Sven Nykvist

Direction de la photographie

Résultats de la recherche

Films (17)

Articles (52)

Sven Nykvist
par Dominique Le Rigoleur

Sven Nykvist

J’ai rencontré Sven sur Un amour de Swann de Volker Schlöndorff en 1983. J’ai reçu cette rencontre comme un grand cadeau dont le cinéma nous réserve parfois la surprise.
Comme Bertolucci avec Storaro, Truffaut avec Nestor Almendros, Bergman et tous ses films semblaient être en toile de fond derrière Sven. C’était plus qu’une personne qu’on rencontrait.

Disparition de Sven Nykvist
directeur de la photographie suédois

Sven Nykvist

Sven Nykvist, directeur de la photographie suédois, est mort à Stockholm le 20 septembre dernier dans sa quatre-vingt-quatrième année.
Quel plus bel hommage peut-on rendre à Sven Nykvist sinon de reproduire ces propos extraits des mémoires d’Ingmar Bergman, Images : « Si parfois mon travail de cinéaste me manque, c’est seulement pour ma collaboration avec Sven ». (Photo ci-contre Jacob Forsell)

Sven Nykvist
by Dominique Le Rigoleur, director of photography, AFC

Sven Nykvist

I met Sven on Schlöndorff’s A Love of Swann, in 1983. This encounter was to me like one of those amazing gifts that filmmaking sometimes unexpectedly gives us. Like Bertolucci with Storaro, Truffaut with Almendros, Bergman and his films always seemed to follow Sven. When you met him, you met more than just a man. Dominique Le Rigoleur, Volker Schlöndorff, Sven Nykvist, Balthazar, chef machiniste (photo Georges Pierre) This was for me one of the most wonderful and enriching experiences of my life. Sven wanted the cameraman to do his (...)

Sven Nykvist
by Henri Colomer, director

Sven Nykvist

I trained with Nykvist after graduating from IDHEC. His simplicity and his wisdom were heartbreaking ; everything was related with him, and he was poles apart from the histrionics of filmmaking, passing on his knowledge without affectation nor ulterior motive.

Sven Nykvist
par Henri Colomer, réalisateur

Sven Nykvist

J’ai fait un stage avec Nykvist après l’IDHEC et je me disais que... quelques mots en sa mémoire sur le site de l’AFC, mais je ne me sens pas à la hauteur.
En tout cas, c’était un homme bouleversant de simplicité et de sagesse, tout était relié à tout chez lui, il était aux antipodes des " gesticulations " du cinéma, il transmettait sans frime et sans arrière-pensée tout ce qu’il savait.

Sven Nykvist
par Philippe Houdart

Sven Nykvist

Je ne souhaite pas, par ce petit texte, rendre hommage aux qualités artistiques et techniques de Sven Nykvist, tant elles sont internationalement reconnues et analysées depuis des dizaines d’années par des spécialistes beaucoup plus compétents que moi en la matière, mais simplement évoquer ses exceptionnelles qualités humaines qui transformaient une rencontre avec lui en un souvenir inoubliable.

Sven Nykvist
by Philippe Houdart, cameraman, AFCF

Sven Nykvist

My intention is not, via this short text, to pay a tribute to Nykvist’s artistic and technical qualities, as they have been, in the past decades, internationally recognized and analyzed by specialists much more qualified than I am ; I simply wish to touch on those exceptional human qualities of his that would transform any encounter with him into unforgettable memories.

"Culto a la luz" de Sven Nykvist
Un conseil de lecture de Marc Salomon, membre consultant de l’AFC

Livres et revues

Sven Nykvist avait publié en 1997 — sur la base d’entretiens avec Bengt Forslund — une passionnante autobiographie en suédois (Vördnad för ljuset) et il est pour le moins surprenant, pour ne pas dire totalement incompréhensible, que cet ouvrage essentiel sur un des plus grands directeurs de la photo de l’histoire du cinéma n’ait jamais été traduit, sinon en espagnol et en 2002 seulement, grâce à l’entremise de nos confrères de l’AEC. (Quand on voit le nombre de livres inutiles ou pédants qui remplissent les étagères " cinéma " de nos librairies en France…).
C’est bien sûr cette version espagnole que je me suis procurée, mes connaissances en suédois se limitant au montage laborieux d’un meuble Ikea !

