Chris Marker

Réalisation

Résultats de la recherche

Articles (128)

L’éditorial de juillet
Par Gilles Porte, président de l’AFC

Editoriaux de la Lettre

Récemment, la chaîne américaine de diffusion en ligne HBO décide de retirer provisoirement de son catalogue le film Autant en emporte le vent pour y insérer un message de contextualisation : « Autant en emporte le vent est le produit de son époque et dépeint des préjugés racistes qui étaient communs dans la société américaine », et HBO de préciser qu’il serait « irresponsable de maintenir ce film sans explication et dénonciation. »

Hommage confraternel à Pierre Lhomme
Par Jimmy Glasberg, AFC

Pierre Lhomme

Mon cher Pierre,
Tu viens de nous quitter après une longue et brillante carrière. Je t’avais croisé dès les années 1960. Tu étais un pionnier du cinéma direct, tu avais expérimenté, caméra à l’épaule, le prototype KMT avec Antoine Bonfanti et Etienne Becker.

LHOMME... à la caméra
Par Éric Dumage, AFC

Pierre Lhomme

Quelle belle rencontre, j’eus… de partager dix années d’assistanat caméra avec Pierre… À la fin, en 1984…, Pierre me proposa de voler de mes propres ailes, tout en précisant que si je ne trouvais pas de films, je pourrai l’appeler ! Ce n’était pas qu’il souhaitait se séparer de moi, bien au contraire, mais juste sa générosité. Notre amitié resta intacte jusqu’au bout.

Pierre Lhomme, from Sidney Bechet to the "Light of God"

Pierre Lhomme

Pierre Lhomme’s career has traversed nearly fifty years of French cinema, displaying the same ease and rigorousness with directors such as Alain Cavalier, Chris Marker, Jean Eustache, James Ivory, Joris Ivens, René Féret, Jean-Pierre Melville, Jean-Paul Rappeneau, Margurite Duras, Patrice Chéreau, Robert Bresson, Bruno Nuytten, and others. These richly-diverse collaborations were all nourished by an attentive and uninterrupted observation of natural lighting in all of its forms : “I train my eye everywhere, in the street, in the cinema. I am very curious about gazes, ambiences, climates. Reality is a prodigious source of inspiration.” (P.L.)

"Les Lumières de Lhomme" à paraître bientôt
Par Luc Béraud

Pierre Lhomme

« Je ne suis pas entré dans le cinéma par amour de l’image, j’ai fait de l’image par amour du cinéma. » Pierre Lhomme
La première fois que je vois Pierre Lhomme, c’est à l’été 1970 sur le Pont-Neuf. Il tourne avec Robert Bresson Quatre nuits d’un rêveur. C’est en août mais les soirées sont glaciales et toute l’équipe est couverte de vêtements chauds. Elle est peu nombreuse et travaille en silence. Et curieusement, malgré la nuit, avec peu de matériel d’éclairage.

Hommage à D. A. Pennebaker
Par Jimmy Glasberg, AFC

In memoriam

D.A. Pennebaker (Donn Alan Pennebaker) nous a quittés à l’âge de 94 ans. Oscar d’honneur en 2013, il fut un des pionniers du Cinéma Direct ou, comme disait Edgar Morin, du "Cinéma Vérité". Pennebaker faisait partie avec Richard Leacock et Albert Maysles d’un groupe de cinéastes new-yorkais avant-gardiste. Ils ont abordé la question de la caméra auto-silencieuse portable avec son synchrone pour saisir cette émouvante réalité humaine.

Pierre Lhomme, de Sidney Bechet à "la lumière du bon Dieu"

Pierre Lhomme

La carrière de Pierre Lhomme traverse près de cinquante ans de cinéma français, passant avec la même aisance et les mêmes exigences d’Alain Cavalier à Chris Marker, de Jean Eustache à James Ivory, de Joris Ivens à René Féret, de Jean-Pierre Melville à Jean-Paul Rappeneau, de Marguerite Duras à Patrice Chéreau, de Robert Bresson à Bruno Nuytten…, collaborations riches par leur diversité qui se nourrissent d’une observation attentive et ininterrompue de la lumière naturelle sous toutes ses formes : « Je fais mon œil partout, dans la rue, au cinéma. Je suis très curieux de regards, d’ambiances, de climats. La réalité est une source d’inspiration prodigieuse ». (P. L.)

Disparition de Pierre Lhomme, AFC, quelques brefs témoignages

Pierre Lhomme

A la suite du décès de Pierre Lhomme, de nombreux témoignages sont parvenus à l’AFC. Nous publions ici certains de ces témoignages, plutôt brefs, messages de directeurs de la photographie membres de l’association, dont il était le président d’honneur, suivis de ceux de connaissances l’ayant côtoyé et de quelques institutions.

Les gentils ronrons de l’Aaton
Par Gérard de Battista, AFC

Jean-Pierre Beauviala

En février 1973, Jean Rouch me demande de participer à un tournage "évènement" à l’occasion du Festival de courts métrages de Grenoble : un film sur ce festival, tourné avec une toute nouvelle caméra, en pellicule noir et blanc inversible envoyée au labo chaque soir à Paris et montée dès son retour développée pour que le film soit montré terminé à la fin du festival.

