Les Entretiens AFC

Laurent Fénart, AFC, revient sur le tournage du film de Philippe Faucon, "Les Harkis"

Philippe Faucon et Laurent Fénart, AFC, travaillent ensemble depuis une vingtaine d’années. L’un est un réalisateur engagé dans un cinéma ancré dans le réalisme social – Fatima qui a reçu le César 2016 du Meilleur film et le Prix Louis Delluc en 2015, Amin, La Désintégration – l’autre est un directeur de la photo qui partage sa passion entre documentaires et fictions. Nous les croisons ici pour parler de leur dernière collaboration sur Les Harkis, un film qui dénonce la tragique destinée de ces Algériens engagés auprès de l’armée française. Les Harkis est sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs de ce 75e Festival de Cannes. (BB)

Raphaël Vandenbussche parle de son travail sur "Rodéo", de Lola Quivoron

Après le très tendre Garçon chiffon, en compétition officielle au Festival de Cannes 2020, le chef opérateur Raphaël Vandenbussche est de retour au Festival, avec Rodéo, dans la sélection Un Certain Regard. Le premier long métrage de Lola Quivoron dépeint, avec passion et sincérité, l’univers de la Bikelife, et le combat d’une jeune femme pour y trouver sa place. (MC)

Jonathan Ricquebourg, AFC, revient sur les défis du tournage de "Coupez !", de Michel Hazanavicius

Assumant à fond son statut de remake d’un film concept en provenance du Japon, Coupez !, de Michel Hazanavicius, est surtout une comédie sur le milieu du cinéma, avec un casting de premier plan. Ce nouveau film du réalisateur de The Artist fait donc l’ouverture du 75e Festival de Cannes avec son rythme trépidant, son plan-séquence d’ouverture de trente minutes et sa construction très particulière, fidèle à l’original — mais traduite littéralement dans l’univers hexagonal du cinéma. Jonathan Ricquebourg, AFC, en est le directeur de la photo et il nous livre les coulisses de ce grand jeu ambitieux qu’a constitué le tournage de ce film. (FR)

Les vidéos des Conférences AFC du Micro Salon 2022 sont en ligne

Lors du Micro Salon 2022, les 13 et 14 avril, l’AFC avait organisé quatre conférences dont les thèmes étaient : "Enjeux et contraintes d’une restauration éthique", "Laboratoires, Coloristes, DIT : Avec qui cherche-t-on l’image d’un film ?", "Le HDR, la nouvelle norme ?" et "Enjeux Créatifs de la PostProduction dans la fabrication des images". Enregistrées pour l’occasion, elles sont désormais toutes les quatre en ligne et visibles sur le site Internet du Mico Salon ou sur la chaîne Vimeo de l’AFC.

La vidéo de la conférence "La Production virtuelle" est en ligne
Dans le cadre du "Paris Image AFC Events" 2022, le 21 janvier

Si le tournage de séquences de voitures sur mur de LEDs s’apparente (certes en plus moderne et plus réaliste) aux bonnes vieilles transparences qu’affectionnait le cinéma des années 1960, c’est pourtant une toute petite partie des possibilités offertes par le procédé. Boostées par le confinement de mars 2020 et la R&D qui s’en est suivie, plusieurs sociétés se sont lancées sur ce créneau. L’AFC vous propose un tour d’horizon des principaux interlocuteurs, avec des exemples de production commentées. (FR)

La vidéo de la conférence "Le Retour au studio" est en ligne
A l’occasion du "Paris Image AFC Events" 2022, le 20 janvier

Dans le cadre des efforts environnementaux toujours plus concrets imposés par les grandes villes comme Paris, le cinéma français s’adapte progressivement. Ayant peu à peu délaissé puis démoli les studios, n’est-il aujourd’hui pas temps de rebâtir des pôles de production complets où studios, fournisseurs, magasins de décors et hébergement pour les équipes feraient faire du bien au bilan carbone désastreux des déplacements sur un film ? Image, décor, production et responsable de studio partagent leurs impressions... (FR)

Entretiens à propos de la préparation et du tournage de "Notre-Dame brûle", de Jean-Jacques Annaud
Rallumer le feu

