Jean-Luc Godard

Réalisation
Scénario

Résultats de la recherche

Articles (30)

Le Festival Chefs Op’ en Lumière 2022 vu par...
Jean-Marie Dreujou, AFC, et Pascale Marin, AFC, invités

Actualités AFC

Lors de sa 4e édition, du 28 février au 6 mars 2022, le Festival Chefs Op’ en Lumière avait invité, entre autres directrices et directeurs de la photographie, les membres de l’AFC Xavier Dolléans, Jean-Marie Dreujou, Eric Dumont, Crystel Fournier et Pascale Marin. Jean-Marie et Pascale rendent compte ici de leurs impressions de festivaliers.

Six articles au regard de la couleur réunis en un seul

Chaîne numérique

Depuis les premiers partages de réflexions entre Caroline Champetier et Martin Roux sur la couleur, fin 2020, faisant part de leur cheminement vers la compréhension de chaînons manquants, à leurs yeux, dans le traitement des images, des articles ont permis de s’interroger sur le suivi par l’industrie de leur fabrication, de se poser la question de savoir qui aujourd’hui fait la recherche, d’envisager la place du laboratoire dans la création ou encore de rappeler les moyens d’accompagner les chefs opérateurs dans la perte de contrôle de leurs images. Voici rassemblés les deux articles d’origine ,"Vers la couleur", suivis des réactions qu’ils ont suscitées, celles de Pierre Cottereau, Céline Bozon, AFC, Thibault Carterot, M141, et de coloristes, membres de Shade.

"Fellini est plus grand que le cinéma"
Un essai du réalisateur, scénariste et producteur Martin Scorsese

Revue de presse

Le numéro d’août 2021 du Monde diplomatique publie un texte du cinéaste Martin Scorsese – dont une version est parue en mars dans Harper’s Magazine – et l’introduit en ces termes. « Autrefois, des foules fiévreuses se pressaient dans les salles pour voir le dernier film de Jean-Luc Godard, Agnès Varda ou John Cassavetes. Devenu divertissement visuel, le cinéma a perdu sa magie, estime Martin Scorsese. Avec cet hommage à Federico Fellini, le réalisateur tente de la retrouver. » Extraits des début et fin de cet essai...

Parution de "Georges Pierre - Profession : photographe de plateau - 100 ans 100 films"
Un ouvrage de Laurence de Geyer, Laurent Benyayer, Philippe Sichler

Livres et revues

Roger Corbeau, Raymond Cauchetier, Jean-Marie Leroy, Emmanuel Lowenthal, Vincent Rossell, Raymond Voinquel, Bob Willoughby ou encore Pierre Zucca sont des photographes de plateau reconnus, même si l’on connaît moins les publications dont ils ont fait l’objet. On saluera ainsi la récente parution de Georges Pierre – Profession : photographe de plateau – 100 ans 100 films, reflet de trois décennies (1960-1990) d’un regard posé avec humour et tendresse sur les plateaux de cinéma.

Willy Kurant, AFC, ASC, ou l’excellence d’une modernité mâtinée de classicisme
Par Marc Salomon, membre consultant de l’AFC

Willy Kurant

Willy Kurant nous a quittés le 1er mai, à l’âge de 87 ans. Venu du reportage TV, caméra 16 ou 35 mm à la main, passé quelques mois par les studios de Pinewood à Londres avant de rejoindre la France où il démarra sa carrière de directeur de la photographie dans la mouvance de la Nouvelle Vague, Willy Kurant excellait dans des registres pourtant diamétralement opposés : de Trans-Europ-Express (façon reportage, sans éclairage sinon parfois une Flood dans un parapluie blanc) à Charlotte For Ever (violentes directions de lumière et puissants contre-jours qui transpercent la pénombre).

Articles (30)

Willy Kurant, vu au travers de quelques témoignages

Willy Kurant

La personnalité de Willy Kurant, parti le 1er mai 2021, ne laissait pas indifférent, aussi bien celles et ceux qui l’ont côtoyé dans la vie professionnelle ou que sa photographie aura marqués ou influencés que les personnes qui ont travaillé auprès de lui sur ses tournages. Nous proposons ici de lire quelques témoignages, ceux de Michel Baudour, SBC, Jean-Noël Ferragut, AFC, Eric Gautier, AFC, Jimmy Glasberg, AFC, Agnès Godard, AFC, Gilles Henry, AFC, Jean-Paul Meurisse, Jean-Paul Toraille et Eric Vaucher.

Passing of Cinematographer Willy Kurant, AFC, ASC

Willy Kurant

We were deeply saddened to learn of the death of cinematographer Willy Kurant, AFC, ASC, in Paris on Saturday, 1st May 2021, at the age of 88. Trained in the heyday of television reporting, he described himself as the “leader of the second group of the New Wave”. He was a daring and eclectic cinematographer whose career, in France and in the USA, lasted over sixty years. His work was recognized on films by directors as different as Agnès Varda, Jean-Luc Godard, Jerzy Skolimowski, Orson Welles, Serge Gainsbourg, Maurice Pialat, and Philippe Garrel in recent years.

