Guillaume Saurrel

Interprétation

Résultats de la recherche

Films (65)

Articles (64)

Le Bremer Filmpreis 2012 décerné à Caroline Champetier, AFC

Prix, Trophées, Académies, Meilleure photo

Institué en 1999 par le Kino 46 (aujourd´hui City 46) de Brême et le Medienzentrum Bremen, le Bremer Filmpreis récompense les services éminents rendus au film européen.
Il est décerné annuellement à des personnalités du cinéma européen, acteurs, metteurs en scène, auteurs, compositeurs ou producteurs. Le prix, doté de 8 000 euros, est remis par la Kunst und Kultur-Stiftung de la Sparkasse Bremen lors d’une cérémonie à la mairie de Brême.

Did you say organic ?
By Caroline Champetier, AFC

Caméras numériques

The first publicly available images filmed with the new Delta-Penelope camera were shown by Eclair on November 17, 2011 with Catherine Athon, Aude Humblet, Thierry Beaumel, Caroline Champetier AFC, and Jean-Pierre Beauviala in attendance.
This camera is the first “4K” with an optical viewfinder and an internal SSD recorder for full resolution uncompressed images that are totally open to whomever wants to debayerize them in their own way.

Solidarité
Par Caroline Champetier, AFC

Editoriaux de la Lettre

La faillite de Quinta Industries entraînant la fermeture de LTC n’est pas simplement une faillite financière, non plus que la seule résultante du virage technologique qui remonte à 1999, quand les studios américains ont chiffré à deux milliards de dollars par an, l’économie que pourrait dégager la généralisation de la projection numérique*.
Nous avions dix ans pour penser cette transition et lui conserver une inventivité artistique et humaine.

"Les Intouchables"

Les appels à la profession

Dimanche 11 décembre, fine et triste bruine, Paris est vide, les quais de St-Cloud encore plus vides, deux camions de CRS devant l’énorme siège des entreprises Dassault, je me demande si Dassault City est gardée chaque week-end ou si cette douzaine de tortues ninja est embusquée pour l’occupation de LTC par les salariés.
Après des mois de mensonges et de faux semblants, la direction du site LTC, qui feignait de signer un plan social avec les salariés jeudi 8 décembre, a été démise de ses pouvoirs par un administrateur judiciaire qui découvre les malversations de cette même direction et n’a d’autre solution que de prononcer la liquidation. Donc mise sous séquestre des machines, fermeture du site, licenciement de 114 salariés, étalonneurs, chimistes, attachés de clientèle, vérificateurs, magasiniers, livreurs.

Vous avez dit organique ?
Par Caroline Champetier, AFC

Caméras numériques

Les premières images de l’Aaton Delta-Penelope en liberté ont été projetées chez Eclair le 17 novembre 2011 en présence de Catherine Athon, Aude Humblet, Thierry Beaumel, Caroline Champetier, AFC, et Jean-Pierre Beauviala.
Pour mémoire cette caméra est la première " 4K " à viseur optique, enregistrant en interne des images RAW non compressées et totalement ouvertes à qui veut les " debayeriser " à sa façon.

L’éditorial de la Lettre 211 de juillet-août 2011
par Caroline Champetier, AFC

Editoriaux de la Lettre

Osons, osez, ils osent bien !
Nous avons participé le 14 juin à une réunion de l’Inter-Associations à la Cour des comptes avec le médiateur de la République sur la question de la convention collective et un de ses points d’achoppement, à savoir le seuil des films dits de la diversité, fragiles, sous-financés, (selon le point de vue où on se place) où les producteurs seraient autorisés à certaines conditions* à réaménager l’échelle des salaires.
Si le médiateur, considérant que le cinéma est devenu une zone de non-droit, nous a conviés à cette réunion, c’est qu’il souhaitait notre avis, nous le lui avons donné.

L’éditorial de la Lettre de mai 2011
par Caroline Champetier

Editoriaux de la Lettre

Il n’y a pas qu’à Cannes que l’on peut voir des films sur grands écrans, preuve en est cette intervention sur le CML (Cinematography Mailing List, site des DoP américains).
Et si " l’expérience salle " reprenait du poil à la bête et de la surface à l’écran ? Si nos collègues américains nous montraient le chemin ?

