Call me Agostino

Je suis entré à l’AFC en décembre 2004, mes parrains sont Robert Alazraki et Christophe Beaucarne. Ce film est un cadeau de Christophe qui n’était pas libre.
Ecrit par Christine Laurent et Georges Peltier, Call me Agostino est une comédie dans l’esprit de Rivette, mettant en scène les rapports entre un garçon et deux femmes.
Jeanne Balibar


Hélène Fillières


Hélène Fillières


Martin Wuttke dans le décor d’aéroport

L’une, Jeanne Balibar évolue dans un univers lumineux et clair, l’autre, Hélène Fillières, dans un univers plus baroque et plus contrasté. Christine tenait à ce qu’elles soient donc photographiées en fonction de leur personnalité. Quand Jeanne Balibar et Hélène Fillières se rencontraient dans une scène, il fallait retrouver cet esprit sur chaque visage. Cependant, l’éclairage général est plutôt clair, ce n’est pas un film sombre. N’ayant pas beaucoup de moyens, on éclairait le moins possible. J’ai choisi la Kodak 5218 pour être constamment dans les meilleures conditions avec la lumière du jour qui arrivait par les fenêtres, avec ce que l’on pouvait utiliser du soleil. Nous faisions peu de prises, nous avions peu de pellicule.

Malgré le petit budget, nous l’avons fait dans les temps (six semaines) et dans la bonne humeur. Christine Laurent, réalisatrice, scénariste et dialoguiste a été également comédienne, décoratrice et costumière. Le fait d’avoir travaillé à plusieurs postes implique qu’elle connaît bien le cinéma, qu’elle sait ce qu’elle veut et l’exprime parfaitement. Elle réfléchit beaucoup, mais n’est pas butée. Que ce soit les contraintes de lumière ou autres, elle a contourné facilement les difficultés dues au manque de moyens de ce film. Le travail avec Christine s’est donc passé d’une très belle façon.

Son œil pour les cadres est assez étonnant. Les cadres, définis au moyen d’un chercheur de champ équipé d’une optique, sont précis, structurés, esthétiques sans être esthétisants. Elle a une culture picturale impressionnante et c’est un plaisir de travailler avec quelqu’un qui sait où placer sa caméra. Ce fut un tournage simple et sans friction.
Le film est tourné à Paris, en décor naturel excepté ceux de la boutique et de la chambre d’enfant que nous avons tournés dans un atelier de costume transformé en studio pour l’occasion.

J’étais entouré de ma fidèle équipe...

(Propos recueillis par Isabelle Scala)

Équipe

1er assistant opérateur : Pierre Hemon
Second assistant : Jérôme Saldes
Chef électricien : Michel Foropon
Chef machiniste et opérateur Steadicam : Etienne Saldès

Technique

Matériel caméra : Panavision Alga Tehno (Moviecam et objectifs Zeiss)
Matériel d’éclairage : Ciné Lumières de Paris
Postproduction classique : GTC, étalonnage Jean-Marc Gréjois