Bruno Cellier

Machinerie

Résultats de la recherche

Articles (3)

On the necessity of the gaze of the other
Interview with cinematographer Jonathan Ricquebourg, AFC, about his work on Pierre Trividic and Patrick Mario Bernard’s film “L’Angle mort”

Les entretiens au Festival de Cannes

Pierre Trividic and Patrick Mario Bernard have been directing films together since the 1980s. Their filmography reveals a taste for the strange and the fantastic, such as Le Cas Lovecraft (documentary), Dancing, L’Autre. With L’Angle mort, they offer us a cinema that engages simultaneously with political and romantic issues. We met Jonathan Ricquebourg, AFC, last year, to discuss Jean-Bernard Marlin’s vigorous film Sheherezade. Since then, he has also signed off on the image of Jean-Charles Hue’s Tijuana Bible, and is currently working with the Trividic-Mario Bernard tandem on their latest film, L’Angle mort. This film is presented by the ACID at the 2019 Cannes Film Festival.

De la nécessité du regard de l’autre
Entretien avec le directeur de la photographie Jonathan Ricquebourg, AFC, à propos de son travail sur "L’Angle mort", de Pierre Trividic et Patrick Mario Bernard

Les entretiens au Festival de Cannes

Pierre Trividic et Patrick Mario Bernard réalisent en duo depuis les années 1980. Leur filmographie reflète un goût pour l’étrange et le fantastique, Le Cas Lovecraft (documentaire), Dancing, L’Autre. Avec L’Angle mort, ils proposent un cinéma aux enjeux à la fois politiques et romanesques. Nous avions rencontré l’an dernier Jonathan Ricquebourg, AFC, pour le vigoureux Shéhérazade, de Jean-Bernard Marlin. Il a depuis signé l’image de Tijuana Bible, de Jean-Charles Hue, et accompagne aujourd’hui le tandem Trividic-Mario Bernard pour leur dernier film L’Angle mort. Ce film est présenté par l’ACID au Festival de Cannes 2019.

La directrice de la photographie Emilie Noblet parle de son travail sur "Jeune femme", de Léonor Serraille
Par François Reumont pour l’AFC

Les entretiens au Festival de Cannes

Camarades de promotion 2013 à La fémis, Léonor Seraille et Emilie Noblet ont eu le temps de se côtoyer et travailler ensemble sur des projets d’études. À sa sortie, la réalisatrice a l’opportunité de présenter son scénario de fin d’études à la Cinémathèque pour lequel Emilie Noblet s’est immédiatement sentie attachée. Proposant de l’accompagner sur ce premier long métrage, les deux jeunes femmes se sont lancées dans l’aventure. Jeune femme en est le résultat, projeté en Sélection officielle, section Un certain regard, et concourant pour la caméra d’or... (FR)

Films (1)