François Reumont

Media

Search results

Articles (30)

Paul Guilhaume, AFC, looks back at the technical challenges of shooting Jacques Audiard’s "Emilia Perez"
"Les Passantes", by François Reumont

Conversations with cinematographers at Cannes 2024

Successfully combining family drama, a narcotics thriller, and a musical ending with a Georges Brassens song is not an easy task. This is the extraordinary challenge that Jacques Audiard set himself with Emilia Perez, the strangest and most original film of the 77th Cannes selection. And since its 12-minute standing ovation at the Grand Théâtre Lumière, one of the most serious contenders for the Palme d’Or. Paul Guilhaume, AFC, who also worked on Audiard’s previous film, Paris, 13th District, shares the behind-the-scenes details of this unique project, which required nearly three years of preparation. He discussed, among other things, the reproduction of Mexico in a Paris studio and how rhythm influenced his visual approach to the film (FR).

Olivier Boonjing, SBC, talks about the shooting of Jonathan Millet’s film "Les Fantômes".
"Ghosts versus ghosts", by François Reumont

Conversations with cinematographers at Cannes 2024

For his first feature-length fiction film, director Jonathan Millet proposes a truer-than-life plunge into the contemporary hunt for a Syrian war criminal. A film about spies in spite of themselves, but above all a gallery of characters with looks damaged by exile and the atrocities of war. Belgian cinematographer Olivier Boonjing, SBC (already interviewed three years ago with Rien à foutre, by Emmanuel Marre and Julie Lecoustre, also at Critics’ Week) is behind the camera to direct this thriller set between Strasbourg and the Middle East. This film is presented in the opening session and is also a serious contender for the Caméra d’or. (FR)

Laurent Tangy, AFC, revient sur le tournage de "L’Amour ouf", de Gilles Lellouche
"Coup de foudre au temps du top 50", par François Reumont, pour l’AFC

Conversations with cinematographers at Cannes 2024

Mélo, avec parties musicales et chronique historique, L’Amour ouf, du réalisateur et comédien Gilles Lellouche, a un côté plein d’enthousiasme dans son écriture et sa facture. On y croise à la fois le cinéma de gangster des années 1980 (avec l’exubérance picturale de Brian De Palma ou le classicisme narratif de Jacques Deray), l’univers du clip, et une récurrente nostalgie musicale. Laurent Tangy, AFC qui avait déjà filmé Le Grand bain, est le directeur de la photographie de ce film présenté en Compétition officielle et dont l’équipe a été longuement ovationnée lors de la première.

Kasper Tuxen, DFF, nous détaille les choix techniques pour "The Apprentice", d’Ali Abbasi
"Le côté obscur de la force", par François Reumont pour l’AFC

Conversations with cinematographers at Cannes 2024

Avec The Apprentice, clin d’œil à l’émission jadis présentée par le magnat de l’immobilier new yorkais, le réalisateur irano-danois Ali Abbasi propose un biopic pas comme les autres, où archives et recréation fictionnelle partagent le même ADN à l’écran. Un portrait donc de l’ex-président des USA, actuellement en campagne pour une réélection en novembre, que ce dernier a annoncé vouloir interdire de sortie sur les écrans. L’acteur Sebastian Stan y interprète un Donald Trump plus vrai que nature sur la période 1972-1986, accompagné par son mentor, l’avocat Roy Cohn (Jeremy Strong), l’autre pépite flamboyante du film, et prix d’interprétation potentiel. C’est le directeur de la photographie danois Kasper Tuxen, DFF (Julie en 12 chapitres, en 2021) qui met en image cette plongée très réaliste dans l’histoire contemporaine des Etats-Unis. Il vient nous parler d’Anakin Skywalker, de vidéo analogique et de savoir s’il est nécessaire d’aimer le protagoniste d’un film pour bien le filmer. (FR)

Kasper Tuxen, DFF, explains the technical choices for "The Apprentice", by Ali Abbasi
"The Dark Side of the Force", by François Reumont for the AFC

