Armand Marco, une "belle personne"

La Lettre AFC n°262

Peu de temps après la nouvelle de la disparition d’Armand Marco, de nombreux directeurs de la photographie de l’AFC ont échangé à son sujet des témoignages de sympathie ; nous les publions ici en sa mémoire. Armand, une "belle personne" – comme cité plus loin – qui aura écrit une des pages marquantes de notre association.

❙ Je ne connaissais Armand que de nom et de renommée quand je suis entré à l’AFC. C’est à mon premier CA que j’ai connu le bonhomme. Il y apportait ce sourire lumineux que vous avez tou(te)s si bien décrit et cet humour discret qui savait détendre l’atmosphère quand elle devenait électrique. Il est devenu tout de suite un copain généreux complice de bonne humeur/humour.
On se marrait bien ensemble. Il m’a prévenu des troubles d’Imago mais en vieux briscard humaniste qu’il était. Il représentait tant pour moi le "cœur" et "l’espri" de l’AFC. Un chouette mec.
Il était devenu plus difficile à joindre ces derniers mois et répondait moins mais on pouvait toujours espérer le revoir de temps en temps et c’est dur maintenant de savoir qu’on ne le croisera plus.
C’est vraiment trop triste.
Richard Andry

❙ Je suis très triste. Armand était un type formidable.
Je ne l’avais pas vu depuis un moment mais la dernière fois il m’avait semblé bien abattu. C’était peu de temps après le décès de sa compagne.
Jean-Jacques Bouhon

❙ Moi aussi je l’aimais beaucoup, c’était mon professeur à La fémis et je l’avais retrouvé comme co-correcteur des dossiers de La fémis. J’aimais son calme, son ironie et sa ferveur discrète.
Je suis triste d’apprendre cette nouvelle…
Céline Bozon

❙ Cher Armand,
Tu es parti, toi le Bienveillant, tu nous as tiré ta révérence. Je te connaissais de nos rencontres à l’AFC, CA, AG, & compagnie.
Ton sourire espiègle, ton humour et ta pugnacité à défendre tes idées dans le respect de celles des autres, avec ton regard toujours distancié. Je sais que tu vas manquer à beaucoup de monde à l’AFC et à beaucoup d’autres dans la vraie vie.
Je t’ai vu à La fémis la dernière fois, juste avant la dernière AG 2015. Tu étais loin, distant, absent, comme vidé et j’ai pensé furtivement que tu préparais déjà tes valises.
Je te remercie Très chaleureusement d’être allé voir mon film Bluesbreaker à sa sortie au Saint-André-des-Arts en 2007. Je ne sais pas si tu l’as aimé, tu t’es bien gardé de me le dire, mais tu es le seul AFC à y être allé : forcément, ça m’a touché profondément.
Tu aimais tant la musique...
Meet you in the next world.
Dominique Brenguier

❙ Je ne connaissais pas Armand en dehors des assemblées générales de l’AFC mais à chaque fois qu’on se disait bonjour, j’avais toujours l’impression de retrouver un vieil ami. Comme beaucoup d’entre nous, j’ai toujours été frappé par sa bienveillance, toujours amical, souriant, prêt à rire, attentionné aux autres. L’élégance du corps et du cœur. Quelle classe !
François Catonné

❙ J’ai rencontré quelques fois Armand lors des projections AFC à La fémis et à chaque fois c’était un bonheur de discuter avec lui.
Son sourire, son regard, et sa bienveillance nous manquent.
Benoît Chamaillard

Armand Marco restera pour moi un homme de tolérance et d’écoute.
Il avait cette douceur et cette discrétion des hommes, bienveillants envers ses pairs comme aussi envers une jeune génération de chefs opérateurs, qui ont toujours apprécié son regard. Il m’a amené dans nos longues discussions afcéennes un regard de sérénité parfois difficile à acquérir à mes débuts.
Je me souviendrai longtemps aussi de ses prises de position fortes quand il estimait défendre des idées auxquelles notre métier croit.
Je suis triste de son départ.
De douces pensées pour ses proches.
Rémy Chevrin

❙ Mon cher Armand,
Tu vas nous manquer, tu vas me manquer… Combien d’années d’amicale complicité, de vrai bonheur à se rencontrer ?
Je t’embrasse très fort.
Denys Clerval

❙ Je suis très touché.
Armand était de la génération précédente mais il a toujours été très ouvert, amical et formidable avec moi.
J’aimais son humour discret.
Il manquera à l’AFC et à nous tous individuellement.
Une pensée à sa famille.
Arthur Cloquet

❙ Armand est le premier professionnel que j’ai rencontré quand, jeune provincial sur les bancs de Louis-Lumière, il était venu parler de son métier. Sa gentillesse était toujours là à chaque fois que je l’ai croisé...
Laurent Dailland

❙ En ces temps de rejet de "l’autre"..., je reprendrai les propres phrases qu’Armand écrivit, lors de son hommage à Alain Levent, sur notre site : « A ses côtés, j’ai appris un principe essentiel pour l’exercice de notre métier : trouver sa juste place sur un plateau, en s’affirmant, sans empiéter sur le travail des autres. »
Quelle belle idée de l’autre !
Son sourire et sa lucidité (et tant de qualités humaines) resteront pour moi l’image d’Armand !
Eric Dumage

❙ Armand, je l’ai connu quand nous étions intervenants sur les fictions 16 à La fémis. Toujours bienveillant, charmant, passionné avec les étudiants qui l’adoraient. C’était un bonheur de passer du temps avec lui quand nous patientions aux portes des studios. Nous avons continué à nous côtoyer aux CA de l’AFC et toujours, il avait ce calme et ce regard un peu espiègle. Je m’en veux tellement de ne pas avoir pris de ses nouvelles, de l’avoir laissé partir comme ça sans lui dire à quel point il comptait pour nous.
Mes affectueuses pensées à sa famille.
Nathalie Durand

