Ariane Damain Vergallo

Industries techniques
Presse

Résultats de la recherche

Articles (74)

Julien Hirsch, tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir des parents communistes
Par Ariane Damain-Vergallo pour Ernst Leitz Wetzlar

Portraits de directeurs de la photographie dans l’optique de Leitz

À la fin des années 1970, Julien Hirsch, encore enfant, passe toutes ses vacances en famille, au Pays Basque. Les habituels jeux de plage sont régulièrement agrémentés de manifestations pour défendre des militants basques espagnols condamnés à mort. À Hendaye, sur le petit pont qui enjambe la Bidassoa, le bras de rivière qui sépare la France de l’Espagne, Julien Hirsch, du haut de ses dix ans, défie avec conviction, enthousiasme et le poing levé la Guardia Civil postée juste en face.

Gilles Porte, face-à-face
Par Ariane Damain Vergallo pour Ernst Leitz Wetzlar

Portraits de directeurs de la photographie dans l’optique de Leitz

En 1995, Gilles Porte et son frère jumeau ont tous les deux trente ans. Ils fêtent Noël en province, dans la maison familiale. Leur père, un éminent cardiologue, et leur mère, médecin du travail, ainsi que leur sœur, sont présents ce soir-là. Les propos échangés sont si violents, si amers, qu’ils quittent la maison sans se retourner tandis que leur père les regarde froidement s’éloigner. Un adieu définitif pour son frère jumeau.

Les optiques Leitz Primes prêtes à la livraison

Optiques

Les ateliers Leitz, à Wetzlar en Allemagne, n’ont pas cessé de fabriquer des optiques durant le confinement en France. La série de douze objectifs Leitz Primes FF T:1,8 et les deux zooms 25-75 mm et 55-125 mm FF T:2,8 "constants" sont prêts pour de futures livraisons à l’international.

Hélène Louvart, AFC, Darius Khondji, AFC, ASC, and Eric Gautier, AFC, talk about their shooting on Kodak film

Kodak

In 2019, three AFC directors of photography used Kodak film for the shooting of one of their movies. Hélène Louvart shot Eliza Hittman’s Never Rarely Sometimes Always on 16mm, Darius Khondji shot Benny and Josh Safdie’s Uncut Gems on 35mm, and Eric Gautier shot Hirokazu Kore-eda’s The Truth on 35mm 2-perf. Here are the links to the articles in which each of them talks about his experience.

Hélène Louvart, AFC, Darius Khondji, AFC, ASC, et Eric Gautier, AFC, ont tourné en Kodak et en parlent

Kodak

En 2019, trois directeurs de la photographie membres de l’AFC ont utilisé pour le tournage d’un de leurs films le support pellicule Kodak. Hélène Louvart a tourné Never Rarely Sometimes Always, d’Eliza Hittman, en 16 mm, Darius Khondji Uncut Gems, de Benny et Josh Safdie, en 35 mm, et Eric Gautier La Vérité, d’Hirokazu Kore-eda, en 35 mm 2perfs. Voici les liens vers des articles, en anglais, où chacun d’eux parle de son expérience...

Thomas Brémond, au plus près
Par Ariane Damain Vergallo pour Ernst Leitz Wetzlar

Portraits de directeurs de la photographie dans l’optique de Leitz

Au début des années 1990, Thomas Brémond, qui a alors 12 ans, apprend que Jacques Doillon recherche des comédiens pour son prochain film Le Jeune Werther. Il décide de se présenter et rencontre, impressionné, le réalisateur aux cheveux longs qui le reçoit, bottes de cow-boy sur le bureau. Surpris qu’un si jeune garçon lui parle du jazzman Miles Davis, Jacques Doillon l’engage dans la foulée.

Paul Guilhaume, retour vers le futur
Par Ariane Damain Vergallo, pour Ernst Leitz Wetzlar

Portraits de directeurs de la photographie dans l’optique de Leitz

Paul Guilhaume a beau ne plus être étudiant en cinéma depuis un moment, il continue pourtant à décortiquer le découpage des chefs d’œuvre du cinéma américain, Voyage au bout de l’enfer, de Michael Cimino, History of Violence, de David Cronenberg, ou No Country for Old Men, des frères Cohen, des films qui ont été à l’origine de son désir d’être chef opérateur. Il regarde sans se lasser les splendides faux raccords lumière de ce prestidigitateur qu’était le chef opérateur Vilmos Zsigmond sur Rencontres du troisième type, de Steven Spielberg, où, dans la scène d’ouverture, le soleil est à contre-jour sur n’importe quel plan !