Sven Nykvist : " A Northern Light "
dans l’" American Cinematographer "

Livres et revues

Dans l’American Cinematographer de février 2007, un article en hommage à Sven Nykvist : A Northern Light – A salute to the sate Sven Nykvist, ASC, who left a legacy of indelible images par Robert S. Birchard et, sous le titre Full Circle, un survol de la carrière de Michael Ballhaus auquel l’ASC a décerné un " International Award " lors d’une soirée de gala le 18 février.

Woody Allen parle de Sven Nykvist

Sven Nykvist

« J’ai été extrêmement attristé d’apprendre la disparition de Sven Nykvist. Il était un opérateur brillant et un homme merveilleux. Toutes les premières années de ma vie d’adulte furent imprégnées d’images de cinéma éblouissantes dont il était le responsable. Ce fut un honneur de travailler avec lui et un vrai cadeau de passer du temps en sa compagnie. »

Sven Nykvist
par François Catonné

Sven Nykvist

François Catonné a été premier assistant opérateur de Sven Nykvist sur un film de Roman Polanski Le Locataire et un de Louis Malle Blackmoon. Il nous a fait parvenir le témoignage ci-dessous et quelques photos prises par Bernard Prim et par lui-même.

Sven Nykvist by Woody Allen

Sven Nykvist

« I was greatly saddened to hear that Sven Nykvist died. He was a brilliant photographer and a wonderful man. My whole young adulthood was full of dazzling cinematic images that he was responsible for. It was an honor to have worked with him and a treat to have spent time in his company. »

Dans la p(a)resse quotidienne...
par Marc Salomon

Sven Nykvist

Etrangement la disparition de Sven Nykvist n’aura fait l’objet que de courts entrefilets dans la presse quotidienne. Même Libération - qui consacra naguère jusqu’à une page nécrologique entière à Ghislain Cloquet, Nestor Almendros, Henri Alekan, Gabriel Figueroa ou Conrad Hall - n’a octroyé que 15 courtes lignes anonymes à celui qui a pourtant toujours fait l’unanimité auprès de la critique comme de ses confrères, ce qui n’était pas toujours le cas des noms précédemment cités.

A propos d’"un mauvais rêve" de Claude Garnier et de l’"effarement" de Bruno Delbonnel, collègues et amis de l’AFC qui décrivent ces états dans la dernière lettre de novembre de notre association
par Pierre-William Glenn

Billets d’humeur

Je reste désespérément optimiste quant à l’avenir de l’AFC et ne veux surtout pas apparaître comme un " anti-ambiance " alors que j’essaie au contraire de faire vivre la convivialité par la discussion. Je crois qu’il faut ouvrir le débat sur qui dit quoi, et pourquoi, pour faire progresser l’AFC et la qualité de la vie associative.

Jean Harnois
par Philippe Houdart, AFCF

Jean Harnois

Jean nous a quitté au crématorium du Père Lachaise avec Les Copains d’abord chanté par Georges Brassens. Pour moi une boucle venait de se boucler puisque j’avais rencontré Jean pour la première fois à l’automne 1968... au cimetière de Montmartre, sur le tournage d’un court métrage dont il était l’opérateur. (...)

Panavision invite cinq talents
Par François Reumont pour l’AFC

Camerimage 2014

Panavision a choisi cette année de donner la parole à des chefs opérateurs émergents, plutôt qu’à des maîtres de l’image pour faire partager leur expérience, leurs difficultés et leurs questions face au métier. Une table ronde curieusement baptisée " Anamorphique : tradition et innovation " et dont le contenu a été prétexte à l’exploration de l’univers visuel de cinq directeurs de la photographie internationaux.

David Watkin
par Marc Salomon

In memoriam

Nous avons appris le décès du directeur de la photographie britannique David Watkin, le 19 février dernier. Il était âgé de 82 ans.
Marc Salomon, membre consultant de l’AFC, nous en dresse un portrait particulièrement documenté et passionnant.

David Watkin – 1925-2008
by Marc Salomon, AFC consultant member

In memoriam

He was associated with the renewal of British cinematography in the 1960’s, along with his colleagues Walter Lassaly, Billy Williams and Chris Menges - all of whom had done their apprenticeship outside the traditional path of assisting and operating – when he started working with Richard Lester and Tony Richardson for Woodfall Film Productions *. Watkin quickly imposed a new way of lighting, favoring indirect light, broad and diffuse sources, and backlighting, which would quickly become his trademark.

