Sandrine Bonnaire

Réalisation
Interprétation

Résultats de la recherche

Films (105)

Articles (113)

Rien n’arrêtait Agnès Varda
Par Patrick Blossier, AFC

Agnès Varda

L’affiche du festival de Cannes 2019 est sublime. Très bel hommage qui résume tout Agnès Varda. Rien n’arrête Agnès pour tourner un plan, rien n’est impossible, sa petite taille ne l’empêchera pas d’atteindre le viseur de la caméra haute perchée. L’image vient du tournage de son premier long métrage, La Pointe courte, tourné à Sète en 1954 alors qu’elle est photographe du TNP de Jean Vilar.

Nothing Stopped Agnès Varda
By Patrick Blossier, AFC

Agnès Varda

The poster of the Cannes Film Festival 2019 is sublime. It is a wonderful tribute that summarizes everything about Agnès Varda. Nothing stops Agnès Varda from shooting a take, nothing is impossible, her small size will not stop her from reaching the high viewfinder of her camera. The image comes from the shooting of her first feature, La Pointe courte, shot at Sète in 1954 while she was the photographer of Jean Vilar’s TNP.

L’éditorial de décembre L’équité et la décence
par Mattieu Poirot-Delpech, AFC

Editoriaux de la Lettre

Un groupe constitué de réalisateurs, de techniciens et de producteurs s’est réuni du 20 août au 17 octobre sous l’égide du CNC, à raison d’une réunion de quatre heures par semaine. Sa mission était de « réfléchir à des propositions qui permettent de mieux financer et exposer le cinéma d’auteur dans toute sa diversité, tout en portant une attention particulière aux premiers et deuxièmes films, garant de l’émergence de nouveaux talents ».

A Amiens, une belle semaine de cinéma
Par Gérard de Battista, AFC

Caméflex 2013

Huit films en compétition cette année, et deux récompensés. Le Grand prix à Leçons d’harmonie, d’Emir Baigazin (Kazakhstan), un premier film très fort, portrait d’un adolescent secret et mal dans sa peau venu d’un monde rural pauvre et rude, confronté dans un collège aux brimades et à la violence des petits chefs de clans et à l’autorité semi-militaire de l’institution.

A propos de la rétrospective Caroline Champetier, AFC, à la Cinémathèque française Le geste à la parole
Par Eric Guichard, AFC

Billets d’humeur

Tout d’abord au nom de l’AFC, je tiens à remercier la Cinémathèque française de nous réserver, chaque année depuis cinq ans, cette fenêtre d’expression de l’art cinématographique. En ce 8 février 2014, la parole sera donnée pour la première fois à une femme directrice de la photographie, Caroline Champetier, AFC. En ces temps où l’on parle beaucoup de parité, cet évènement n’est peut être pas anodin mais arrive à point nommé.

At Amiens, a lovely week of cinema
By Gérard de Battista, AFC

Caméflex 2013

Eight films were in competition this year, and two received an award. First prize went to Harmony Lessons by Emir Baigazin (Kazakhstan) for a very strong first movie portraying a secretive and awkward adolescent from a poor, hardscrabble, rural background who is confronted with bullying and violence from both the little chieftains and the semi-military authority structure of his middle school.

L’éditorial de la Lettre d’avril 2015 Ecrire sur du sable
Par Matthieu Poirot-Delpech, coprésident de l’AFC

Editoriaux de la Lettre

Le musée de Mossoul en Irak (2015), les mausolées de Tombouctou au Mali (2012), les Bouddhas de Bâmiyân en Afghanistan (2001). « Misérables hommes, et si imbéciles qu’ils ne comprennent même pas qu’ils sont des barbares ! Il y a deux choses dans un édifice : son usage et sa beauté. Son usage appartient au propriétaire, sa beauté à tout le monde, à vous, à moi, à nous tous. Donc, le détruire, c’est dépasser son droit. » Cette réflexion de Victor Hugo dans le manifeste Guerre aux démolisseurs conserve deux siècles plus tard sa sinistre actualité…

L’éditorial de la Lettre de mars 2015 Autour de la table
Par Matthieu Poirot-Delpech, coprésident de l’AFC

Editoriaux de la Lettre

Le mardi 24 février 2015, le Conseil d’Etat a annulé l’arrêté d’extension de la convention collective de la production cinématographique. Donner un cadre légal aux professions du cinéma serait néfaste à sa diversité selon certains. Nous pensons évidemment qu’aucun film ne mérite d’être abandonné au bord de la route. Les mécanismes qui permettront d’y parvenir ne doivent cependant pas se retourner contre ceux qui fabriquent ces films, y compris – et surtout – dans un contexte économique particulièrement difficile.

Le directeur de la photographie Jacques Loiseleux, AFC, nous a quittés

Jacques Loiseleux

C’est avec une profonde tristesse que nous avons appris la nouvelle du décès, lundi 17 mars 2014, de notre confrère directeur de la photographie Jacques Loiseleux, AFC. A la fois l’un des membres fondateurs de l’association, l’un de ses piliers, l’une de ses âmes, Jacques en fut le secrétaire général pendant une dizaine d’années et l’un des vice-présidents. Il avait quatre-vingt-un ans.

Video and comments on tests of the Fujifilm XT-3 camera body
By Stéphane Cami, AFC

Technique

Following up on the article published on our website about the tests of the Fujifilm XT-3 camera body with the new Fujinon MK 18-55mm and MK 50-135mm lenses, Eric Guichard, AFC, and I would like to share the video of these tests followed by my comments. As a reminder, they were presented at the CST Pavillion at this year’s Cannes Film Festival.

