La Chanson de l’Opérateur !

"À la mémoire de nos ancêtres, les tourneurs de manivelle", par Jimmy Glasberg, AFC
A la suite de la récente parution de l’ouvrage Les As de la manivelle, de Priska Morrissey, Jimmy Glasberg, AFC, profite de l’occasion pour rappeller au bon souvenir de chacun d’entre nous ses origines en tant qu’opérateur. Et pour agrémenter ce sujet sérieux de façon légère, nous reproduisons en complément les deux couplets et le refrain de "La Chanson de l’Opérateur !", extraits du livre de Priska.

Les opérateurs Lumière se sont appelés des tourneurs de manivelle. Ils sont nos ancêtres et jouent un rôle crucial dans la représentation de notre métier, ils ont parcouru le monde avec la passion de l’acte de filmer. Tourner la manivelle pour créer des images animées en choisissant un point de vue dans toutes les situations et les circonstances. A l’heure du tout numérique, il me semble important de revenir aux actes fondamentaux de la prise de vues cinématographique et de retrouver au travers de l’histoire de notre profession l’éthique de notre métier.

Merci et bravo à Priska Morrissey de nous offrir ce beau voyage à travers son ouvrage magnifiquement documenté et illustré !

Marcel Arnac, "La Chanson de l’Opérateur !"
Marcel Arnac, "La Chanson de l’Opérateur !"
Le Courrier cinématographique n° 22, 30 mai 1914 – Dans Les As de la manivelle, de Priska Morrissey

La Chanson de l’Opérateur !
1er couplet
Le Ciné, c’est notoire,
Sait tout, voit tout, prend tout !
Pour prendr’ voir et savoir,
Je me glisse partout !
Tantôt sur une échelle,
Des fois sur un récif,
Souvent par temps de gel
Risquant l’érésipèle !
Je braque, convulsif,
Attentif et furtif,
Mon objectif :
Pif !

Refrain
Je tourne !
Je tourne, c’est mon tic !
Mécanique, spasmodique !
C’est devenu frénétique !
Et pour m’arrêter, bernique !
Je tourne !
Partout où je séjourne !
Et rien qui m’en détourne !
Je tourne !
Je tourne, c’est mon tic !

2e couplet
Que Max Linder se mouche,
Qu’ Rigadin éternue,
Le Ciné, sans retouche,
Le révèl’ c’est connu...
Bout d’Zan ! je vous l’ stipule,
Ne grattez pas vos tifs !
Car si vos follicules
Possèd’nt des pellicules,
Derrière mon objectif
J’en ai pour votre pif !
Gare à mon négatif !
Pif !