Le Ruban blanc
Entretien avec le directeur de la photographie Christian Berger, AAC

Entretiens avec des directeurs de la photographie

Lors du dernier Festival de Cannes, l’AFC a publié sur son site Internet une série d’entretiens avec des directeurs de la photographie ayant un film retenu dans l’une ou l’autre des sélections.
A l’occasion de la sortie sur les écrans du Ruban blanc de Michael Haneke, Palme d’or de cette 62e édition, nous publions un entretien avec le directeur de la photographie autrichien Christian Berger, AAC dans lequel il y parle de son travail sur le film et d’un système d’éclairage dont il a contribué à la mise au point.
Sortie le 21 octobre 2009

Entretien avec le directeur de la photographie Alessandro Pesci, AIC, à propos du film "Habemus Papam" de Nanni Moretti

Entretiens avec des directeurs de la photographie

Né en 1960, Alessandro Pesci, AIC, travaille en tant que chef opérateur en Italie depuis le début des années 1990. Il partage son temps entre longs métrages, publicités et téléfilms.
Parmi sa filmographie on peut citer récemment
Napoléon et moi de Paolo Virzi, Caos Calmo de Antonello Grimaldi, Il toro et La lingua del Santo de Carlo Mazzacurati ou le téléfilm Elisa di Rivombrosa réalisé par Cinzia Torrini.
Il a travaillé avec Nanni Moretti depuis 1991. Courts métrages, documentaires, et deuxième équipe sur
Caro Diario et Aprile. Habemus Papam est son premier long métrage avec lui en tant que chef opérateur.

Les conseils de lecture de Marc Salomon, membre consultant de l’AFC

Livres et revues

Notre ami et membre consultant de l’AFC Marc Salomon, toujours curieux et à l’affut d’ouvrages, de publications et tout autres supports visuels faisant la part belle aux directeurs de la photographie, à leur travail ou à leur carrière, nous conseille, en prévision de lectures estivales, quelques-uns d’entre eux qui ont retenu son attention...

"Caméflex Amiens", la lumière au cinéma
Par Alain Coiffier

Caméflex 2012

" Caméflex Amiens " associe le nom d’une caméra ô combien mytique à celui d’une ville hôte d’un festival de cinéma de renommée internationale. Le Festival du film d’Amiens et l’AFC se sont associés pour créer " Caméflex Amiens ", nouvelle manifestation dédiée aux directeurs de la photographie qu’Alain Coiffier, qui l’a initiée, présente en quelques mots.

Le directeur de la photographie Christophe Duchange parle de son travail sur "Nos héros sont morts ce soir", de David Perrault

Les entretiens au Festival de Cannes

Originaire du Maine-et-Loire, Christophe Duchange a d’abord abordé l’image par le travail de photographe de presse. Migrant ensuite vers le milieu de l’audiovisuel, il a pratiqué le travail de chef électro en plateau à la télévision, au théâtre, puis en pub et en clip. Peu à peu, il passe chef opérateur sur des courts métrages, notamment avec son ami angevin David Perrault. C’est avec le même David Perrault qu’ils signent ensemble leur premier long métrage de fiction : Nos héros sont morts ce soir, un film en noir et blanc qui se déroule dans le milieu parisien du catch en 1960.
Sans doute le film français le plus intriguant de ce 66e Festival de Cannes. (FR)

Décès de Bernard Noisette, cadreur et directeur de la photographie

Bernard Noisette

Nous avons appris avec tristesse le décès de Bernard Noisette, cadreur et directeur de la photographie, survenu le 15 juillet 2016, à Caen, à l’âge de 83 ans. Ayant accompagné des opérateurs de renom tels que Marcel Grignon, Christian Matras, Michel Kelber, Andréas Winding, Sven Nykvist, Edmond Richard, AFC, Jean-Jacques Tarbès, et, plus près de nous, Robert Fraisse, Ricardo Aronovich, AFC, ADF, François Catonné, AFC, ou encore Philippe Rousselot, AFC, ASC, il a cadré plus de 80 films pour le cinéma et la télévision parmi lesquels, pour ne citer que les plus notoires, La Voie lactée et Le Charme discret de la bourgeoisie, de Luis Buñuel, ou L’Insoutenable légèreté de l’être, de Philip Kaufman.

Rubriques (1)