Cédric Kahn

Réalisation
Scénario

Index des termes :

Cédric Kahn;Cedric Kahn

Résultats de la recherche

Articles (102)

La directrice de la photographie Céline Bozon, AFC, parle de son travail sur la série Netflix "Grégory"
Loin des images d’Epinal

Entretiens avec des directeurs de la photographie

Pour écrire la trame narrative et superviser la mise en scène de la série documentaire "Gregory" (adaptée de l’affaire Villemin), Netflix a fait appel au réalisateur de fiction Gilles Marchand (Qui a tué Bambi ?, L’Autre monde, Dans la forêt). Une volonté éditoriale fictionnelle, que ce soit pour la mise en scène ou pour l’image. C’est Céline Bozon, AFC, qui signe la photographie, comme colonne vertébrale du projet, d’une série d’entretiens très audacieux en lumière. Egalement à retenir, le remarquable travail de montage et d’exploitation des archives (parfois inédites) comme des photos d’époque, dont la texture va encore dans le sens du long métrage de fiction plutôt que vers les canons du documentaire TV hexagonal (FR).

A propos des César 2020
Billets d’humeur de DoP de l’AFC

Billets d’humeur

A la suite de la 45e cérémonie des César, et en raison de la pluralité des réactions et des ressentis des DoP qui composent l’AFC, le conseil d’administration, réuni ce lundi 2 mars 2020, et moi-même avons décidé de ne pas faire "l’édito du président" à propos de cet événement mais de nous exprimer personnellement et librement dans la rubrique "billets d’humeur". (Gilles Porte, président de l’AFC)

Naissance du collectif "Femmes à la caméra"
Par Céline Bozon, Nathalie Durand, Claude Garnier, Julie Grünbaum et Claire Mathon, membres de l’AFC

Collectif "Femmes à la caméra"

Depuis plus d’un an maintenant nous nous sommes réunies dans le bureau de l’AFC, à l’initiative de certaines d’entre nous, pour échanger sur la réalité de notre profession au féminin. Le 6 septembre dernier, le collectif "Femmes à la caméra" s’est officiellement constitué.

23e Festival du film français à Hollywood

Films AFC dans les festivals

La 23e édition du “COLCOA French Film Festival in Hollywood” se tiendra du 23 au 28 septembre 2019 à Los Angeles. Ce festival a pour but de présenter au public américain un large éventail de longs métrages, courts métrages et fictions TV français sortis l’année précédente en France. Cette année, parmi la programmation, on notera la présence de quinze films ou fictions TV photographiés par des membres de l’AFC.

12e Festival du Film Francophone d’Angoulême

Films AFC dans les festivals

La 12e édition du Festival du Film Francophone d’Angoulême se déroule du mardi 20 au dimanche 25 août 2019. Parmi les films composant le programme du FFA, qui célèbre depuis plus de dix ans le cinéma francophone, on notera la présence de quelque vingt-cinq films photographiés par des membres de l’AFC.

Voodoo at the boarding school
Interview with cinematographer Yves Cape, AFC, SBC, about his work on Bertrand Bonello’s film "Zombi Child"

Les entretiens au Festival de Cannes

In his latest film Bertrand Bonello juggles genres and eras between ethnological documentary, historical recreation and fiction. On the one side it depicts female teenage life at a boarding school and on the other a history of Voodoo practices and slavery in Haïti. Yves Cape, AFC, SBC, lensed this unusual film in competition at the Quinzaine des réalisateurs (Directors Fortnight). (FR)

Vaudou au pensionnat
Entretien avec le directeur de la photographie Yves Cape, AFC, SBC, à propos de son travail sur "Zombi Child", de Bertrand Bonello, par François Reumont pour l’AFC

Les entretiens au Festival de Cannes

Entre film documentaire ethnologique, recréation historique et fiction, le nouveau Bertrand Bonello virevolte entre plusieurs styles et plusieurs époques. Proposant d’un côté le portrait d’une adolescence féminine vivant en pensionnat et de l’autre un regard sur l’histoire des coutumes Vaudou en Haïti et de celles de l’esclavage, le film passe sans cesse d’une ligne narrative à l’autre. C’est Yves Cape, AFC, SBC, qui signe les images de ce film étrange présenté à la Quinzaine des réalisateurs. (FR)

Denis Lenoir, AFC, ASC, the go-between
By Ariane Damain Vergallo for Leitz Cine Wetzlar

Portraits de directeurs de la photographie dans l’optique de Leitz

Denis Lenoir is already a confirmed cinematographer when he reads Pierre Bourdieu’s essay, Photography : A Middle-brow Art.
The idea that ‘‘bourgeoisie dunces’‘ are particularly successful in photography - a way for them not to downgrade - has always interested him. Born in that milieu and a “lazy, lousy student,” Denis Lenoir totally recognizes himself in that analysis.

Denis Lenoir, AFC, ASC, entre deux
Par Ariane Damain Vergallo pour Leitz Cine Wetzlar

Portraits de directeurs de la photographie dans l’optique de Leitz

Denis Lenoir était déjà un chef opérateur confirmé quand il a lu l’essai que Pierre Bourdieu avait écrit sur la photographie, Un art moyen. L’hypothèse selon laquelle "les cancres de la bourgeoisie" réussissaient particulièrement bien dans la photo - une manière pour eux de ne pas se déclasser - l’avait intéressé. Denis Lenoir, qui ne s’était jamais soucié de travailler à l’école et qui était né dans ce milieu, s’était finalement reconnu dans cette analyse.

