Fanny Ardant

Interprétation

Résultats de la recherche

Films (99)

Articles (99)

Interview with cinematographer André Szankowski, AFC, AIP, about "Cosmos", directed by Andrzej Żuławski

Les entretiens à Camerimage

Born in Brazil in 1979, and a citizen of the world, having lived in the USA, England, Portugal and France, Andre Szankowski, AFC, AIP, also has Polish roots (his father). For his first invitation to attend Camerimage, he will present Cosmos, the new film by Franco-Polish director Andrzej Żuławski. Get to know this trilingual cinematographer with an international career.

Armand Barbault, l’homme qui aimait le cinéma
par Isabelle Scala

In memoriam

Armand Barbault, l’une des figures de la production française, nous a quittés le 13 avril 2018 dans sa quatre-vingt-sixième année. Son nom, cité au générique d’une trentaine de films en tant que producteur exécutif ou directeur de production, est étroitement lié à celui de cinéastes qu’il a accompagnés, tels que Truffaut, Miller, Godard, Chéreau, Téchiné, Cavalier ou encore Mikalkov.

Nocturne urbain - Relations entre urbanisme, lumière et prise de vues cinématographique
par Jean-Noël Ferragut

Livres et revues

Mémoire de fin d’études à l’ENS Louis-Lumière de Rémi Mestre, sous la direction de Francine Lévy.
Ce mémoire d’une soixantaine de pages se propose d’étudier l’environnement urbain nocturne et son univers, ce « lieu de partage entre ombre et lumière, entre crainte et fascination » dans le cadre duquel « un cinéaste peut convoquer toutes sortes d’émotions et donc faire intervenir nombre de situations dramatiques ».

Hommage à Giuseppe Rotunno
par Renato Berta

Festivals divers

La Cinémathèque française, en partenariat avec l’AFC, rend hommage jusqu’au 3 avril au directeur de la photographie italien Giuseppe Rotunno.

Notre confrère Renato Berta a écrit pour le programme de la Cinémathèque le texte ci-dessous qui présente au lecteur son ami « Peppino ». (...)

Le réalisateur Bernard Rapp récemment décédé

In memoriam

Nous avons appris avec émotion la disparition du réalisateur Bernard Rapp, homme de télévision et de cinéma, emporté le 17 août 2006 à la suite une longue maladie. Il était âgé de 61 ans.
C’est également un homme d’élégance et de culture qui vient de nous quitter, ayant incarné au petit écran le sérieux mêlé d’humour caustique, « la pertinence et l’impertinence », comme l’a écrit le journal Le Monde, citant l’expression de l’un de ses confrères.
Bernard Rapp était aussi réalisateur. Nos confrères Romain Winding et Gérard de Battista ont travaillé avec lui.

Guy Morance
par Jean-Noël Ferragut et Jimmy Glasberg

Guy Morance

Guy Morance, une Eclair 16 en main, et Philippe Aubert, ingénieur du son , sur le tournage du film "Les Jardins du soleil" (Sénégal, 1964) Nous avons appris la mort de Guy Morance, chef opérateur, réalisateur et producteur, survenue à Saint-Cloud le 26 janvier 2006. Diplômé de l’ENPC (Ecole nationale de photographie et de cinématographie de la rue de Vaugirard, aujourd’hui ENS Louis Lumière), promotion 1950, Guy Morance est l’un des premiers opérateurs à acquérir une toute nouvelle caméra synchrone et autosilencieuse Eclair 16 conçue par André Coutant. (...)

Comme trop souvent...
par Jean-Noël Ferragut

Michel Hu

Michel Hu s’en est allé au beau milieu du mois de décembre 2005.
C’était un étalonneur reconnu et apprécié.

Les directeurs de la photographie Pascal Lagriffoul et Jean-Pierre Sauvaire apporte également le témoignage de leur émotion.

Venise par Renato Berta

Films AFC dans les festivals

Après quelques phrases de circonstance échangées avec la fille qui nous attendait à l’aéroport de Venise, on est arrivé à la conclusion qu’il n’y a pas un film qui vaut Venise : voilà qu’on se retrouve dans l’ambiance.