❙ Cher Armand,
Je ne pourrai pas venir t’accompagner dans ton grand voyage.
Mais mon cœur sera aux côtés de tous mes collègues de l’AFC présents pour te dire au revoir.
Toutes mes pensées vont vers toi et tes proches.
Et si la réincarnation existe, reviens vite nous faire part de ta générosité, ton élégance, ta jeunesse d’esprit.
Au revoir Armand, tu nous manques déjà.
Claude Garnier

❙ Un dernier salut Armand, vieux complice de Filmeur des années soixante-dix, la Coutant sur l’épaule. Nous partagions parfois quelques "canons" sur le zinc près de chez Alga et évoquions nos folies cinématographiques.
Je t’avais croisé au Micro Salon l’année dernière et tu étais très affecté par la disparition de ton épouse.
Je garderai toujours un souvenir de ton sourire complice de vieux voltigeur.
Sincères condoléances aux tiens.
Jimmy Glasberg

❙ La disparition d’Armand a beaucoup affecté la vieille garde de l’AFC puisque nous étions une bonne douzaine à assister à sa crémation hier à Valenton. Cérémonie sinistre s’il en fut (’’Uberisation’’ épouvantable des cérémonies funèbres) mais le sentiment et le souvenir d’une belle personne étaient là. Sa fille a été très touchante dans le seul bon moment de l’événement.
Pierre-William Glenn

❙ Je suis triste.
Il y avait dans les yeux d’Armand, lorsqu’il regardait les étudiant(e)s de l’IDHEC dont j’étais une lueur joyeuse, qui disait « Allez-y, foncez en dépit de tout ! », qui ne s’oublie pas.
Toutes mes pensées à sa famille.
Agnès Godard

❙ Armand,
Je me souviens de nos conversations lorsque j’ai pris la présidence de l’AFC en 2003. Tu étais toujours présent au CA et combien de fois nous nous sommes parlé de toutes les questions qui traversaient notre association.
Avec ta discrétion légendaire, ton écoute et ton point de vue ont toujours compté. Tu m’as soutenu dans mes doutes de l’époque, freiné comme il le fallait dans mon ardeur à aller parfois trop vite.
Depuis, nous sommes restés proches et, je crois, respectueux de nos points de vues.
Ces discussions, cette réflexion me manqueront comme ta présence à nos côtés.
Salut Armand, tu seras à nos côtés quoi qu’il arrive.
Eric Guichard

❙ Je suis très triste d’apprendre cette nouvelle pour Armand.
Je l’avais rencontré très tôt quand je suis rentré des Etats-Unis à Paris au début des années 1980. Il avait été adorable avec moi qui était jeune assistant inexpérimenté.
Je l’avais revu ces dernières années, grâce a l’AFC, il était toujours aussi gentil, doux et aimable, reconnaissable par son incroyable sourire de gentillesse.
Toute ma pensée a sa famille,
Darius Khondji

❙ Armand a été mon assistant dans "Trans Europ Express", il avait des qualités humaines exceptionnelles. Nous nous sommes revus plus tard à l’AFC, à mon retour des USA.
Nous abordions nos conversations et commentaires sous son charme et son humour non moins exceptionnels.
Godard, etc.
Il nous manque déjà !
Willy Kurant

❙ Je me joins à vous tous pour témoigner de la tristesse que m’a apportée cette nouvelle.
C’est aussi à son sourire charmant que l’on pense immédiatement et à ses qualités de bon camarade, à sa chaleur humaine.
Une pensée pour ses proches à qui il va beaucoup manquer.
Dominique Le Rigoleur

❙ Chers collègues,
Vous qui pouvez accompagner ce cher Armand, je suis à vos côtés en pensées. Nous avons tous bien des images chaleureuses à partager avec lui et les siens.
Tristesse et Amitiés.
Pierre Lhomme

❙ Quelle triste nouvelle…
Armand, pour moi, c’était une immense bienveillance et un sourire.
Un mec bien quoi.
Stéphan Massis

❙ Je garderai un heureux souvenir d’Armand, son regard, son sourire, sa gentillesse calme et l’attention qu’il portait aux autres.
Nous avons partagé une Master Class à Jakarta auprès de cinéastes indonésiens. Ce fut une très belle aventure et collaboration.
Mes pensées à sa famille.
Pierre Novion

❙ Comment oublier son sourire, son regard, sa bienveillance ?
Croiser Armand à l’AFC, c’était l’assurance d’avoir gagné un moment de sérénité qui allait nous accompagner au cours de la journée…
Je ne savais pas qu’il était malade…
Je ne sais pas quand je l’ai aperçu la dernière fois mais une chose est certaine, il souriait…
Un poète a dit un jour que « tous les morts sont des braves types » mais Armand était assurément un "brave type" de son vivant…
Un mec bien… Un mec sur qui on pouvait compter… Un repère à l’AFC...
Combien d’assistant(e)s caméra et de jeunes opérateurs(trices) Armand a-t-il encouragés pour prendre des chemins de traverse quand les autoroutes de tankers étaient encombrées ?
J’ai eu la chance de rencontrer Armand… Je souhaite à toutes celles et ceux qui débutent dans cette profession de trouver un épaule solide et amicale comme l’étaient celles d’Armand car il utilisait les deux lorsque c’était pour porter une caméra ou soutenir l’un d’entre nous…
Une grosse pensée pour ses proches et sa famille à qui la présence, les attitudes et la générosité d’Armand doivent forcément beaucoup manquer…
Gilles Porte