Billets d’humeur

La Balance
Un billet d’humeur de Marc Galerne, K5600

On ne va pas parler du signe zodiacal et encore moins du mouvement qui consiste à dénoncer des porcins, mais bien d’équilibre. Finalement, tout n’est-il pas question de balance ? L’équilibre entre deux forces qui parfois s’opposent, comme le bien et le mal, le riche et le pauvre, le patronat et le syndicat, les techniciens et les producteurs, et maintenant, c’est nouveau, les producteurs et les pouvoirs publics. Attention : révolution (pas trop méchante quand même) contre (mais pas trop) le CNC et les instances publiques.

Femme, Vie, Liberté
Par Caroline Champetier, AFC

Forte émotion place de la République, dimanche 2 octobre, pour la manifestation de soutien aux femmes iraniennes. Beaucoup d’hommes aussi, on sent que la diaspora iranienne est venue en nombre, il y a aussi beaucoup de femmes occidentales, souvent âgées, je reconnais certains visages, le sentiment qu’il ne faut pas rater ce mouvement est palpable.

La Chanson de l’Opérateur !
"À la mémoire de nos ancêtres, les tourneurs de manivelle", par Jimmy Glasberg, AFC

A la suite de la récente parution de l’ouvrage Les As de la manivelle, de Priska Morrissey, Jimmy Glasberg, AFC, profite de l’occasion pour rappeller au bon souvenir de chacun d’entre nous ses origines en tant qu’opérateur. Et pour agrémenter ce sujet sérieux de façon légère, nous reproduisons en complément les deux couplets et le refrain de "La Chanson de l’Opérateur !", extraits du livre de Priska.

Visite de l’exposition Romy Schneider à la Cinémathèque française
Par Gilles Porte, AFC

Sur le tournage de La Mort en direct, il arrivait que Romy glisse des petits mots sous la porte de Bertrand Tavernier : « Si tu as besoin de moi et si tu sais le faire savoir, je donnerai tout, si toi aussi, tu me donnes. Sinon prends une autre actrice. Votre Romy, qui ne saurait jamais faire ce métier à moitié ». Ces confidences de Bertrand Tavernier rapportées par Pierre-William Glenn, dans les coulisses de la Cinémathèque, traduisent à la fois l’immense complicité entre une actrice et un metteur en scène mais aussi celle qui existe entre un metteur en scène et un directeur de la photographie.

Le son toujours en avance sur l’image !

A la suite de la double projection des tests optiques Standard et Grand Format programmée lors du Paris Images AFC Events 2022 au Parc Floral de Paris, Eric Vaucher, "ingénieur" du son par le passé et aujourd’hui chargé de mission, a envoyé à l’AFC la lettre suivante dans laquelle il rapproche judicieusement l’évolution de la prise de son et celle de la fabrication des nouvelles optiques !

"C’est difficile, comme métier, pour apprendre les caméras ?"
Par Gilles Porte, AFC

C’est la deuxième fois que je me rends à Lyon et que je remplace Pierre-William Glenn pour une mission où l’emplacement d’une caméra, le choix d’une focale (40 mm) et celui d’un format (1,33) ont été décidés en 1895. L’idée de Thierry Frémeaux, directeur du Festival Lumière, est simple : confier à celui ou celle qui est lauréat du prestigieux "Prix Lumière" de remettre en scène La Sortie des usines Lumière avec les invités du festival. Cette année, c’est la réalisatrice néo-zélandaise Jane Campion qui succède aux frères Jean-Pierre et Luc Dardenne[1].

Nouveaux horizons pour le site des anciens Laboratoires Éclair

Un article publié sur le site Internet du CNC rappelle à qui aurait gardé en mémoire l’agréable sensation olfactive des bains de révélateur éprouvée en passant dans les couloirs du rez-de-chaussée d’Éclair, à Épinay-sur-Seine, que la fermeture du site, en 2013, a incité la Ville à acquérir les terrains occupés par les laboratoires. Depuis 2019, la mairie a l’intention de les transformer en un lieu ouvert et atypique, artistique et culturel, et d’ainsi faire revivre l’âme de cet endroit auquel restent attachés de multiples souvenirs.

Méliès, reviens vite !
Par Laurent Mannoni, membre consultant de l’AFC

Dans l’attente de l’ouverture prochaine du Musée Méliès à la Cinémathèque française et pour accompagner la parution de son ouvrage Méliès : La magie du cinéma, nous avons demandé à Laurent Mannoni, directeur scientifique du patrimoine et du Conservatoire des techniques cinématographiques, et par ailleurs membre consultant de l’AFC, d’expliquer les raisons de cet actuel "retour en faveur" de l’esprit de Méliès.