Paul Guilhaume, back to the future
By Ariane Damain Vergallo, for Ernst Leitz Wetzlar

Portraits de directeurs de la photographie dans l’optique de Leitz

Although Paul Guilhaume has not been a film student for a while, he still dissects the storyboards of such masterpieces as Michael Cimino’s The Deer Hunter, David Cronenberg’s History of Violence or the Coen brothers’ No Country for Old Men - films that triggered his desire to be a cinematographer. Again and again, he watches the splendid lighting mismatches concocted by cinematographer-cum-magician Vilmos Zsigmond for Steven Spielberg’s Close Encounters of the Third Kind, in the opening scene of which, on every single hot, everything and everyone is backlit against the sun !

Leitz à Camerimage 2019

Nos associés à Camerimage

Leitz est partenaire de Camerimage du 9 au 16 novembre 2019. Vous pourrez nous retrouver sur notre stand, y découvrir les nouveaux zooms Full Frame et les nouvelles focales fixes Leitz Primes, et nous rencontrer à plusieurs occasions.

Leitz at Camerimage 2019

Nos associés à Camerimage

Leitz is this year again partner of Camerimage taking place in Torun from November 9th to 16th 2019. You can find us on our stand and discover the new zomm lenses, the new Large Format set of prime lenses, and you will have several opportunities to meet us.

Léo Hinstin, l’un et l’autre
Par Ariane Damain Vergallo pour Leitz

Portraits de directeurs de la photographie dans l’optique de Leitz

Il y a quarante ans, des anges bienveillants s’étaient penchés sur le berceau de Léo Hinstin lui offrant de naître dans une famille de longue lignée bourgeoise, brillante et éclairée. Aussi loin qu’un grand oncle féru de généalogie avait pu remonter, il avait trouvé des hommes dont la France pouvait s’enorgueillir, des polytechniciens, des militaires et des intellectuels.

Léo Hinstin, the one and the other - both, actually
By Ariane Damain Vergallo for Leitz

Portraits de directeurs de la photographie dans l’optique de Leitz

Forty years ago, benevolent angels leaned over Leo Hinstin’s cradle, bestowing upon him the privilege of being born into a family of long, brilliant and enlightened bourgeois lineage. As far back as a genealogy-obsessed great-uncle was able to go, he had found a multitude of men whom France could be proud of : Ecole Polytechnique alumni, soldiers, intellectuals.

Benoît Delhomme, the eye, the hand… and beyond
By Ariane Damain-Vergallo for Leitz Cine Weltzar

Portraits de directeurs de la photographie dans l’optique de Leitz

In 1935, Benoît Delhomme’s grandfather Georges helped create Lancôme, a fragrance house for which he designed bottles or, more accurately, glass sculptures that were at once ethereal, bright and fanciful. "Magie", "Trésor", "Peut-être", "Joyeux Été" were the scents these bottles contained, the aim of which was to help women overcome the traumas of World War2.

Benoît Delhomme, l’image et le geste
Par Ariane Damain-Vergallo pour Leitz Cine Weltzar

Portraits de directeurs de la photographie dans l’optique de Leitz

En 1935, le grand père de Benoît Delhomme - Georges Delhomme - avait participé à la création de Lancôme, une maison de parfums dont il réalisait alors les flacons, sculptures de verre aériennes, lumineuses et pleines de fantaisie. "Magie", "Trésor", "Peut-être", "Joyeux été" étaient les noms des senteurs que ces flacons renfermaient et qui devaient rendre les femmes plus heureuses au sortir de la guerre.

Myriam Vinocour, Day 1
By Ariane Damain-Vergallo for Leitz Cine Weltzar

Portraits de directeurs de la photographie dans l’optique de Leitz

On a specific day in September 1984 (a year George Orwell definitively made famous), in a small courtyard off the Rue Rollin in Paris, the final results are – at last ! - to be posted of the competitive exam to enter (or not) the Louis Lumière Film School’s prestigious Camera Dept. Myriam Vinocour has been waiting all summer for this moment because, mere months ago, right after she took the exam, she ranked twenty-fifth… but only the top twenty-four were taken. But who knows ? Perhaps Lady Luck is in a good mood and one of the twenty-four stood down ?