Toujours adepte des projets à part, le cinéaste Jean-Jacques Annaud propose avec Notre-Dame brûle une plongée au cœur d’un des événements planétaires de l’année 2019. A la fois fiction et documentaire, cette production de 20 millions d’euros s’attache à retracer avec le plus d’exactitude possible l’incendie accidentel qui a dévasté la cathédrale emblématique. On y croise à la fois des personnages authentiques interprétés par des comédiens, et certains protagonistes jouant leur propre rôle (à l’instar de la maire de Paris). Rencontre avec Jean-Yves Asselin, producteur délégué, Jean Rabasse, chef décorateur, Jean-Marie Dreujou, AFC, directeur de la photo, et Jean-Christophe Magnaud, superviseur des effets spéciaux sur le plateau. (FR)

Le directeur de la photographie Olivier Boonjing, SBC, parle de son travail sur "Rien à foutre", de Julie Lecoustre et Emmanuel Marre

A l’occasion de la sortie en salles, le 2 mars 2022, de Rien à foutre, de Julie Lecoustre et Emmanuel Marre, lire ou relire l’article dans lequel le directeur de la photographie Olivier Boonjing, SBC, revient sur ses choix techniques à propos du film, sélectionné au 74e Festival de Cannes dans la Compétition de la Semaine de la critique et pour lequel il a reçu le Prix Fondation GAN.

Le directeur de la photographie Thomas Hardmeier, AFC, parle de son travail sur "BigBug", de Jean-Pierre Jeunet
Le mari, l’ex femme et le cyborg

C’est pour la plateforme Netflix que Jean-Pierre Jeunet a réalisé son nouveau film BigBug, près de huit ans après L’Extravagant voyage de TS Spivet. Un huis clos qui emprunte à la fois au théâtre et à la thématique classique SF de l’affrontement entre robots et humains. Presque entièrement situé dans un pavillon d’une banlieue futuriste, un groupe d’individus se retrouvent enfermés dans leur domicile automatisé suite à un gigantesque bug qui semble affecter toute la planète. Pour ce nouveau film, Thomas Hardmeier, AFC, a mis au point une stratégie de tournage basée presque entièrement sur l’intégration de la lumière au décor (avec le concours d’Aline Bonetto, chef décoratrice). Un tournage entièrement effectué sur les plateaux Transpaset de Bry-sur-Marne, entre septembre et décembre 2020. (FR)

Entretien avec Martin Ruhe, ASC, à propos de "The Tender Bar", de George Clooney
Entretien filmé, en anglais, par François Reumont, pour l’AFC

Martin Ruhe, ASC, a été le directeur de la photo de plusieurs films dirigés ou interprétés par George Clooney. Parmi ceux-ci, on peut citer The American, d’Anton Corbijn, Midnight Sky ou cette année The Tender Bar, tous deux réalisés par la star. Ce dernier film, tourné durant le confinement de 2020, est le portrait, dans les années1980, d’une famille de Long Island avec, comme narrateur et personnage principal, un garçonnet de huit ans (le jeune Daniel Ranieri, qui joue ici pour la première fois de sa vie). Ben Affleck interprète l’oncle idéal, tandis que Christopher Lloyd y campe un grand père facétieux. Une sorte de chronique douce amère de l’Amérique de ces années-là... (FR)

Frank van den Eeden, NSC, SBC, parle de son travail sur "Animals", de Nabil Ben Yadir
Entretien filmé, en anglais, par François Reumont, pour l’AFC

Film coup de poing qui n’est pas sans rappeler le cinéma radical de Gaspard Noé, Animals, de Nabil Ben Yadir, traite d’un sujet brûlant, la haine envers les homosexuels. Tourné avec un dispositif à la fois minimaliste et très réfléchi, Frank van den Eeden, NSC, SBC, vient nous faire part de ses sentiments sur ce film, en Compétition principale, qui ne devrait laisser personne indifférent. (FR)

Eva Sehet évoque sa collaboration avec le réalisateur Wilmarc Val sur le court métrage documentaire "Brave"

Pour ce dernier jour de compétition dans la compétition Courts métrages documentaires, Brave nous emmène dans un voyage mystique en Haïti, dans les pas de Cébé, fille d’une prêtresse vaudou venue rendre un dernier hommage à sa mère disparue. Le film fait cohabiter d’envoûtantes célébrations vaudous vécues de l’intérieur avec l’intimité douloureuse d’un deuil, d’un voyage dans le passé où Cébé retourne dans le village qui l’a vu naître et qu’elle a quitté pour élever ses enfants en France. Ayant grandit entre ces deux mondes, le réalisateur Wilmarc Val, fils de Cébé, nous livre un portrait poignant de sa mère à travers ce documentaire photographié par Eva Sehet. La cheffe opératrice nous parle de son étroite collaboration avec le réalisateur et des choix cinématographiques qu’ils ont faits pour mettre en image ce récit fort. (MC)