Conversations with cinematographers at Cannes 2024

Tacitly referring to the show once hosted by the New York real estate tycoon, Danish-Iranian director Ali Abbasi brings to us The Apprentice, a biopic unlike any other, in which archival footage and fictional documentary share the same DNA on screen. A portrait, therefore, of the former US president - currently campaigning for re-election in November - who has announced wanting to ban the film from being released. Actor Sebastian Stan portrays a very convincing Donald Trump, during the 1972-1986 period, accompanied by his mentor, lawyer Roy Cohn (Jeremy Strong), the other flamboyant gem of the film and possible award-winning performance. Danish cinematographer Kasper Tuxen (The Worst Person in the World in 2021) created the images for this highly realistic immersion into contemporary US history. He talks to us about Anakin Skywalker, analogue video and whether it is necessary to like the film’s protagonist to film them well. (FR)

Drew Daniels nous parle du tournage de "Anora", de Sean Baker
"L’aventurier de l’ombre", par François Reumont pour l’AFC

Conversations with cinematographers at Cannes 2024

Porté par un casting éblouissant, avec en tête la jeune Mikey Madison dans le rôle d’une strip-teaseuse, Anora, de Sean Baker, est un film captivant. Avec une écriture à la fois simple et millimétrée qui place l’intrigue dans une direction pour ensuite mieux prendre le spectateur à contre-pied... Et enfin le cueillir dans une scène finale d’une grande force qui va sans doute rester dans l’histoire du Festival. Tourné avec les mêmes techniques qu’affectionnaient les grands directeurs de la photographie américains des années 1970 – pellicule Kodak, Scope 4 perf, zooms et flashage négatif à la prise de vues –, ce tour de force cinématographique est vraiment l’un des événements majeurs de la 77e édition du Festival, où le film était en Compétition officielle. C’est Drew Daniels qui en signe les images, et qui vient nous expliquer que rien ne remplace les frissons qu’on peut avoir sur un tel film en tant que directeur de la photo en prenant les décisions créatives en direct sur le plateau, et non pas en s’en remettant aux seuls outils de postproduction numériques. (FR)

Entretien avec Kadri Koop, "Encouragement Spécial Pierre Angénieux" 2024
"Koop de grâce", par François Reumont pour l’AFC

Conversations with cinematographers at Cannes 2024

La lauréate 2024 du prix Encouragement Spécial Pierre Angénieux est d’origine estonienne, basée depuis déjà douze ans aux USA, après être passée juste après son bac par la Chine. Une première expatriation où elle a étudié, appris un peu la langue et tourné ses premiers films documentaires. Kadri Koop est donc une jeune femme curieuse de tout qui a multiplié les expériences à travers la planète et qui travaille désormais entre l’Europe et Hollywood. Lieu où elle réside et entretient un très beau potager sous le soleil californien. Elle est venue à Cannes nous parler d’images, de visages et de zooms ! (FR)

Rémy Chevrin, AFC, revient sur ses choix pour le film de Christophe Honoré, "Marcello Mio"
Par François Reumont pour l’AFC

Conversations with cinematographers at Cannes 2024

Film de famille où chacun joue son propre rôle, Marcello Mio, de Christophe Honoré, se présente comme un biopic d’évocation très libre dans la lignée du I’m Not There, de 2007, consacré par Todd Haynes à Bob Dylan. Lancé dès sa scène d’ouverture sur le ton d’une farce, le film navigue de façon très étrange entre la comédie, les hommages aux grands films mythiques du comédien, et les références familiales très personnelles, que seuls les cinéphiles pourront déchiffrer. Rémy Chevrin, AFC, nous parle de ce projet extrêmement libre du cinéaste français avec qui il travaille depuis vingt-cinq ans... (FR)

Paul Guilhaume, AFC, revient sur les défis techniques du tournage de "Emilia Pérez", de Jacques Audiard
"Les passantes ", par François Reumont

