Côté profession

Unedic

Intermittence, Convention collective, Assurance-chômage

La note à payer pour combler le déficit 2002 de l’Unedic, estimé à 3 milliards d’euros, sera pour moitié prise en charge. Dans la soirée, mercredi 19 juin, le gouvernement a en effet décidé d’accéder à la demande du patronat et des syndicats de renoncer à percevoir 1,2 milliard d’euros que devait lui verser le régime d’assurance-chômage, et de reporter cette créance à 2003.

Pierre-William Glenn
Président du Comité d’Administration de la CST

Vie des associations, sociétés et fédérations

Vice-Président chargé du secteur administratif, ayant fonction de trésorier:François Helt
Suppléante:Françoise Berger-Garnault

Vice-Président chargé des Relations Extérieures:François Cohen-Séat
Suppléant:Alain Marchal

Vice-Président chargé des relations avec le Comité de Programmes, qui assistent aux réunions de ce Comité:Jean-Marc Laubin
Suppléant:Didier Dekeyser

Secrétaire chargé des relations avec les Services Permanents:Luc Béraud
Suppléant:Dominique Brabant

Entretien avec David Kessler
directeur général du CNC

Chiffres et statistiques

En 2004, la Commission de Bruxelles contrôlera le bien-fondé du système des aides nationales au cinéma.
Nous avons organisé à Cannes une rencontre informelle avec neuf confrères européens, pour entamer ce chantier. La Commission ne va pas tout remettre en cause. Malgré des mécanismes très différents, nous préparons un front commun. Face au cinéma américain, soit tous les pays européens s’en sortiront, soit personne ne s’en sortira.

Bertrand Chatry
par Eric Gautier

Bertrand Chatry

Bertrand a été le compagnon de mes années d’apprentissage. Je l’ai rencontré en 1983. Je commençais à faire l’image de courts métrages. Il m’a alors proposé de devenir son assistant.

Record pour la production cinématographique 2001

Chiffres et statistiques

Comme le souligne en préambule le CNC, « pour la première fois depuis que la production cinématographique fait l’objet de statistiques », soit 1949, « le nombre de films agréés dépasse le seuil de 200 ». Ce chiffre, 204 films, rendu public mercredi 13 mars par le CNC, vient après les excellents résultats de la fréquentation des salles (185 millions de spectateurs en 2001). Pourtant l’examen détaillé du bilan 2001 de la production suscite de nombreuses questions quant à la structure du financement de la production et son influence sur les films produits. (...)

Billy Wilder est mort
personne n’est parfait

In memoriam

Né Samuel Wilder, près de Vienne, le 28 juin 1906, il avait été surnommé Billy par sa mère. Après des études de droit, il s’oriente vers le journalisme, croise le chemin de personnalités de l’époque, dont Schnitzler et Freud. Installé ensuite à Berlin, il gagne sa vie comme danseur mondain, avant d’entrer aux studios de l’UFA en 1927. On l’y emploie à polir ou à écrire des scénarios.
Lorsque Hitler accède au pouvoir en 1933, Billy Wilder prend aussitôt le train pour Paris. Il y réalise "Mauvaise graine", comédie avec la toute jeune Danielle Darrieux, puis gagne les Etats-Unis. A Hollywood, Ernst Lubitsch fait appel à lui pour écrire, avec Charles Brackett, l’adaptation d’une pièce de boulevard d’Alfred Savoir, "La Huitième femme de Barbe-Bleue". Il fera de nouveau équipe avec Brackett en 1939 pour une autre comédie de Lubitsch, "Ninotchka", et pour "La Baronne de minuit", de Mitchell Leisen.
De cette époque, il gardera toujours le souvenir du génie de Lubitsch, avec lequel il partage un passé berlinois. Wilder expliquait que tout au long de sa carrière de metteur en scène, il n’a jamais cessé de se poser une seule question : « Comment Lubitsch aurait tourné cette scène ? »

Bertrand

Bertrand Chatry

j’ai tellement partagé de choses avec toi,
le boulot et les amis, les espoirs, la rigolade et les emmerdes.
Néné (Jean-Marc Négroni)

J’ai connu Bertrand dans les années soixante-dix

Bertrand Chatry

« On avait le même âge, mais lui a tout de suite démarré comme directeur de la photo alors que je chargeais les magasins. A cette âge, profiter de la vie est largement aussi important que le travail, on faisait la fête ensemble, on se donnait des coups de main sur les courts métrages. On parlait longuement de lumière au téléphone. Il en parlait très bien avec des mots justes. A la sortie des projections, c’est vers lui que j’allais pour recueillir ses avis. Il me manque beaucoup. » Romain Winding

Salut Bertrand

Bertrand Chatry

« Salut Bertrand, il est 0 h 45, je viens de rentrer de la projection "avant-première" de l’AFC. Tu n’étais pas là ce soir. J’ai vu le film en pointillé (pardon Patrick !). Puis, on a bu un verre avec pas mal de nos associés et collègues et tu n’étais toujours pas là. Je n’en revenais pas. Aude m’a dit : « Je n’arrive pas à y croire ». Puis je suis sortie du cinéma et dehors il y avait Jean-Jacques. On a pris une bière, on ne pouvait pas rentrer tout de suite, on a pas mal discuté de cinéma mais surtout de toi. Puis je suis rentrée. Tu (…)