L’éditorial de la Lettre de février 2011
par Caroline Champetier, AFC

Editoriaux de la Lettre

Le Micro Salon 2011, 11e édition, ouvre grandes ses portes les 4 et 5 février.
Si nous nous engageons aux côtés de nos associés pour faire de cette manifestation un moment incontournable, c’est parce que l’intérêt que nous portons à nos/vos outils et à nos/vos méthodes de travail restent le signe le plus sûr de la responsabilité que nous continuons et continuerons d’ASSUMER pour les films, avec les metteurs en scène, producteurs, directeurs de production et avec nos équipes d’assistants, d’électriciens et de machinistes.

L’éditorial de la Lettre de décembre 2010
par Caroline Champetier et Pierre-William Glenn

Editoriaux de la Lettre

Aujourd’hui le rythme et la façon dont les outils d’enregistrement des images viennent à nous se sont considérablement modifiés.
Il a peu de temps encore, le mouvement d’un directeur de la photographie et de ses assistants vers une caméra, une pellicule, un traitement chimique ou numérique se faisait progressivement. Certains d’entre nous adoptaient une machine et un processus de fabrication des images avec constance, d’autres rejouaient leur choix d’un film à l’autre, il en était ainsi des équipes et des relations avec les prestataires associés à notre travail.

L’éditorial de la Lettre de septembre 2010
par Caroline Champetier

Editoriaux de la Lettre

Il y aurait plusieurs façons de raconter ou de renseigner nos associés sur ce qu’est le Dialogue-Actif. Autant de manières que de directeurs photo membres de l’AFC. Je pourrais également partir de la réunion historique du 19 juin qui a vu 37 d’entre nous se réunir, dont certains n’étaient jamais venus à aucune assemblée (53 étaient représentés), pour essayer de définir une conduite, comme on le dit en musique, devant la situation qui entame plus ou moins violemment la cohérence de nos métiers.

William Lubtchansky
par Caroline Champetier, AFC

William Lubtchansky

Willy je m’adresse à toi, tant le sentiment est violent d’une conversation interrompue.
Depuis plusieurs mois, années même, il nous était venu à l’esprit, Bob Alazraki, Jean-Pierre Beauviala et moi de nous entretenir avec toi, bien sûr autour de ton impressionnante carrière, à propos de films précis que tu as magnifiés par ta vision, mais aussi au sujet de ta vie dont chacun ici connaît des parcelles plus ou moins étendues, car derrière ton extraordinaire aisance humaine, faite de générosité, d’instinct, de timidité aussi, tu étais un homme secret, mystérieux, qui cachait ses effrois, on allait avec toi de découverte en découverte, on voyageait, comme tes ancêtres sans doute.

L’éditorial de la Lettre de mai 2010

Editoriaux de la Lettre

Mai reste le mois du cinéma mondial, festival de Cannes oblige. Depuis 60 ans, ses directeurs et délégués gèrent habilement les rapports de force entre l’industrie et la création et permettent aux films d’arriver libres et égaux sur les écrans du festival.
Chaque année de nouvelles cinématographies apparaîssent, venant de pays dont l’industrie n’existe pas encore mais dont on voit qu’ils ont besoin d’un imaginaire cinématographique, comme le miroir nécessaire à leur évolution.

Micro Salon AFC 2010 : à la lumière de ses 10 bougies d’anniversaire
par Caroline Champetier, Jean-Noël Ferragut et Eric Guichard

2010

Il aurait fallu bien plus que neige en bourrasques et frisquet matinal pour arrêter dans leur élan les quelques 2 500 visiteurs venus fréquenter les différents espaces que La fémis avait une fois encore mis aimablement à notre disposition pour cette 10e édition du Micro Salon.

Ce rendez-vous annuel étant devenu au fil des ans un moment de saine curiosité pour les cinéastes de tous poils, de convivialité partagée, d’échanges plus personnels, professionnels ou techniques, peu souhaitent le manquer, même si l’air du temps ne facilite pas aujourd’hui le quotidien de nombre d’entre nous.

L’éditorial de la Lettre de janvier 2010
par Caroline Champetier

Editoriaux de la Lettre

Durant ces derniers mois, nous – membres du bureau et initiateurs des " dialogues actifs " – avons été saisis par la justesse et la profondeur des contributions à ces " dialogues actifs " entre les membres de l’AFC. Nous choisissons, en ce début 2010, de laisser place à l’un d’entre eux, dont la distance, tant dans l’expérience que dans la situation géographique, permet de comprendre que nos préoccupations doivent nous permettre d’échanger sans relâche, pour construire un avenir à notre métier.
Voici un extrait de la contribution de Philippe Rousselot, AFC, ASC à ces " dialogues actifs ".

