis

Accord, désaccord
Philippe Garrel
Voir Philippe Garrel dans l’index

se méfie du discours strictement technique et il dit d’abord « non ». Prenons l’exemple des premiers plans que nous avons tournés. Le film commence par une jeune femme qui vient de quitter son mec et qui va voir son père. Elle est devant la porte de l’appartement de son père et elle pleure. C’est le premier jour de tournage, en nuit, nous avons plusieurs décors à éclairer. Philippe veut faire un panoramique pour l’un des plans mais cela implique de voir quatre rues…

Négociation
… Je lui dis que ce n’est pas le même temps d’éclairage que si on fait un travelling arrière par exemple, où l’on est dans un seul axe. Il se méfie. Je propose de faire un test avec la Double X, notre pellicule de tournage. Je tourne ce panoramique sans éclairage et lui montre en projection. Il est d’accord, c’est trop sombre…

Renato Berta pendant le tournage de "L'Amant d'un jour"
Renato Berta pendant le tournage de "L’Amant d’un jour"
Photo Guy Ferrandis

Négociation et philosophie, principes numéro 1
Il faut trouver une solution, et cette solution est plutôt dans le récit, en accord avec des principes de point de vue, de lumière. C’est toute une philosophie ! Philippe Garrel
Voir Philippe Garrel dans l’index

a des principes dont il ne veut pas discuter. Par exemple, nous avons tourné pas mal de travellings avec des personnages qui marchent dans la rue. Et bien il ne veut pas mettre d’éclairage à 45° par rapport à eux parce qu’une fois il a fait un plan comme ça et que la lumière avait dérangé les comédiens. Il a fallu négocier.

Négociation et religion, principes n° 2
Lors de l’étalonnage, il voulait que ce soit encore plus contrasté. Mais on n’avait plus rien du pied de courbe de la pellicule dans les noirs, ça devenait du noir numérique. Quand je lui ai fait cette remarque, il a un peu temporisé son désir du grand contraste. Je savais que cet argument avait du poids car un autre très grand principe de Philippe est qu’il ne veut pas entendre parler du numérique, c’est presque une dimension religieuse pour lui !

Renato Berta et Philippe Garrel
Renato Berta et Philippe Garrel
Photo Guy Ferrandis

Principe n° 3...
Mais il a encore un principe… Il ne veut pas d’HMI ! J’ai éclairé les nuits avec des quartz et pour les réverbères des lampes à mercure – ce qui n’est guère mieux que les HMI ! Mais pour le noir-et-blanc, ça passe... Nous avons fait une installation au plafond dans la cuisine où nous sommes revenus plusieurs fois pendant le tournage. J’ai utilisé pas mal de LEDs
Voir Acc & Led dans l’index

(SL1 de DMG Lumière) et nous pouvions tourner librement puisqu’il n’y avait rien au sol.

Pas de consensus à tout prix
Avec Philippe, je me suis bien amusé, même si souvent nous n’étions pas d’accord. Le fait de ne pas être du même avis n’est pas négatif, au contraire. Le consensus à tout prix m’énerve un peu.
Finalement, je suis assez d’accord avec lui sur le fait d’avoir des principes. Avec les Straub, c’est comme ça, il y a des principes. Et à l’intérieur des principes, on trouve une liberté formidable.

La cohérence de la photographie
On a tourné dans des décors que je détestais, comme par exemple un café très bas de plafond. On sait que ce genre de décor est une vraie galère. Mais pour ce type de cinéma, il faut assumer de prendre des risques, et faire que ce genre de choses ne soit pas un défaut mais une qualité. De toute façon, ce n’est pas avec quatre camions de matériel que l’on fait de la bonne photographie. L’important est de trouver un équilibre lié à la mise en scène et que la photographie soit cohérente.

Renato Berta, cellule en main
Renato Berta, cellule en main
Photo Guy Ferrandis

Le contraste, la clé de voute de l’image
C’est difficile de gérer les contrastes en noir-et-blanc. Au tournage, j’ai gardé l’espace des comédiens pas trop contrasté. Je préfère contraster après coup. A l’étalonnage, on trouve une valeur pour tout le film, celle qui se rapproche le plus de ce que l’on souhaite. Après on corrige plan par plan.
J’aime bien cette séquence de danse avec ce couple qui se retrouve dans un bal, où l’on n’est pas du tout dans une continuité photographique.
Philippe ne voulait pas que ce soit réaliste. Il a créé une chorégraphie très étrange et j’ai donc pris des options où la lumière passe de la sous-exposition à la surexposition, de manière radicale. J’ai utilisé des PARs, très proches d’eux, là où les personnages se croisent. J’avais des écarts de diaph monstrueux, que je n’ai même pas mesurés ! C’était vraiment intéressant de filmer de façon incohérente par rapport au reste du film.

Renato Berta pose... et pose !
Renato Berta pose... et pose !
Photo Guy Ferrandis

(Propos recueillis par Brigitte Barbier
Voir Brigitte Barbier dans l’index

pour l’AFC)

Notes

Equipe
Cadreur : Jean-Paul Meurisse
Assistant caméra : Jean-Paul Toraille
Chef électricien : Eric Baraillon
Chef machiniste : André Haidant

Technique
Matériel caméra : Vantage Paris (Arri 235, optiques Hawks Scope anamorphiques)
Matériel machinerie, lumière : TSF Grip, TSF Lumière
Pellicule négative : Kodak Eastman Double X 5222
Laboratoire photochimique : Le Labo (Hiventy)
Etalonneur film : Jérôme Bigusur
Postproduction : Hiventy
Etalonneur numérique : Gilles Granier


Les partenaires de l'AFC à Cannes 2017



L’agenda de Cannes

  • - Samedi 27 mai
    - Pas de films AFC ni non AFC ce jour
    - Nos associés font quant à eux l’actualité
    - Dimanche 28 mai
    - Reprise des films de la Compétition, salles Bazin, Buñuel, Debussy et Soixantième, de 9h à 18h45.
    - Cérémonie du palmarès du 70ème Festival de Cannes ce soir au Grand Théâtre Lumière à 19h15, suivie de la projection de la Palme d’or à 20h.
    - Contacts AFC
    - Marie Garric : +33 (0)6 89 58 83 91 (jusqu’au 22 mai)
    - Jean-Noël Ferragut : +33 (0)6 03 50 09 28

Le dernier portfolio de Cannes

Dictionnaire de traductions de termes techniques du cinéma et de l’audiovisuel. _
Cinedico - Appi AppleStore Cinedico - Appi GooglePlay
Dictionnaire embarqué

Tout l'univers AFC