Death of Roger Cuvillier, father of the Pan Cinor zoom lens
By Marc Salomon, consulting member of the AFC

Roger Cuvillier

Roger Cuvillier had revolutionized the professional cinematography lens by releasing a variable-focus lens in 1956, the Pan Cinor, manufactured in Dijon in the SOM Berthiot factories. This was a 38.5-154mm lens at f/3.8, which was designed according to the principles of optical compensation and which followed a series of small zoom lenses designed in the early 50s for amateur 8 and 16mm formats.

Hommage à Jonas Mekas, poète de la caméra
Par Jimmy Glasberg, AFC

In memoriam

Le cinéaste Jonas Mekas nous a quittés le 24 janvier 2019. J’ai été fasciné par la démarche de ce filmeur venu de Lituanie, qui a conquis l’intelligentsia mondiale par son mode "pointilliste" de filmer. Jonas était un filmeur invétéré. Il se servait de sa caméra Paillard - Bolex, comme d’une mitraillette par saccades, pour saisir des moments de vie.

Disparition de Roger Cuvillier, père du zoom Pan Cinor
Par Marc Salomon, membre consultant de l’AFC

Roger Cuvillier

Roger Cuvillier avait révolutionné l’optique cinématographique professionnelle en commercialisant, dès 1956, un objectif à focale variable baptisé Pan Cinor et fabriqué à Dijon dans les usines SOM Berthiot. Il s’agissait alors d’un 38,5-154 mm ouvrant à f3,8, développé selon le principe de la compensation optique et qui faisait suite à une série de petits zooms mis au point dès le début des années 1950 pour les formats amateurs 8 et 16 mm.

Retour sur la restauration de "Cyrano de Bergerac", de Jean-Paul Rappeneau, photographié par Pierre Lhomme, AFC

Festival de Cannes 2018

Programmé à Cannes Classics, Cyrano de Bergerac, de Jean-Paul Rappeneau, photographié par Pierre Lhomme, AFC, était projeté dans une version restaurée. Quelques mots sur la restauration du film par L’Image Retrouvée et son étalonnage, supervisé par Jean-Paul Rappeneau et Pierre Lhomme, et effectué par Sébastien Mingam.

Décès du directeur de la photographie Bernard Zitzermann

Bernard Zitzermann

Si la carrière d’un opérateur devait se résumer au titre d’un seul film, Molière, par exemple, d’Ariane Mnouchkine, ce ne serait pas faire justice à Bernard Zitzermann, qui vient de nous quitter à l’âge de 75 ans, jeudi 1er février 2018 à Saint-Paulet-de-Caisson (Gard), ni rendre hommage à son travail photographique. Ses images – lumineuses et ombrées, colorées et contrastées, enveloppées et sensibles –, aux côtés de cinéastes aussi divers que variés, auront marqué d’un coup de patte délicat quelque soixante films pendant près de six décennies.

Bernard Zitzermann nous a quittés
Par Jimmy Glasberg, AFC

Bernard Zitzermann


On l’appelait Zizi dans le métier. Je l’ai connu lorsque nous travaillions pour Frédéric Rossif dans les années soixante-dix. Il parlait d’une voix douce et retenue, un sourire narquois au coin des lèvres, l’œil complice ; nous avons longuement échangé sur le métier.

Entretien avec la directrice de la photographie Claire Mathon, AFC, à propos de son travail sur "Une vie violente", de Thierry de Peretti

Les entretiens au Festival de Cannes

Claire Mathon, AFC, porte des films singuliers, éclaire des premiers longs métrages puis accompagne fidèlement des réalisateurs tels que Maïwenn ou Alain Guiraudie. S’engageant avec sa caméra pour escorter la mise en scène, elle signe l’image d’Une vie violente, le 2e film du comédien et réalisateur Thierry de Peretti. Après Les Apaches, apprécié sur la Croisette en 2013, Thierry de Peretti revient à Cannes en sélection à la 56e Semaine de la Critique avec cette chronique corse, inspirée de faits réels et interprétée exclusivement par des comédiens du terroir.

Capa et Bell & Howell Lenticular print
Par Jimmy Glasberg, AFC

Expositions et Musées

En visite au Metropolitan Museum of Art de New York, j’ai découvert l’œuvre de Adrià Julià intitulée "Camera Self-portrait II (Eyemo-Capa) 2014". Pour ce travail, Julià s’est approprié cette image, devenue icône, du photographe Robert Capa entrain de viser avec une caméra Eyemo. La position parfaite du "filmeur" tenant l’appareil appuyé avec fermeté sur son front, les muscles tendus.

Retour des états généraux du documentaire à Lussas : Pierre Lhomme et la caméra prototype KTM
Par Jimmy Glasberg, AFC

Moyens métrages et films documentaires

Le village de Lussas reste égal à lui-même malgré la crise de la production de documentaires. Bistrots remplis, casting hétéroclite, diversifié mais passionné. Les séminaires, ateliers, projections et discussions sont toujours aussi fréquentés et animés. 
Bravo pour cette belle réussite qui doit continuer à être soutenue par le gouvernement.

Disparition du photographe suisse René Burri

In memoriam

Le Suisse René Burri, photographe reconnu de l’agence Magnum, nous a quittés le 20 octobre 2014 à son domicile de Zurich ; il avait 81 ans. Grande figure du photojournalisme, il suit dès les années 1950 les conflits de Corée, du Vietnam, la crise de Cuba, pendant laquelle il immortalise les portraits du Che et de Fidel Castro, puis ceux du Corbusier, de Giacometti, Tinguely, Klein et Picasso. Jimmy Glasberg, AFC, lui rend hommage.

Films (95)