André Diot

Direction de la photographie

Résultats de la recherche

Articles (7)

"Penser la lumière", de Dominique Bruguière
A la frontière de l’ombre

Livres et revues

Il est très souvent question ici de lumière, l’une des "deux mamelles" qui avec le cadre "alimentent" l’image de cinéma, plus rarement de lumière de scène. Dominique Bruguière crée depuis plus de trente ans des lumières pour le théâtre et l’opéra ; elle rend compte, dans "Penser la lumière", du cheminement nécessaire à sa composition et de la façon dont elle interagit avec tous les éléments entrant en jeu dans la mise en scène.

Where cinematographer Caroline Champetier, AFC, speaks about her work on "The Innocents", directed by Anne Fontaine
By François Reumont for the AFC

Les entretiens à Camerimage

The Innocents, directed by Anne Fontaine, recounts the meeting of a young Red Cross volunteer with a group of nuns, in the Polish countryside, just after the War. The occupants of the convent, victims of rape by Red Army soldiers during the liberation of Poland, are confronting the ensuing pregnancies, which they do not want disclosed to the outside world. Torn between religious obligation and maternal instinct, the destiny of these women, who have taken vows of celibacy, is suddenly in question...

Où la directrice de la photographie Caroline Champetier, AFC, parle de son travail sur "Les Innocentes", d’Anne Fontaine
Par François Reumont pour l’AFC

Les entretiens à Camerimage

Les Innocentes, d’Anne Fontaine, évoque la rencontre d’une jeune volontaire de la Croix-Rouge avec un groupe de religieuses dans la campagne polonaise de l’immédiat après-guerre. Victimes de viols de la part de l’armée rouge lors de la libération du pays, les pensionnaires du couvent doivent peu à peu faire face à une série de grossesses qu’elles ne veulent sous aucun prétexte voir ébruiter. Partagées entre devoir religieux et instinct maternel, le destin de ces femmes vouées initialement au célibat va être bouleversé...

Disparition de Max Pantera, cadreur

Max Pantera

Nous avons appris avec tristesse le décès de Max Pantera, survenu à Paris le 14 novembre 2018 des suites d’une longue maladie, à l’âge de 88 ans. Après un parcours hors des sentiers battus du cinéma et avoir débuté comme cadreur sur des films de télévision, c’est à ce poste que Michel Deville lui offrira la chance de poursuivre une carrière qui compte plus d’une douzaine de longs métrages.

le passage des extérieurs aux intérieurs...

Les Entretiens AFC

Projection d’un extrait de Born Romantic de David Kane R. A. : Le travail de repérage, c’était de choisir les trajets de nuit, les lieux pour lesquels on aurait des autorisations. Et finalement c’est pour ça aussi que j’avais décidé de faire beaucoup moins de voiture-travelling. Car quand j’étais dans la voiture, on pouvait se passer d’autorisation puisqu’on n’avait pas de lumière extérieure et on n’avait rien qui dépassait de la voiture donc on n’avait aucune autorisation à demander. On pouvait aller n’importe où. On savait aussi à quelle heure les (...)

Un "Petit Prince" nous a quittés
Par Philippe Houdart

Max Pantera

Beaucoup de ses proches, du moins professionnels, appelaient Max Pantera « Le Petit Prince » car sur les tournages, c’est lui qui avait pour habitude d’appeler comédiens et comédiennes, techniciens ou techniciennes, « Petit Prince » ou « Petite Princesse », ce qui, avouait-il, avait le gros avantages de lui permettre de ne pas avoir à mémoriser les prénoms de ses interlocuteurs. Et les comédiennes, en particulier, étaient souvent ravies par cette gentille intention qu’elles pensaient leur être réservée.