Y être, ou ne pas en être, telle était la question…
Retour sur Camerimage, par Jean-Noël Ferragut, AFC

Camerimage 2014

Lorsque le CA de l’AFC décide, en réunion, que les directeurs de la photographie de l’association devraient, cette année, être mieux représentés au Festival Camerimage et qu’une bonne idée en valant une autre, j’y serais envoyé en tant qu’" expert commis d’office " afin de publier des articles sur le site et envoyer une lettre d’information quotidienne, version Cannes modifiée Camerimage, j’imagine à l’avance, et à quelques détails près, à quelle sauce aigre-douce je risquais d’être mangé…

Un après et un avant...
par Jean-Noël Ferragut

Billets d’humeur

Il y eut un avant, c’était au siècle dernier, un avant la fin des années 1990. En ces temps déjà fort éloignés, comme le temps passe..., les futurs chefs opérateurs qui usaient leur fond de culotte rue de Vaugirard, rue Rollin ou allée du Promontoire, s’ils n’avaient pas la bonne idée de se forger une solide culture personnelle, n’avaient guère la chance de se voir enseigner l’évolution de la photographie de cinéma à travers les âges, ses périodes, ses styles et leur histoire, ou encore les principales techniques qui l’ont influencée.

Technique-fiction ou comment passer inaperçu devant l’objectif d’une caméra ?
Par Jean-Noël Ferragut, AFC

Billets d’humeur

Qui n’aurait jamais mis un jour les pieds sur un plateau de tournage ne connaîtrait pas cette petite phrase répétitive : « Si tu vois la caméra, la caméra te voit ! » Ce b. a.-ba du métier, élevé en principe de base pour tout apprenti cinéaste, va-t-il disparaître dans un proche avenir de nos us et coutumes et entrer dans les livres d’histoire des pratiques cinématographiques ? Allez savoir !

Cantar-X3, the highlight of the AFC and AFSI’s joint visit to Aaton-Digital’s Grenoble location
By Jean-Noël Ferragut, AFC, and Philippe Ros, AFC

Actualités AFC

Accepting the kind invitation of Jacques Delacoux, CEO of Transvideo and Aaton Digital, a delegation of AFC and AFSI (French Association of Film and Television Sound) members travelled to 2, rue de la Paix in Grenoble (Isère Department) on 9 July 2014. This historical place, where Jean-Pierre Beauviala and his co-workers have been designing and manufacturing, inter alia, Aaton cameras and the Cantar-X, the company’s first digital recorder, and where the company with the promising future is currently creating its latest innovation, the Cantar-X3.

L’actualité mensuelle de Panavision

Technique

Dans l’actualité de Panavision, la dernière Journée Portes Ouvertes, le festival Premiers Plans d’Angers, l’Assemblée des Médias, un départ de tournage en décembre et six sorties sur les écrans en janvier.

Cantar-X3, le clou de la visite "AFC-AFSI" des locaux grenoblois d’Aaton-Digital
Par Jean-Noël Ferragut, AFC, et Philippe Ros, AFC

Son, HMC et autres

Répondant à l’invitation de Jacques Delacoux, PDG de Transvideo et d’Aaton-Digital, une délégation de membres de l’AFC et de l’AFSI s’est rendue, le 9 juillet 2014, au 2, rue de la Paix à Grenoble (Isère). Ce haut lieu historique, où depuis décembre 1984 Jean-Pierre Beauviala et ses collaborateurs ont conçu et fabriqué, entre autres matériels cinématographiques, les caméras Aaton et le tout premier enregistreur numérique de la firme, le Cantar-X, est celui où est actuellement élaboré le petit dernier de la maison à l’avenir prometteur, le Cantar-X3.

Le Festival de San Sebastián 2006
a décerné ses prix

Festivals, Rencontres, Projections et Prix

Le 54e Festival de Donostia - San Sebastián qui s’est déroulé du 21 au 30 septembre 2006 a décerné ses prix.
Le Prix du meilleur film a été attribué ex-æquo au film Niwe mung (Demi-lune) de Bahman Ghobadi (Iran-Irak-Autriche-France), photographié par Nigel Bluck, et au film Mon fils à moi du Français Martial Fougeron, film dont les images sont signées Yorgos Arvanitis.
De plus, le Prix du jury pour la meilleure photographie a été décerné au directeur de la photographie australien Nigel Bluck pour Niwe mung de Bahman Ghobadi. Ce film est cophotographié par Crighton Bone.

Palmarès du 27e Festival de l’image " Manaki Brothers "
la " Caméra 300 d’or " attribuée à Stéphane Fontaine, AFC

Films AFC dans les festivals

Lors de la cérémonie de clôture du 27e Festival international de l’image Manaki Brothers qui s’est tenue le 30 septembre à Bitola (Macédoine), le jury présidé par le directeur de la photographie Fabio Cianchetti, a décerné le Grand Prix, la Caméra 300 d’or, à Stéphane Fontaine pour son travail photographique sur le film de Jacques Audiard De battre mon cœur s’est arrêté.

