Jérôme Brechet

Etalonnage

Résultats de la recherche

Articles (4)

Detailled Report of our Visit to FilmLight
By Quentin Bourdin for the AFC

Actualités AFC

Quentin Bourdin, assistant cameraman, DIT and colour timer, a graduate of the Ecole nationale supérieure Louis-Lumière, accompanied the AFC cinematographers to London for a day of training and discussion around images and the expectations of contemporary colour timing. It was the opportunity to discover Baselight and its colour timing tools. He offers us a detailed report of the trip.

Compte-rendu détaillé de la visite chez FilmLight
Par Quentin Bourdin pour l’AFC

Actualités AFC

Quentin Bourdin, assistant opérateur, DIT et étalonneur, diplômé de l’Ecole nationale supérieure Louis-Lumière, a accompagné les directeurs de la photographié de l’AFC à Londres pour une journée de formation et d’échange autour de l’image, des attentes de l’étalonnage aujourd’hui ; tout en découvrant le Baselight et ses outils d’étalonnage. Il nous en propose un récit détaillé.

Étalonnage avec Baselight pour "Un couteau dans le cœur"

Laboratoires, Postproduction, VFX

Jérôme Brechet, directeur d’exploitation de la société Mopart et étalonneur, entre autres, d’Un couteau dans le cœur, et Thomas Eberschveiler, consultant workflow chez FilmLight, reviennent sur cette aventure technique. Ce film de Yann Gonzalez, sélectionné au Festival de Cannes 2018, et dont l’image est signée par Simon Beaufils, a été tourné en pellicule et étalonné à distance entre Paris et Mexico.

Entretien avec le directeur de la photographie Simon Beaufils à propos d’"Un couteau dans le cœur", de Yann Gonzalez

Les entretiens au Festival de Cannes

Le réalisateur Yann Gonzalez concourrait pour la Caméra d’or à Cannes en 2013 avec Les Rencontres d’après-minuit. Son film Un couteau dans le cœur est en Compétition officielle de ce 71e Festival, événement assez rare pour un deuxième long métrage. Simon Beaufils, son fidèle directeur de la photographie, a travaillé récemment avec Julia Kowalski pour Crache cœur, Justine Triet pour Victoria et Christophe Regin pour La Surface de réparation. Il témoigne ici de l’engagement cinématographique de ce jeune réalisateur qu’il aime accompagner dans son grand plaisir de cinéma. (BB)