Artur Zurawski, PSC, et Pawel Dyllus à propos d’anamorphique…

Témoignages sur l’Optimo 56-152 A2S de Thales Angénieux

par Angénieux La Lettre AFC n°269

[English] [français]

Dans l’article qui suit, les directeurs de la photographie Artur Zurawski, PSC, et Pawel Dyllus témoignent de leur utilisation du zoom anamorphique Angénieux Optimo 56-152 A2S sur un de leurs récents tournages.
Artur Zurawski sur le tournage de "Sultan"
DR

Artur Zurawski, PSC, a fait les images de Sultan, le film du réalisateur indien Ali Abbas Zafar, sorti un peu partout dans le monde en juillet dernier.
Sultan retrace le parcours d’un lutteur sur le déclin décidé à se battre pour retrouver sa vie, son amour et son honneur. Au-delà du ring, c’est contre lui-même qu’il mènera son plus grand combat.
Sur ce film, tourné en anamorphique, entre autres équipements, Artur Zurawski a utilisé l’Optimo 56-152 A2S et aussi le 24-290.

[…] « Mais il y a des plans ou des scènes entières où je dois utiliser le zoom. Parfois j’ai besoin de changer de longueur de focale dans le plan pour rendre une impression de mouvement mêlé à celui de la caméra quel que soit le dispositif. Ou alors j’ai besoin de très longues focales et bien souvent le zoom long est le meilleur choix pour des raisons techniques (et économiques).
Une autre des raisons est tout simplement sa facilité d’utilisation pendant le tournage. Cela me pousse à m’adapter au rendu final qui sera juste différent à cause du zoom. Dans des zones reculées par exemple, mes assistants ne peuvent porter de nombreuses séries d’optiques fixes à cause du poids et de la taille des bagages que cela représente – la seule option dans ce cas-là est d’avoir deux ou trois zooms pour couvrir tous les besoins de longueur de focale. » […]

« Quand j’ai vu l’Optimo anamorphique 56-152, je l’ai trouvé tellement compact. Incroyablement petit et vraiment léger (2,2 kg / 4.8 lbs seulement). Et en plus aucun pompage lors des mises au point. J’ai pu très facilement l’utiliser même sur Steadicam quand le changement très rapide de longueur de focale était nécessaire. La seule réserve pour moi concernait l’ouverture plus fermée de 2 diaphs par rapport à mes optiques fixes. Un autre avantage est son incroyable minimum de point, à 0,63 m seulement. Avec cette caractéristique, je l’ai pratiquement considéré comme un objectif macro. J’ai fait tous les plans rapprochés avec ce zoom. » […]

Pawel Dyllus sur le tournage de "Mizrya"
DR

Pawel Dyllus, chef opérateur polonais, a photographié Myrzia, le film de Rakeysh Omprakash Mehra tout juste sorti le 7 octobre dernier en Inde, aux Etats-Unis, Royaume-Uni, Canada, Koweit, Irlande.

« […] Quand j’ai testé le 56-152 pour la première fois, je ne pensais pas que l’on puisse faire un zoom anamorphique aussi léger ! Il est difficile de croire qu’il ne pèse que 2,2 kg (4.8 lbs) – moins qu’une optique fixe anamorphique. J’ai été aussi surpris qu’une optique anamorphique avec un tel ratio 56-152, puisse avoir un minimum de point de 63 cm (2 ft 1 in) ! Quand j’ai testé cette optique en Inde en octobre 2014, je ne pouvais même pas avoir d’optique fixe anamorphique avec un tel minimum de point.
Quand j’ai commencé à tourner Mirzya, j’étais vraiment amoureux du 56-152 pour une autre raison : ce zoom n’a aucun pompage lors du changement de point. Le pompage est en général un gros problème avec les optiques anamorphiques. Grâce à la construction du 56-152, ce problème est quasiment éliminé, ce qui est une bonne chose. […] » Pawel Dyllus (http://www.paweldyllus.com)

Sur le tournage de "Mizrya"
DR