Ernesto Giolitti

Electricité

Résultats de la recherche

Films (4)

Raoul Taburin

de Pierre Godeau
Produit par Pan Européenne, France 2 Cinéma, Auvergne Rhône-Alpes Cinéma, Versus Production, Radio Télévision Belge Francophone (RTBF)
Photographié par

Claire Mathon, AFC

Lire l'article

Articles (13)

Entretien avec la directrice de la photographie Claire Mathon, AFC, à propos de son travail sur "Une vie violente", de Thierry de Peretti

Les entretiens au Festival de Cannes

Claire Mathon, AFC, porte des films singuliers, éclaire des premiers longs métrages puis accompagne fidèlement des réalisateurs tels que Maïwenn ou Alain Guiraudie. S’engageant avec sa caméra pour escorter la mise en scène, elle signe l’image d’Une vie violente, le 2e film du comédien et réalisateur Thierry de Peretti. Après Les Apaches, apprécié sur la Croisette en 2013, Thierry de Peretti revient à Cannes en sélection à la 56e Semaine de la Critique avec cette chronique corse, inspirée de faits réels et interprétée exclusivement par des comédiens du terroir.

Entretien avec le directeur de la photo Benoît Debie, SBC, à propos de son travail sur "Climax", de Gaspar Noé
Suivi d’un entretien avec Ernesto Giolitti, chef électricien

Entretiens avec des directeurs de la photographie

Tourné en deux semaines "comme un film de potes", ce Climax est fidèle aux thèmes et au style de Gaspar Noé (sexe, drogue et descente aux enfers). Mélangeant improvisation et travail extrêmement répété sur le plateau (comme la longue chorégraphie qui ouvre le film), Benoît Debie, SBC, nous explique comment il a abordé ce tournage plein d’énergie et de choses un peu dingues... (FR)

Cinematographer Benoît Debie, SBC, talks about is work on "Climax", by Gaspar Noé
Followed by an interview with Ernesto Giolitti, gaffer

Entretiens avec des directeurs de la photographie

Filmed in two weeks "like doing a movie among friends", the film Climax is faithful to the themes and style of Gaspar Noé (sex, drugs and a descent into hell). Mixing improvisation and extremely precise staging (like the choreography that opens the film), Benoît Debie, SBC, explains how he approached this shoot full of energy and things a little crazy ... (FR)

La directrice de la photographie Jordane Chouzenoux parle de son travail sur "Qui vive", de Marianne Tardieu

Les entretiens au Festival de Cannes

Jordane Chouzenoux est sortie de l’Ecole Louis-Lumière en 2003 et a notamment été l’assistante de Julie Grunebaum. C’est en éclairant Les Gueules noires, moyen métrage réalisé par Marianne Tardieu avec Rodolphe Bertrand en 2007, que Jordane consolide sa collaboration avec Marianne qui a suivi sa formation à Louis-Lumière dans la même promotion. Avec Qui vive, elles expérimentent ensemble un premier long métrage qui sera projeté sur la Croisette par la section parallèle de l’ACID (Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion). (BB)

Entretien avec la directrice de la photographie Claire Mathon
A propos de son travail sur "Angèle et Tony" d’Alix Delaporte

Propos et entretiens

Après des études de cinéma à l’Ecole Louis-Lumière, et ayant à ce jour une vingtaine de courts métrages à son actif, Claire Mathon signe en 2006 les images de son premier long métrage, Pardonnez-moi de Maïwenn Le Besco. Suivent ensuite Le Bal des actrices (2008), deuxième long de Maïwenn Le Besco, Plein Sud de Sébastien Lifshitz (2009), La Reine des pommes de Valérie Donzelli (2009), en cophotoghraphie avec Céline Bozon, et La Vie au ranch de Sophie Letourneur (2010).

J’aime regarder les filles qui marchent sur la plage
Entretien filmé avec Claire Mathon, AFC, à propos de son travail sur "Portrait de la jeune fille en feu", de Céline Sciamma, par François Reumont pour l’AFC

Les entretiens au Festival de Cannes

Avec ce Portrait de la jeune fille en feu, Céline Sciamma propose une histoire d’amour insulaire féministe entre une peintre et son modèle au XVIIIe siècle. Une mise en abîme visuelle de l’artiste qui fond pour son modèle, regardant l’artiste et fond à son tour pour elle.

La directrice de la photographie Claire Mathon, AFC, parle de son travail sur "Mon roi", de Maïwenn

Les entretiens au Festival de Cannes

C’est en 2006 et pour le premier film de Maïwenn, Pardonnez-moi, que Claire Mathon, AFC, devient directrice de la photographie. Elle a dernièrement éclairé le film d’Alain Guiraudie, L’Inconnu du lac, et le premier long métrage de Louis Garrel, Les Deux amis, en sélection à la Semaine de la critique. Après sa collaboration au cadre sur les deux derniers films de Maïwen, Claire Mathon signe l’image de son quatrième film, Mon roi, en Sélection officielle sur la Croisette. BB

Cinematographer Claire Mathon, AFC, discusses her work on Alain Guiraudie’s film “Staying Vertical”

Les entretiens au Festival de Cannes

Filming nature and man’s relationship to it is one of the bases of Alain Guiraudie’s filmography. After Stranger by the Lake, which won the prize for Best Director at Un certain regard at Cannes in 2013, the director shot his fifth feature-length film in the Lozère, the Marais Poitevin, and Brest. Staying Vertical, a movie about wolves, paternity, and loss of status is in competition for the Golden Palm at the 69th annual Cannes Film Festival this year.

La directrice de la photographie Claire Mathon, AFC, parle de son travail sur "Rester vertical", d’Alain Guiraudie

Les entretiens au Festival de Cannes

Filmer la nature et le rapport de l’homme avec elle est l’un des socles des films d’Alain Guiraudie. Après L’Inconnu du lac, qui remporte le prix de la mise en scène à Un certain regard en 2013, le réalisateur tourne son cinquième long métrage entre la Lozère, le Marais poitevin et Brest. Rester vertical, un film de loup, de paternité et de déchéance, concourt pour la Palme d’or de ce 69e festival de Cannes.

La directrice de la photographie Claire Mathon parle de son travail sur "Trois mondes", de Catherine Corsini

Entretiens avec des directeurs de la photographie

Après des études de cinéma à l’Ecole Louis-Lumière, c’est avec Maïwenn et pour Pardonnez-moi que Claire Mathon éclaire son premier long métrage en 2006. Elle retrouve Maïwenn pour Le Bal des actrices et pour Polisse, au côté de Pierre Aïm, AFC. Elle a également fait l’image de Plein Sud (Sébastien Lifshitz), de La Vie au ranch (Sophie Letourneur) et de Angèle et Tony (Alix Delaporte).

Couleur, douceur et liberté ! Les maîtres mots d’un tournage en Sony F55

Nos associés à Cannes

Après son triomphe en 2011, grâce à Polisse, Maïwenn revient à Cannes en Sélection officielle avec son quatrième long métrage, Mon roi, une comédie dramatique qui dépeint la relation passionnelle et tumultueuse d’un couple. Le film, produit par Alain Attal (Les productions du Trésor) a été tourné avec la caméra F55 par Claire Mathon, AFC, jeune chef opératrice et collaboratrice de longue date de Maïwenn.