La Caméra 300 d’argent a été décernée au directeur de la photo ukrainien Yury Klimenko pour le film Kosmos kak predchuvstvie (Dreaming of Space) du réalisateur russe Aleksei Uchitel et la Caméra 300 de bronze est allée au jeune directeur de la photo allemand Kolja Brandt pour le film Knallhart (Tough Enough) de Detlev Buk.
Lire la suite...

Le 27e festival international " Manaki Brothers "
se déroule du 26 septembre au 1er octobre 2006 à Bitola (République de Macédoine)

Films AFC dans les festivals

Organisé par la MFPA (Association macédonienne des professionnels du film), le festival " Manaki Brothers ", du nom des frères Milton and Yanaki Manaki, fête sa 27e édition du 26 septembre au 1er octobre dans la ville de Bitola (Macédoine).
Comme chaque année, ce festival dédié à l’image cinématographique présente en compétition une sélection de 12 longs métrages.

Parmi les films en compétition, deux sont photographiés par des membres de l’AFC : De battre mon cœur s’est arrété de Jacques Audiard, photographié par Stéphane Fontaine, et The Secret Book du réalisateur macédonien Vlado Cvetanovsky, cophotographié par Thierry Arbogast et Bruno Privat.

Le directeur de la photographie allemand Michael Ballhaus recevra le prix spécial Golden Camera 300 couronnant l’ensemble de sa carrière cinématographique.

Entretien avec François Reumont et Henrik Moseid à propos d’exposition photo et de rétroéclairage à LEDs
Par Jean-Noël Ferragut, AFC

Propos et entretiens

A l’occasion de " Lumières du Nord ", exposition photographique que l’on pourra voir encore jusqu’au 10 mai dans les locaux de Softlights, membre associé de l’AFC, nous avons demandé à François Reumont, directeur de la photographie et auteur des clichés, et à Henrik Moseid, dirigeant de la société d’éclairage fluorescent, de parler de la façon peu commune dont ils ont éclairé les tirages par l’arrière en combinant des LEDs.

Interview with Jacques Delacoux, CEO of Transvideo
By Jean-Noël Ferragut, AFC and Vincent Jeannot, AFC

Entretiens avec les partenaires "industries techniques" de l’AFC

An encounter with Jacques Delacoux, one of the AFC’s associate members who has remained as genuine and likeable as the first day his company, Transvideo, became an associate member of our association. An indefatigable globetrotter, he attends international trade fairs, workshops, festivals, and master classes all over the world. He opened the doors of his company in Verneuil-sur-Avre to us, in order to tell us about the company’s beginnings, the equipment it manufactures, his perspective on his profession, his encounters, his choices, and to sum it up, just what cinema means to him.

Etalonnage numérique de "Sueurs"
Michel Abramowicz, "Actions" N° 18, été 2002

Propos et entretiens

« Nous avons commencé par déterminer une direction de lumière qui allait dans le sens du film, à savoir dans la direction des couleurs du désert. A partir de là, nous avons considéré que chaque réglage important valait pour tout le film : il y avait par conséquent un réglage pour les extérieurs jour, un autre pour les intérieurs jour, un autre encore pour les extérieurs nuit. [...] Avec le système numérique, l’image est arrêtée et nous pouvons intervenir à peu près partout en termes de couleurs ou de contrastes. C’est presque comme donner une seconde chance (...)

Les tics du secrétaire général...
par Jean-Noël Ferragut

Billets d’humeur

Cela sent bon la rentrée... et l’heure de reprendre nos inombrables (!) activités, dont la Lettre, a sonné.
Nous nous battons de conserve, Jean-Jacques et moi-même, pour que la Lettre arrive dans les boîtes aux lettres de ceux qui la reçoivent au plus tard le 1er de chaque mois. Ce qui, ces derniers temps, n’a pas été aussi souvent le cas que nous l’aurions souhaité. Si je viens, derechef, insister quelque peu sur ce sujet, ce n’est bien sûr pas pour systématiquement vous embêter. Nous sommes bien conscients qu’aujourd’hui, à la vitesse à laquelle passent les heures et les journées, prendre le temps de rédiger quelques lignes d’information pour notre Lettre n’est pas chose aussi facile qu’il y paraît.

Jeanne Lapoirie de Ozon à Ozu

Propos et entretiens

Le paysage cinématographique est mutant. L’importance de bouleversements technologiques incessants n’échappe pas aux techniciens français. Les yeux de la nouvelle génération des « chefs op’ » sont souvent sans visage, quasiment sans voix. Et Jeanne Lapoirie, l’une de ses chefs de file, d’avouer elle-même « ne pas aimer parler de son travail ».
C’est pourtant à elle que nous avons demandé deux ou trois choses. Pour son parcours, symptomatique d’une position de curiosité et d’ambivalence revendiquée.