"Plaire, aimer et courir vite", de Christophe Honoré, Prix Louis-Delluc 2018

Prix, Trophées, Académies, Meilleure photo

Composé de critiques et de personnalités, présidé par Gilles Jacob, le jury du Prix Louis-Delluc, réuni mercredi 12 décembre 2018, a récompensé le film de Christophe Honoré Plaire, aimer et courir vite, dont les images sont signées Rémy Chevrin, AFC. Le prix Louis-Delluc du premier film a été attribué ex-aequo aux Garçons sauvages, de Bertrand Mandico, photographié par Pascale Granel, et à Jusqu’à la garde, de Xavier Legrand, photographié par Nathalie Durand, AFC.

Cinematographer David Chizallet, AFC, discusses his work on Bi Gan’s “Long Day’s Journey Into Night”

Les entretiens au Festival de Cannes

About ten years after his graduation from the Image Department of La Fémis, cinematographer David Chizallet, AFC, was recognized for his work on his classmate Deniz Gamze Ergüven’s film Mustang. A loyal collaborator of Elie Wajeman (Alyah, The Anarchists), he has recently been trying his hand at comedy with Eric Toledano and Olivier Nakache’s film C’est la vie !. He had the opportunity to participate in a new adventure thanks to the Chinese film Long Day’s Journey Into Night, directed by Bi Gan, in Competition at the 71th Cannes Film Festival in the Un Certain Regard section. (BB)

Où le directeur de la photographie David Chizallet, AFC, parle de son travail sur "Long Day’s Journey Into Night", de Bi Gan

Les entretiens au Festival de Cannes

Une dizaine d’années après sa sortie du département Image de La Fémis, le chef opérateur David Chizallet, AFC, se fait remarquer pour son travail sur Mustang, de Deniz Gamze Ergüven, issue de la même promotion. Fidèle collaborateur d’Elie Wajeman - Alyah, Les Anarchistes -, il expérimente récemment la comédie avec Le Sens de la fête, d’Eric Toledano et Olivier Nakache. Une nouvelle aventure s’offre à lui grâce au film chinois Long Day’s Into Night, de Bi Gan, en compétition dans la section Un Certain Regard de ce 71e Festival. (BB)

Yves Cape, AFC, SBC, wiping the slate clean
By Ariane Damain Vergallo for CW Sonderoptic – Leica

Portraits de directeurs de la photographie dans l’optique de Leitz

In the 1960s, the combined peculiarities of the Belgian and American administrations deprived Yves Cape of any kind of citizenship until he was to turn 16. Born in Belgium, the only son of an American father and a Belgian mother, young Yves had to carry a ‘‘Stateless’‘ safe-conduct – a traumatizingly pink document - until he was ordered to choose between being Belgian or American. He went for Belgian. With no regret whatsoever.

Yves Cape AFC, SBC, larguer les amarres
Par Ariane Damain Vergallo pour CW Sonderoptic – Leica

Portraits de directeurs de la photographie dans l’optique de Leitz

Dans les années 1960, les bizarreries conjuguées des administrations belges et américaines avaient privé Yves Cape de nationalité jusqu’à l’âge de 16 ans. Né en Belgique, fils unique d’un père américain et d’une mère belge, Yves Cape avait trimballé le passeport des apatrides – de couleur rose, ça ne s’oublie pas – jusqu’à ce qu’il soit sommé de choisir entre la nationalité belge ou américaine. Il avait alors adopté la nationalité belge. Sans regret.

Entretien avec le directeur de la photographie Yves Cape, AFC, SBC, à propos de son travail sur "Les Filles d’Avril", de Michel Franco

Les entretiens au Festival de Cannes

Yves Cape, AFC, SBC, a commencé sa carrière avec Bruno Dumont puis il a collaboré avec Claire Denis, Patrice Chéreau, Cédric Khan, Guillaume Nicloux et dernièrement avec Arnaud des Pallières. En 2014, il rencontre le réalisateur mexicain Michel Franco avec lequel il tourne à Los Angeles Chronic, qui remporte le Prix du scénario à Cannes en 2015. Pour ce 70e Festival, le réalisateur revient à Cannes avec Las hijas de Abril (Les Filles d’Avril) en sélection à Un certain regard.

Où Pascal Marti, AFC, parle de son travail sur "Frantz", de François Ozon

Entretiens avec des directeurs de la photographie

Le parcours de Pascal Marti, AFC, est relativement éclectique. Il a éclairé de nombreuses publicités et collaboré avec des réalisateurs de long métrage tels que Cédric Kahn, André Téchiné, Patrice Chéreau, François Favrat, Claire Denis… Après avoir travaillé au côté de François Ozon sur Jeune et jolie et Une nouvelle amie, Pascal Marti remporte le César 2017 pour Frantz.

L’éditorial de la Lettre d’octobre 2016
Par Nathalie Durand, coprésidente de l’AFC

Editoriaux de la Lettre

La Machine Cinéma, concoctée à la Cinémathèque française par Laurent Mannoni, nous transporte dans l’histoire du cinéma. L’art qui dépend le plus de la technique, lié à l’industrie. Un art collectif aussi, les cinéastes s’entourant dans la majorité des cas de collaborateurs essentiels dans le processus créatif. Et un art sans cesse en évolution. Les outils toujours nouveaux façonnant de nouvelles écritures.

L’éditorial de la Lettre de juin 2016
Par Nathalie Durand, coprésidente de l’AFC

Editoriaux de la Lettre

Cannes met en lumière le cinéma d’auteur. Mais comme le dit Christian Mungiu : « Le temps d’exploitation d’un film est de plus en plus bref… Le cinéma d’auteur n’existera pas à moins de faire un effort. Il faut éduquer les jeunes. Ce que nous faisons est difficile, il faut pouvoir l’expliquer. Le Festival de Cannes s’en assure déjà. Il est important de poursuivre ces efforts, de découvrir les films des jeunes réalisateurs et d’encourager le cinéma d’art et d’essai. »

Films (102)