Retour sur la table ronde DCP
Par Caroline Champetier, AFC

2013

Le samedi 23 février dans le cadre du Micro Salon 2013, s’est tenue, dans la salle Renoir de la rue Francœur, une première table ronde autour de la problématique du DCP.
La salle, déjà bien remplie à 10 heures, était comble à 11h30 lorsque nous avons du rendre " l’antenne ".

La directrice de la photographie Caroline Champetier, AFC, parle de son travail sur "Le Dernier des injustes", de Claude Lanzmann

Les entretiens au Festival de Cannes

Caroline Champetier a éclairé quelques 70 films, accompagnant certains des grands cinéastes français et étrangers. Elle remporte le César de la Photographie pour Des hommes et des dieux, de Xavier Beauvois, dont elle vient de finir le dernier film, puis la Grenouille d’argent en 2012 au festival Plus Camerimage pour Holly Motors, de Léos Carax. Avant cette longue expérience comme directrice de la photographie, Caroline Champetier fut l’assistante de William Lubtschansky et c’est à l’occasion du tournage de Shoah, en 1977, qu’elle rencontre Claude Lanzmann. Sa collaboration avec lui se prolonge en signant l’image de Sobibor 14 octobre 1943 16 heures, en 2000, et celle de sa dernière œuvre, Le Dernier des injustes, en 2012. Juste avant ce film, elle avait éclairé Hannah Arendt, le film de Margarethe von Trotta.
Cette collaboration avec Claude Lanzmann initiée par William Lubtchansky « a duré toute ma vie de directrice photo, c’est quelque chose de fondateur », souligne Caroline Champetier. Le Dernier des injustes, projeté Hors compétition à Cannes, ne participe pas à la Compétition officielle, au grand regret de Claude Lanzmann. (BB)

Sobibor, October 14, 1943, 4 p.m.

In memoriam

During Claude Lanzemann’s funeral at the Montparnasse Cemetery in Paris on Thursday, 12 July 2018, Caroline Champetier, AFC, who worked alongside him, was one of the eulogizers and she spoke the following words.

Où la directrice de la photographie Caroline Champetier, AFC, parle de son travail sur "Napalm", de Claude Lanzmann
Sur la route de Pyongyang

Les entretiens au Festival de Cannes

Après une introduction qui brouille les cartes, le nouveau documentaire de Claude Lanzmann est en réalité le journal intime d’un homme à l’hiver de sa vie qui raconte au spectateur son idylle secrète avec une infirmière nord-coréenne, il y a de cela 58 ans. Histoire d’amour impossible, aussi courte que passionnée, qui aurait pu donner lieu à une adaptation fictionnelle comme Clint Eastwood le fit jadis avec le roman Sur la route de Madison. Caroline Champetier, AFC, a accompagné le cinéaste lors de ce retour au pays de la dynastie Kim. (FR)

Ici et ailleurs
Caroline Champetier, directrice de la photographie, AFC

Intermittence, Convention collective, Assurance-chômage

Ce qui blesse profondément dans la situation actuelle, c’est l’éclatement du corps social spécifique du cinéma, comme si cette époque assez inventive des années 1980-90, qui a vu l’émergence d’un nouveau cinéma d’auteur à la suite de la Nouvelle Vague, n’était en fait qu’un vaste malentendu et avait abouti, à partir des années 2000, à une période où cette inventivité de contenu et de fabrication était utilisée cyniquement par des forces obscures et contradictoires.

Les trois vies professionnelles de Philippe Tourret
Par Caroline Champetier, AFC

Nouveaux venus à l’AFC

Nous sommes particulièrement honorés de compter dorénavant Philippe Tourret parmi les membres consultants de l’AFC. Honorés parce que la rigueur et la droiture l’ont guidé sur les trois vies professionnelles où nous l’avons croisé : à l’étalonnage photochimique chez Eclair, dans les années 1980 ; sur les plateaux de Rappeneau, Sissako, Loizillon…, dans les années 1990 ; à nouveau au service numérique et patrimoine d’Eclair, dans les années 2000 où son exigence et son intelligence protégeaient nos images.