Le directeur de la photographie Willy Kurant, AFC, ASC, nous a quittés

Willy Kurant

Nous avons appris avec une profonde tristesse la nouvelle du décès du directeur de la photographie Willy Kurant, AFC, ASC, survenu à Paris samedi 1er mai 2021, dans sa quatre-vingt-huitième année. Formé à la grande époque du reportage TV, s’étant lui-même qualifié de « chef de file du deuxième groupe de la Nouvelle Vague », opérateur éclectique et audacieux dont la carrière, en France et aux Etats-Unis, s’est déroulée sur quelque soixante ans, son travail aura été remarqué sur des films de cinéastes aussi divers qu’Agnès Varda, Jean-Luc Godard, Jerzy Skolimowski, Orson Welles, Serge Gainsbourg, Maurice Pialat ou encore Philippe Garrel, plus récemment.

Vers la Couleur – 2e partie
Conversation entre Caroline Champetier, AFC, et Martin Roux – Décembre 2020

Chaîne numérique

Ayant entrepris d’y voir plus clair sur ce qui se passe entre la sortie d’un capteur et l’étalonnage, les directeurs de la photographie Caroline Champetier, AFC, et Martin Roux nous font partager, dans une série d’échanges, leur cheminement vers la compréhension de ce qui échappe dans le traitement des images. Dans un deuxième entretien, ils livrent leurs réflexions qui traitent, entres autres sujets abordés, de trichromie, d’espace et de volume couleur.

"Godard / Machines", dirigé par Antoine de Baecque et Gilles Mouëllic
A paraître le 20 novembre 2020

Livres et revues

"La Machine Cinéma", une exposition proposée par la Cinémathèque française fin 2016, reste un souvenir marquant. Godard / Machines, ouvrage dirigé par d’Antoine de Baecque et Gilles Mouëllic, rappelle quant à lui que les films de Jean-Luc Godard semblent parcourir et interroger sans cesse les liens entre cinéma et machines, de l’imposante caméra Mitchell BNC qui ouvre Le Mépris (1963) à l’installation vidéo de Numéro deux (1975), du ballet de caméras montées sur des grues devant les tableaux de Passion (1982) aux images de défilement de la pellicule qui ponctuent les Histoire(s) du cinéma (1988-1998).

Editorial de la Lettre de février 2020
Par Gilles Porte, président de l’AFC

Editoriaux de la Lettre

« Qu’est-ce que c’est, dégueulasse ? »
« Dégueulasse », c’est évoquer la qualité des images censées « mettre en lumière le travail des techniciens français, reconnus à l’international »* et faire dégueuler, en boucle, une bouillie de pixels carrés surexposés sur un écran qu’il eut été plus élégant de laisser immaculé, lors de la remise des Trophées César & Techniques, mardi 7 janvier...

A propos des "Silences de Johnny", documentaire de Pierre-William Glenn, AFC

Les entretiens au Festival de Cannes

Lorsqu’on interroge quelqu’un sur la carrière de Johnny Hallyday au cinéma, rares sont les personnes, même les fans, qui peuvent lister plus de cinq films sur les trente-quatre qu’il a interprétés. Et pourtant sa carrière d’acteur a commencé avant celle de chanteur, en 1954, dans Les Diaboliques, de Henry-Georges Clouzot. Il est même probable que Johnny ait découvert Elvis Presley et le Rock’n’roll en voyant Loving You (Amour frénétique) au cinéma à l’âge de 14 ans.

Jean-Pierre Beauviala (1937-2019)
La ville criminogène, le son concomitant et... un chat sur l’épaule

Jean-Pierre Beauviala

L’histoire d’Aaton fut d’abord et toujours celle d’un homme, Jean-Pierre Beauviala, au parcours singulier et unique dans l’histoire du cinéma et de ses techniques. Certes son nom vient s’ajouter à une liste de pionniers et industriels français, d’Etienne-Jules Marey et Louis Lumière à André Coutant et Pierre Angénieux, mais il incarne plus que les autres un certain génie français, cartésien et intuitif, considérant que trouver les bonnes réponses exige de se poser d’abord les bonnes questions afin de fournir les outils adaptés aux besoins de chacun.

Films (23)

Les Ponts de Sarajevo

de Aida Begic, Leonardo Di Costanzo, Jean-Luc Godard, Kamen Kalev, Isild Le Besco Sergei Loznitsa, Vincenzo Marra, Ursula Meier, Vladimir Perisic, Cristi Puiu, Marc Recha, Angela Schanelec, Teresa Villaverde
Photographié par

Agnès Godard, AFC

Eloge de l’amour

de Jean-Luc Godard
Photographié par

Christophe Pollock

Rubriques (1)