Conversations with cinematographers at Cannes 2024

Réussir en un film à mêler le drame familial, le thriller de narcotrafiquants, et la comédie musicale qui s’achève sur un air de Georges Brassens n’est pas forcément chose la plus aisée. C’est le défi inouï que s’est lancé Jacques Audiard avec Emilia Perez, l’ovni de la 77e sélection cannoise, et depuis ses 12 minutes d’ovation dans le Grand Théâtre Lumière, un des plus sérieux prétendants à la Palme d’or. Paul Guilhaume, AFC, déjà présent pour Les Olympiades, son dernier film en date vient nous raconter les coulisses de ce projet hors norme qui a nécessité près de trois années de préparation avant de voir le jour. Il évoque entre autres la recréation du Mexique en studio à Paris, et le travail sur le rythme qui a influencé sa mise en image du film. (FR)

Articles (30)

Aymerick Pilarski, AFC, talks about his work on "Rendez-vous with Pol Pot", by Rithy Panh
"Big Brother", by François Reumont

Conversations with cinematographers

After several documentaries on the Cambodian genocide, filmmaker Rithy Panh decided to venture into fiction, recreating the true story of journalists who got the only interview with the Khmer Rouge leader in 1978. This ambitious work combines scenes led by a prestigious cast, cutaway shots from archival footage, and long tracking shots of childlike models reminiscent of Michel Gondry’s style. The result is a strange film where naivety blends with historical reconstruction and characters sometimes happened to be on another planet. Aymerick Pilarski, AFC, lensed this show presented in the official Cannes Première selection. (FR)

Dossier : l’énergie verte
"Le Big Bang des batteries", par François Reumont pour l’AFC

Lighting and Power Equipment

Il y a trois ans, l’AFC proposait un dossier sur l’évolution des sources d’énergie sur les tournages. Avec en point de mire l’interdiction annoncée par la mairie de Paris des groupes diesel dans la ville. Une échéance annoncée alors pour l’année 2024, celle des Jeux Olympiques, mais pas vraiment tenue - puisqu’un nombre conséquent de ces machines seront néanmoins déployées en bord de Seine pour assurer les besoins en énergie de la cérémonie d’ouverture... Nous vous proposons donc de refaire un point avec les principaux prestataires et partenaires de l’AFC sur la situation à quelques semaines de cet événement planétaire. (FR)

Nicolas Massart, AFC, revient sur les défis techniques du tournage de "Sous la Seine", de Xavier Gens
"Plongée en eaux troubles", par François Reumont pour l’AFC

Conversations with cinematographers

Mis en ligne sur Netflix depuis le début du mois de juin, Sous la Seine, de Xavier Gens, s’est depuis hissé au rang des programmes les plus visionnés sur la plateforme, et ce dans un contexte particulier puisque le réalisateur, la production et la plateforme ont depuis été assignés au tribunal par un autre scénariste qui s’estime victime de plagiat. Ce film à suspens mettant en scène l’intrusion d’une race de requins mutants capables de s’adapter notamment à l’eau douce et de remonter les fleuves profite de l’actualité des proches Jeux Olympiques parisiens pour faire le buzz. C’est Nicolas Massart, AFC, qui s’est chargé de mettre en images cette histoire, avec de très nombreuses scènes sous-marines tournées dans le grand studio européen dédiée à la chose (Lites, à Bruxelles). (FR)

Nicolas Massart, AFC, discusses the technical challenges involved in filming "Sous la Seine" by Xavier Gens
"A dive into troubled waters", by François Reumont for the AFC

Conversations with cinematographers

Xavier Gens’ Sous la Seine has been available on Netflix since early June, and has since risen to become one of the most viewed programs on the platform. Meanwhile, the director, producers and the platform are being sued by another screenwriter who is claiming to have been the victim of plagiarism. This suspenseful film portrays the intrusion of a race of mutant sharks capable of adapting to fresh water and swimming up rivers, and has benefited from the fact that the Olympic Games are being held in Paris this year to generate buzz. Nicolas Massart, AFC, was in charge of the cinematography of this story, with many underwater scenes shot in the large European studio dedicated to this – Lites, in Brussels. (FR)

Simon Duggan, ACS, ASC, looks back at the making of George Miller’s "Furiosa"
"Shakespeare Down Under", by François Reumont

