ACS France et l’Ultimate Arm

Après Thor qui sort en ce moment sur les écrans en France, les Studios Marvel préparent la sortie de Captain America : First Avenger en août prochain, film qui nous plonge dans les premières années de l’univers Marvel.
Il sera distribué en 2D et en 3D. Nous avons travaillé sur les séquences d’actions de la deuxième équipe avec Jonathan Taylor qui assurait l’image, en 35 mm le jour (Caméra 435 et objectif Primo Panavision) et avec la Genesis la nuit.

Pour les plans de jours, l’équipe de l’Ultimate Arm a filmé Captain America poursuivant les " méchants " en pleine forêt anglaise, sur un terrain extrêmement boueux et au milieu d’explosions de grenades, où la configuration " off road " de la voiture a fait ses preuves.
Le hublot tournant (Rain Deflector) a permis de filmer des plans avec la caméra qui traversait les nuages de fumée (effets pyrotechniques) en nettoyant l’objectif des différents résidus des explosions (Rotation des vitres à 4 500 RPM, montage possible sur tout type de caméra).
Pour les séquences de nuit, Jonathan Taylor a préféré utiliser la Genesis. Pour une des séquences où les explosions ne permettaient qu’une seule prise, nous avons installé une deuxième tête gyro-stabilisée à l’avant du véhicule pour un second point de vue, au ras du sol.

L’Ultimate Arm d’ACS France
L’Ultimate Arm d’ACS France
Sur le tournage de Captain America


Le tournage s’est terminé en Suisse sur les routes de montagnes valaisannes où deux Alexa ont été fixées sur la Lev Head, à l’aide d’un rig " sur mesure ", pour permettre un angle de champ maximum. Ces pelures étaient nécessaires pour les effets spéciaux en numérique, afin d’intégrer une voie ferrée et le passage d’un train, dans une séquence d’action préalablement tournée sur fond vert en studio.
La production a préféré tourner avec des caméras classiques 2D et spatialiser les images en 3D pour la sortie dans les salles équipées. En effet le film comporte de nombreuses séquences d’actions très dynamiques. Et les moyens mis à la disposition de la réalisation pour ces plans ont été conséquents : cinq à huit caméras pour la seconde équipe, avec pas moins de 200 techniciens en permanence sur le plateau. Il semble que le déploiement de technologie 3D était trop " lourd " pour ce genre de cinéma d’action.