CW Sonderoptic - Leica sur scène

Par François Reumont pour l’AFC

[English] [français]

C’est notamment pour parler des nouvelles optiques Thalia, destinées aux caméras grand format (comme l’Arri Alexa 65 ou la RED Monstro), que l’équipe de Leica a organisé une rencontre avec le public du festival. Pour illustrer la chose, rien ne vaut que quelques images tournées en situation.

C’est à Darius Khondji, AFC, ASC, qu’a échu la tâche d’utiliser une première optique 65 mm à Paris, en compagnie de son fils qui fait ses débuts dans la réalisation. Le résultat, un court métrage intitulé Jardin d’hiver, dont les plans sont capturés sur une Arri Alexa 65. « C’est vrai qu’on peut se demander pourquoi il n’y a pas de plans sur des visages dans ce film démo de nouvelles optiques », répond Alexandre Khondji sur scène aux côtés de Tommaso Vergallo et Gerhard Baier..., « mais ce décor de jardin m’a semblé être un personnage en lui-même ».
En fait, Gerhard Baier ajoute : « On a tout de même tourné quelques plans avec un enfant sur place, le montage nous a conforté dans l’idée que ce n’était pas dans le ton du reste du film ». Le résultat est une sorte de symphonie presque abstraite de verts sombres et de cyans, où les végétaux semblent danser devant la caméra au rythme d’une création sonore assez sophistiqué dirigée par Nicolas Becker.
La très grande surface du capteur provoquant à la fois une profondeur de champ très réduite et une sensation de tridimensionnalité assez mystérieuse. Autre observation, une gestion des flares très particulière, à l’image du dernier plan du film où un soleil hivernal vient percer à travers les feuillages des arbres.

https://vimeo.com/213796801

Autre témoignage, autre utilisation des optiques Leica destinés au cinéma, c’est le chef opérateur américain Tod Campbell qui est venu partager son retour d’expérience sur la série "Mr Robot", dont le personnage principal est un pirate informatique. « J’ai la chance, sur cette série, de pouvoir tout faire avec un réalisateur unique (Sam Esmail), qui est en outre le créateur de la série. Une opportunité assez rare qui nous permet de travailler sur l’image au fur et à mesure des épisodes, et d’avancer dans une direction que l’on détermine tous les deux. »
C’est surtout sur la seconde saison que porte l’exposé de Tod Campbell. « A vrai dire », explique le chef opérateur, « le look et l’image de la série se sont vraiment déterminés à partir de cette deuxième saison, notamment à travers l’utilisation dans le cadrage de lignes verticales très fortes. Une sorte de motif récurrent qui est presque devenu un mantra pour nous. » Et c’est notamment en rapport à ce choix que le chef opérateur a choisi de tourner avec une série Leica Summilux-C.

Tod Campbell et Seth Emmons pendant la Master Class CW Sonderoptic - Leica

« La première saison avait été tournée avec des objectifs Cooke S4, et notamment un 32 mm qui nous servait à faire quasiment tous les gros plans. Sur la saison 2, les Summilux, et notamment le 21 mm, ont pris la relève. Ça nous permet, en échelle de plans constante, d’ouvrir beaucoup plus l’arrière-plan derrière les comédiens. Et bien sûr en conservant une verticalité parfaite pour nos compositions. »
Une série tournée en 5K à l’origine sur caméra RED Weapon, et dont la troisième saison s’apprête à débarquer sur nos écrans.

https://www.youtube.com/watch?v=46byqBf0dVk