Guy Green

par Marc Salomon

AFC newsletter n°148

[English] [français]

En quelques films tournés après guerre, Guy Green s’était affirmé comme un des meilleurs stylistes du noir et blanc, remportant même l’Oscar en 1947 pour son travail sur Les Grandes espérances de David Lean (doublé historique pour les directeurs de la photo britanniques puisque cette même année Jack Cardiff remportait l’Oscar de la couleur avec Le Narcisse noir).

Ossie Morris, cadreur, Guy Green, viseur en main et David Lean
Ossie Morris, cadreur, Guy Green, viseur en main et David Lean

Né en 1913, Guy Green avait commencé à travailler dès l’âge de 16 ans, trouvant un job sur un paquebot où il était chargé de l’entretien du matériel de projection avant de rejoindre la BIP et la Gainsborough comme " clapper-boy " puis assistant caméra à partir de 1933. C’est à ce poste qu’il côtoie des opérateurs comme Gunther Krampf et Fritz Arno Wagner avant de tenir la caméra aux côtés de Max Greene ou de Ronald Neame (Ceux qui servent en mer, Un de nos avions n’est pas rentré, Heureux mortels).

Directeur de la photo de David Lean (entre Ronald Neame puis Jack Hildyard et Freddie Young), il photographie magistralement deux adaptations de Dickens (Les Grandes espérances et Oliver Twist) dans un noir et blanc fuligineux et parfaitement ciselé dont les clairs-obscurs, les pongées et contre-plongées ainsi que la profondeur de champ semblent emprunter autant à Gregg Toland qu’aux eaux-fortes ou aux célèbres photographies de Bill Brandt, un style que l’on qualifiait alors de néo-expressionniste. Toujours avec Lean, il signera encore les images des Amants passionnés et de Madeleine. Dans ce dernier, Green reconnaissait s’être inspiré des maîtres américains comme Lee Garmes pour la plastique de l’image et la photogénie d’Ann Todd façon Marlène Dietrich.

Ann Todd dans le film " Madeleine " de David Lean
Ann Todd dans le film " Madeleine " de David Lean

Mais il se montrera tout aussi audacieux en Technicolor avec Blanche Fury réalisé à Londres par Marc Allégret (la photographie d’extérieurs est signée par Geoffrey Unsworth) et Capitaine sans peur de Raoul Walsh, « sans doute le plus somptueux film d’aventures maritimes de l’après-guerre » écrit Jacques Lourcelles. Suivront toujours en couleurs Robin des bois et ses joyeux compagnons de Ken Annakin, L’Opéra des gueux de Peter Brook, Pages galantes de Boccace de Hugo Fregonese et L’Armure noire de Henry Levin avant que Green ne décide de passer à la réalisation. Il signera une vingtaine de films entre 1955 et 1977 avant de travailler pour la télévision jusqu’en 1986.

Il fut en 1949 l’un des fondateurs de la BSC avec Georges Périnal, Jack Cardiff et Freddie Young, il en assura la présidence entre 1952 et 1954.

Nous remercions particulièrement Frances Russell de la BSC qui nous a fourni rapidement les images de Guy Green.