Conversations with cinematographers

Presented during a special out-of-competition screening at the very beginning of the 77th Cannes Film Festival, director George Miller’s Furiosa adds a new dimension to the Mad Max saga he began 45 years ago. Focusing on the youthful character Furiosa (originally played on screen by Charlize Theron in Fury Road in 2015), this unprecedented change of lead character for the franchise allows the Australian director to feminise his narrative. And most of all to offer a duo of actors from the new generation (Anya Taylor Joy and Chris Hemsworth) an opportunity to portray a true Shakespearean revenge tragedy amidst apocalyptic chase scenes. Simon Duggan, ACS, ASC, also new to the franchise talks to us about this 109-day shoot (for A team), conducted during the Covid period in the heart of the Australian desert. (FR)

Simon Duggan, ACS, ASC, revient sur le tournage de "Furiosa", de George Miller
"Shakespeare Down Under", par François Reumont

Conversations with cinematographers

Présenté lors d’une séance exceptionnelle Hors compétition au tout début du 77e Festival de Cannes, Furiosa, du cinéaste George Miller, vient poser une nouvelle pierre dans l’édifice de la saga Mad Max commencée par lui-même il y a tout juste quarante-cinq ans. S’attachant à la jeunesse du personnage de Furiosa (créé à l’écran par Charlize Theron dans Fury Road, en 2015), ce changement inédit de personnage principal pour la franchise permet au réalisateur australien de féminiser son propos et surtout d’offrir à un duo de comédiens de la nouvelle génération (Anya Taylor Joy et Chris Hemsworth) une opportunité d’interpréter une vraie tragédie de vengeance shakespearienne au milieu de scènes de poursuites apocalyptiques. Un cocktail que Simon Duggan, ACS, ASC, a été chargé de mettre en image, lui aussi nouveau dans la franchise. Il vient nous parler de ce tournage marathon de 109 jours (pour l’équipe principale) effectué durant la période du Covid au cœur du désert australien. (FR)

Interview with Julien Poupard, AFC, about “Langue étrangère”, by Claire Burger
"European friend", by François Reumont

Conversations with cinematographers

Selected for Berlinale 2024, Claire Burger’s Langue étrangère (Foreign Language) crosses paths between France and Germany through a first adolescent love story. Julien Poupard, AFC, reunites with the director (with whom he has already shot several films) to bring this story of sensual, amorous and political awakening to life between Leipzig and Strasbourg. The film is in official competition for the 74th Golden Bear. (FR)

Interview with Kadri Koop: "Pierre Angénieux Special Encouragement" 2024
"Koop de grâce", by François Reumont for the AFC

Conversations with cinematographers at Cannes 2024

The 2024 winner of the Pierre Angénieux Special Encouragement Award is of Estonian origin. She has been based in the USA for 12 years, spending time in China first, just after finishing high school. This was her first experience living abroad, where she studied, learned a bit of the language and shot her first documentary films. Kadri Koop is a curious young woman, with varied experiences around the world, now working between Europe and Hollywood, where she resides and tends to a beautiful vegetable garden under the Californian sun.
She’s here at Cannes to talk to us about images, faces and zoom lenses! (FR)

Drew Daniels talks about filming Sean Baker’s “Anora”.
"The Shadow Gambler", by François Reumont for the l’AFC

Conversations with cinematographers at Cannes 2024

Carried by a dazzling cast, with young Mikey Madison in the lead role as a stripper, Sean Baker’s Anora is a captivating film. Its writing is both simple and precise, steering the plot in one direction only to better surprise the audience and ultimately deliver a powerful final scene that is likely to go down in festival history. Shot like great American cinematographers of the 70s used to do (Kodak film, 4-perf Scope, zoom lenses, and negative flashing during shooting), this cinematic tour de force is truly one of the major events of the 77th edition of the Festival. Drew Daniels, who shot the film, explains that nothing replaces the thrill one can experience on such a film as a director of photography, making creative decisions live on set rather than relying solely on modern digital camera & post-production tools. (FR)

movies (1)