Tests of the Fujifilm X-T3 camera body with Fujinon MK 18-55mm and MK 50-135mm zoom lenses
By Stéphane Cami, AFC

Technique

Fujifilm allowed AFC to test out its new Fujifilm X-T3 camera body with two new Fujinon MK 18-55mm T:2.9 and Fujinon MK 50-135mm T:2.9 zoom lenses. Eric Guichard, AFC, Maryline Touret (assistant camera), Léa Charnier (intern), and I tested out the video capacities of this camera body. Panavision supplied the accessories we needed for the tests.

The Gaze(s) of Agnès Varda, gleaner of images

Agnès Varda

Like the cat Zgougou, mascot immortalized by the logo of Ciné-Tamaris, Agnès Varda had several lives – photographer, filmmaker, documentarian, visual artist –, constantly blurring the lines between fiction and documentary, reality and imaginary, poetry and activism, a gaze focused on others and introspection.

"La Cité de la peur" projeté au Cinéma de la Plage
Le directeur de la photographie Laurent Dailland, AFC, parle de son travail sur "La Cité de la peur, une comédie familiale", un film de Les Nuls

Les entretiens au Festival de Cannes

La Cité de la peur, une comédie familiale revient sur la Croisette au Cinéma de la Plage. Evidemment, je pense à Alain Berbérian, le réalisateur de ce film qui nous a quittés trop tôt. Une ressortie, une projection à Cannes, lieu du crime... Je suis hyper content.

Le(s) regard(s) d’Agnès Varda, glaneuse d’images

Agnès Varda

Comme le chat Zgougou, mascotte immortalisée par le logo de Ciné-Tamaris, Agnès Varda aura eu plusieurs vies – photographe, cinéaste, documentariste, plasticienne –, brouillant constamment les pistes entre fiction et documentaire, réalité et imaginaire, poésie et militantisme, regard porté vers les autres et introspection.

Emporté dans le tourbillon d’énergie d’Agnès Varda
Par Eric Gautier, AFC

Agnès Varda

J’ai rencontré Agnès Varda grâce à Patricia Mazuy, avec qui je venais de tourner Travolta et moi. Elle m’a proposé de tourner avec elle Les Cent et une nuits de Simon Cinéma. Avec tous ces acteurs magnifiques, de Michel Piccoli à Marcello Mastroiani, en passant par Sandrine Bonnaire et Alain Delon, Robert de Niro et Catherine Deneuve...

Tchin-tchin, Edmond !
Par Jean-Noël Ferragut, AFC

Edmond Richard

Mes premières rencontres avec Edmond Richard datent, au début des années 1990, de mon arrivée à l’AFC et, peu après, de mon adhésion à la CST en tant que membre du Département Image. Ce dernier s’était appelé Commission Prise de vues et Edmond l’avait présidée pendant six ans, tout comme il avait "vice-présidé" cette vénérable association peu de temps avant. Courant des années 2000, je l’ai revu pour les dernières fois à Vincennes, là où il habitait et où il était, d’une certaine manière, l’invité d’honneur des Rencontres Internationales du Cinéma de Patrimoine. Quelques souvenirs me reviennent en mémoire.

31e édition du Festival international du film francophone de Namur

Films AFC dans les festivals

Le Festival international du film francophone de Namur, qui s’est déroulé du 30 septembre au 6 octobre 2016, représente, à travers ses différents programmes, toute la diversité de la Francophonie. Présidé par Bouli Lanners et composé de Marguerite Abouet, Jérôme Bonnell, Sandrine Bonnaire, Tudor Giurgiu, Niels Schneider et Eileen Hofer, le jury de la compétition internationale a décerné le Bayard d’or du Meilleur film à Orpheline, d’Arnaud des Pallières, photographié par Yves Cape, AFC, SBC.

Le directeur de la photographie Pierre Milon, AFC, parle de son travail sur "Une histoire de fou", de Robert Guédiguian

Les entretiens au Festival de Cannes

Depuis une vingtaine d’années, Pierre Milon, AFC, travaille sur les films de Lucas Belvaux, Laurent Cantet, Anne Villacèque et Robert Guédiguian. Il collabore avec ce dernier pour un sixième film Une histoire de fou et ne trahit pas le goût du réalisateur pour les lumières chaudes de Marseille. Guédiguian renoue avec ses origines en s’appuyant sur l’histoire réelle d’un jeune Arménien en 1921. (BB)

Director of photography Thierry Arbogast, AFC, discusses his work on "The Family", by Luc Besson
A Mafia boss in Normandy

Entretiens avec des directeurs de la photographie

For his first project filmed inside the Cité du cinéma, Luc Besson decided to make an adaptation of Tonino Benacquista’s novel depicting a reformed New York ‘godfather’ forced to live under a false identity in the Normandy countryside. A mix of comedy and film noir that is largely carried by the presence of a cast that would make even the largest Hollywood studios jealous (Robert De Niro, Tommy Lee Jones, and Michelle Pfeiffer). Here, along with Thierry Arbogst, AFC, who regularly works alongside Besson, we take a look at this film’s approach to visuals and filming in studio. (FR)

L’éditorial de novembre Avenant
Par Matthieu Poirot-Delpech, AFC

Editoriaux de la Lettre

Après d’âpres négociations, l’Avenant de révision de la convention collective de la production cinématographique a finalement été signé le 8 octobre 2013. Si certains pensaient encore que le terme d’avenant était synonyme de sympathique, de bienveillant ou d’aimable lorsqu’il est un adjectif, ils viennent de comprendre qu’il n’en est rien lorsqu’il devient un nom : c’est alors un « acte par lequel on modifie les termes d’un contrat »... Voici donc une tentative de vulgarisation d’un avenant avenant (sic).