Myriam Vinocour, le jour 1
Par Ariane Damain-Vergallo pour Leitz Cine Weltzar

Portraits de directeurs de la photographie dans l’optique de Leitz

En ce jour de septembre 1984 – une année que George Orwell a rendu définitivement célèbre – dans la petite cour de la rue Rollin à Paris, sont enfin affichés les résultats définitifs du concours de l’Ecole Louis-Lumière, section image. Myriam Vinocour a attendu ce moment tout l’été car elle a eu la désillusion d’arriver vingt-cinquième à ce concours où seulement vingt-quatre sont retenus. Première sur la liste d’attente, peut-être ce matin-là la chance va-t-elle lui sourire et quelqu’un se désister ?

Guillaume Schiffman, the order - and concept - of merit
By Ariane Damain-Vergallo for Leitz Cine Weltzar

Portraits de directeurs de la photographie dans l’optique de Leitz

In 2017, the Ministry of Culture offered cinematographer Guillaume Schiffman to honor him by making him “Knight of the National Order of Merit.” Being offered that so-evocatively named reward pleased the man no end... but he never finished filling the proper documents and never went to fetch it.

Guillaume Schiffman, de l’ordre du mérite
Par Ariane Damain-Vergallo pour Leitz Cine Weltzar

Portraits de directeurs de la photographie dans l’optique de Leitz

En 2017, le ministère de la Culture avait proposé au chef opérateur Guillaume Schiffman de le distinguer comme chevalier de l’ordre national du Mérite. Cette offre de récompense - au nom si évocateur - lui avait beaucoup plu mais il n’avait finalement pas rempli les papiers et n’était jamais allé la chercher.

Denis Lenoir, AFC, ASC, the go-between
By Ariane Damain Vergallo for Leitz Cine Wetzlar

Portraits de directeurs de la photographie dans l’optique de Leitz

Denis Lenoir is already a confirmed cinematographer when he reads Pierre Bourdieu’s essay, Photography : A Middle-brow Art.
The idea that ‘‘bourgeoisie dunces’‘ are particularly successful in photography - a way for them not to downgrade - has always interested him. Born in that milieu and a “lazy, lousy student,” Denis Lenoir totally recognizes himself in that analysis.

Denis Lenoir, AFC, ASC, entre deux
Par Ariane Damain Vergallo pour Leitz Cine Wetzlar

Portraits de directeurs de la photographie dans l’optique de Leitz

Denis Lenoir était déjà un chef opérateur confirmé quand il a lu l’essai que Pierre Bourdieu avait écrit sur la photographie, Un art moyen. L’hypothèse selon laquelle "les cancres de la bourgeoisie" réussissaient particulièrement bien dans la photo - une manière pour eux de ne pas se déclasser - l’avait intéressé. Denis Lenoir, qui ne s’était jamais soucié de travailler à l’école et qui était né dans ce milieu, s’était finalement reconnu dans cette analyse.

Philippe Rousselot, AFC, ASC, parle des "Animaux fantastiques : Les Crimes de Grindelwald", de David Yates
À propos des optiques Leitz Thalia

Portraits de directeurs de la photographie dans l’optique de Leitz

Alors que le réalisateur David Yates et son directeur de la photographie Philippe Rousselot, AFC, ASC, venaient de terminer les essais du film Les Animaux fantastiques : Les Crimes de Grindelwald, ils ont aligné - par amusement - toutes les séries d’optiques sur une table et ont décidé de choisir celles qui leur plaisaient le plus d’un point de vue purement esthétique et... « Les Thalia étaient beaucoup plus jolies à regarder ! » Une boutade plus sérieuse qu’il n’y paraît.

Michel Abramowicz : "Ensemble, c’est tout"
Par Ariane Damain Vergallo pour Leitz Cine Wetzlar

Portraits de directeurs de la photographie dans l’optique de Leitz

En 1973, Michel Abramowicz est un jeune parachutiste des commandos de l’armée israélienne Tsahal qui vient de terminer un très long service militaire de trois ans. Aussitôt après, il a repris des études à l’université d’Haïfa et tente de goûter enfin aux délices de la vie civile. Nul ne peut se douter qu’en ce jour sacré de Yom Kippour et en plein mois de ramadan, le pays subisse une attaque éclair de son ennemi immémorial, l’Égypte.

Lubomir Bakchev, l’homme de fer
Par Ariane Damain Vergallo pour Leitz Cine Wetzlar

Portraits de directeurs de la photographie dans l’optique de Leitz

Dans les années 1970-1980, la Bulgarie était l’un des pays les plus communistes du globe. Le "grand frère" russe n’avait même pas eu besoin d’y installer une armée d’occupation tant la population bulgare adhérait au système. La propagande y était particulièrement efficace et on risquait sa vie à émettre un début de contestation.