Warren Beatty

Réalisation
Interprétation

Résultats de la recherche

Articles (4)

Retour sur Cannes 2014 pour Sony

Nos associés à Cannes

Trois moments importants ont marqué la présence de Sony au 67e Festival de Cannes : la Palme d’or décernée au film Winter Sleep, réalisé par Nuri Bilge Ceylan, photographié par Gökhan Tiryaki et tourné avec la F65 ; l’entretien où Vittorio Storaro, AIC, ASC, parle de l’Art de la Cinématographie ; le Prix Découverte Sony CineAlta attribué au court métrage A ciambra, de Jonas Carpignano, par le jury de la 53e Semaine de la critique.

Tom Stern, ASC, talks about his work with Clint Eastwood

Entretiens avec des directeurs de la photographie

Having worked for over 20 years as a gaffer to the greatest American cinematographers of the 1970s (Bruce Surtees, Owen Roiszman, Haskell Wexler, Conrad Hall…), then 46-year-old Tom Stern started a new career as a cinematographer on Clint Eastwood’s Blood Work. His faithful collaborator since 1981 Honkytonk Man, he has photographed all of the star’s films since 2002 and subsequently won several international awards.
Four years after Mystic River, Tom Stern returns to Cannes as foreman of the CST jury.

Tom Stern, ASC, parle de son travail avec Clint Eastwood

Entretiens avec des directeurs de la photographie

Travaillant plus de 20 ans en tant que " gaffer " avec les plus grands opérateurs américains des années 1970 (Bruce Surtees, Owen Roizman, Haskell Wexler, Conrad Hall…), Tom Stern, ASC, a démarré à 56 ans une nouvelle carrière de directeur photo auprès de Clint Eastwood (sur Blood Work). Fidèle collaborateur de ce dernier depuis 1981 (depuis Honkytonkman), il a depuis 2002 signé les images de tous les nouveaux films de la star, remportant également récompenses sur récompenses dans les festivals internationaux.
Après Mystic River en 2003, Tom Stern revient cette année à Cannes en tant que président du jury de la CST.

Vittorio Storaro : « Je crois aux affinités électives »
Par Aureliano Tonet, à Rome

Festival de Cannes 2016

Le Monde, 12 mai 2016.
On doit à Vittorio Storaro la lumière du Dernier Tango à Paris, d’Apocalypse Now, de Reds. Et aujourd’hui de Café Society, sa première collaboration avec Woody Allen, qui fait l’ouverture, mercredi 11 mai, du 69e Festival de Cannes. Quelques jours avant la cérémonie, l’Italien reçoit dans son atelier, au milieu du jardin de sa villa, en bordure de Rome. A 75 ans, il raconte son plongeon dans le grand bain numérique, tout en surveillant du coin de l’œil son neveu, qui s’ébroue parmi les statues, les palmiers et les bassins.