Lettre ouverte d’une femme cinéaste à une jeune cinéaste prometteuse

Le magazine en ligne Slate.fr a publié, vendredi 27 mars dans une de ses tribunes, une lettre dans laquelle la réalisatrice et scénariste Anne Villacèque s’adresse à une jeune cinéaste prometteuse des années 1990, sorte de plaidoyer en faveur, selon ses termes, « d’un cinéma de femmes », suggérant qu’il y ait « davantage de femmes dans le Cinéma, davantage de femmes dans l’Histoire ». En voici un extrait...

Un coup de gueule donné par Coline Serreau sur France Inter

Dans l’émission "Grand Bien Vous Fasse", sur France Inter, Ali Rebeihi était en ligne, mardi 24 mars, avec Coline Serreau, et lui demandait de raconter comment elle vivait son confinement. Plutôt que de parler d’elle même, la réalisatrice donnait son point de vue sur le virus et la manière dont nous l’abordons : « Les virus sont puissants et ils peuvent carrément modifier notre génome. Donc, il faut les traiter avec un certain respect ou en tout cas avec modestie, parce qu’il va falloir apprendre à survivre avec eux. »

A propos des César 2020
Billets d’humeur de DoP de l’AFC

A la suite de la 45e cérémonie des César, et en raison de la pluralité des réactions et des ressentis des DoP qui composent l’AFC, le conseil d’administration, réuni ce lundi 2 mars 2020, et moi-même avons décidé de ne pas faire "l’édito du président" à propos de cet événement mais de nous exprimer personnellement et librement dans la rubrique "billets d’humeur". (Gilles Porte, président de l’AFC)

Les avantages à être une femme directrice de la photographie
Article écrit par Leslie Leyzour, publié en anglais sur le site Internet de la SBC

Quand j’ai intégré l’Insas en image, ma mère m’a ramené de Grande-Bretagne un tee-shirt rose fushia intitulé "The advantages of being a woman artist", créé par un groupe d’artistes féministes appelées les Gorilla Girls (photo ci-contre). Je l’ai porté fièrement, d’abord à l’école, puis sur les tournages, en me disant que c’était rigolo et un peu engagé, donc bien.

"La parabole de la Grenouille" ou comment la production audiovisuelle s’effondre doucement
Par Marc Galerne, PDG de K 5600 Lighting Europe

Toruń, en Pologne, nous a accueillis pour cette nouvelle édition de Camerimage du 9 au 16 novembre. Un retour aux sources puisque c’est dans la ville natale de Copernic qu’est né le Festival International de l’Image en 1992. Festival dont les trophées ultimes sont des grenouilles, en référence à une fable locale qui n’est pas sans rappeler celle du joueur de flûte et des rats. La ville est donc parsemée de sculptures de grenouilles en pierre, en bronze et autres matériaux.

Le cinéma réinventé dans un courant d’air frais
Par Jean-Noël Ferragut, AFC

Supposez que vous avez en partie passé vos vacances d’été - caniculaire selon le ressenti de certains - sur une des côtes du sud de la France. Le ciel a cette teinte azurée faisant sa renommée et, dès les premières heures de la matinée, vous longez les murs encore à l’ombre tout en cherchant le premier musée venu pour vous y engouffrer, histoire de peaufiner votre culture - nul n’est parfait ! - de manière climatisée…

Que sont devenus Magali, Benoît, Jérôme, Nathalie, Brahim… ?
Par Frédéric Serve, AFC

Il y a une quinzaine d’années (déjà…), j’ai travaillé sur un beau documentaire qui explorait la langue mystérieuse des sourds–aveugles. Ce très beau film, réalisé par Laetitia Mikles, montrait toute l’humanité d’individus qui, simplement, ne communiquent pas comme nous, n’agissent pas comme nous : hors de nos repères visuels et sonores, leur façon d’être pouvait paraître surprenant, voire dérangeante.

Les cols empesés de Georges Méliès
Péril en sa dernière demeure, par Jean-Noël Ferragut, AFC

Alors que l’on sait quasiment tout de l’œuvre et de la vie de Georges Méliès - dont nous sommes, cinéastes, les enfants spirituels -, vouloir s’intéresser aux cols de ses chemises et tenter de savoir s’ils étaient ou non amidonnés est non seulement une gageure mais encore, du point de vue de l’histoire du cinéma avouons-le, absolument dénué d’intérêt ! A ceci près...