Entretien avec Sean Ellis, réalisateur et DoP de "Eight for Silver"
Filmé, en anglais, par François Reumont, pour l’AFC

Eight For Silver est une variation sur le thème de la malédiction tzigane et celui de la bête du Gévaudan. Prenant comme décor un village français à la fin du 19e siècle, Sean Ellis en a à la fois assuré l’écriture, la réalisation et la mise en image. Ce film d’horreur très premier degré a été tourné intégralement en France en décors naturels et sur le plateau de Transpaset Angoulême, entre 2019 et 2020. Le réalisateur-directeur de la photographie nous parle de ce tournage en deux parties un peu particulier. (FR)

Andrew Droz Palermo évoque son travail sur "The Green Knight", de David Lowery
Un entretien filmé, en anglais, par François Reumont pour l’AFC

Dans la famille des films de Chevaliers de la Table Ronde, je voudrais... The Green Knight ! Une nouvelle variation sur le thème de la quête, qui met en lumière le personnage moins connu de Sire Gauvain (incarné par Dev Patel, l’acteur britannique d’origine hindi popularisé par Slumdog Millionaire). Andrew Droz Palermo, directeur de la photo californien, vient ici prêter main forte à son complice David Lowery (Les Amants du Texas, A Ghost Story) pour filmer cette histoire mystérieuse qui puise autant dans l’univers de la chevalerie que celui du film fantastique...

Sylvain Verdet raconte son aventure expérimentale sur le court métrage documentaire "Pacifico Oscuro", de Camila Beltrán

Pacifico Oscuro est un film atypique, à la croisée des mondes entre fiction, documentaire et film expérimental. Filmé en Colombie, il propose un voyage fantasmagorique basé sur des éléments du réel (des incendies ayant ravagé la région, un groupe de jeunes adolescentes musiciennes). Sylvain Verdet, connu notamment pour ses collaborations avec Clément Cogitore, a assuré la photographie du projet, dans une démarche sensible et innovante, au plus proche des enjeux et des nécessités du tournage. Il nous raconte son expérience et son point de vue de chef opérateur, à l’occasion de la présentation du film à Camerimage, ce vendredi, dans la compétition Court métrages documentaires. (MC)

Xavier Dolléans, AFC, évoque le tournage des six épisodes de "Germinal", de David Hourrègue
Des noirs bien charbonneux

Partenaire de longue date du réalisateur David Hourrègue, le directeur de la photographie Xavier Dolléans, AFC, l’a déjà suivi sur plusieurs séries comme "Cut" (France Ô) ou "Skam" (France TV Slash). Le duo s’étant bâti une certaine réputation grâce au succès de ces programmes, c’est avec la même équipe de production qu’ils se sont lancés sur leur première "grosse machine". En l’occurrence une nouvelle adaptation en six épisodes du roman "Germinal", tournés pour 12 millions d’euros. Une série diffusée en clair par France Télévisions qui est un des événements d’octobre 2021 pour la chaîne du service public. C’est aussi un événement pour Xavier, puisqu’il est pour la première fois en compétition à Toruń pour la meilleure image de pilote TV. (FR)

Karina Silva revient sur ses choix pour filmer "No Man of God", d’Amber Sealey
Sympathie pour le diable

No Man of God est une sorte de huis clos dans une cellule d’interrogation entre un agent du FBI et un tueur en série, adapté des enregistrements authentiques effectués par Bill Hagmaier lors de ses entretiens avec Ted Bundy. La réalisatrice Amber Sealey et sa directrice de la photographie Karina Silva ont dû mettre en place des stratégies de mise en scène et d’image pour traiter ces séquences qui se ressemblent toutes sur le papier et trouver le rythme du film. No Man of God est en compétition cette année à Toruń dans la catégorie "Meilleure première photographie pour un film." (FR)

Entretien avec Seppe Van Grieken, SBC, à propos de la série "The Serpent", de Tom Shankland
Une vidéo de François Reumont pour l’AFC

Programme produit par Netflix, "The Serpent" fait partie de ces projets tirés de faits divers célèbres. Pour recomposer le trajet du tueur en série français Charles Sobhraj, Seppe Van Grieken, SBC, et Tom Shankland à la réalisation font replonger littéralement le spectateur en 1975 dans la fin de l’aventure hippie, entre la Thaïlande et l’Inde. Retour sur cette série en 8 épisodes où le prédateur est interprété par Tahar Rahim. (FR)