"Les Intouchables"

par Caroline Champetier

Dimanche 11 décembre, fine et triste bruine, Paris est vide, les quais de St-Cloud encore plus vides, deux camions de CRS devant l’énorme siège des entreprises Dassault, je me demande si Dassault City est gardée chaque week-end ou si cette douzaine de tortues ninja est embusquée pour l’occupation de LTC par les salariés.
Après des mois de mensonges et de faux semblants, la direction du site LTC, qui feignait de signer un plan social avec les salariés jeudi 8 décembre, a été démise de ses pouvoirs par un administrateur judiciaire qui découvre les malversations de cette même direction et n’a d’autre solution que de prononcer la liquidation. Donc mise sous séquestre des machines, fermeture du site, licenciement de 114 salariés, étalonneurs, chimistes, attachés de clientèle, vérificateurs, magasiniers, livreurs.

Ils sont là, une trentaine dans le petit hall du laboratoire – traversé des centaines de fois en courant pour aller en projection de rushes ou d’étalonnage –, jeunes pour la plupart, les traits tirés par la fatigue des tours de garde et la nouvelle qui leur est tombée dessus vendredi.
« Cela faisait des semaines que je dormais mal et jeudi il y a eu l’annonce du plan social, 15 000 euros pour tout le monde, cette nuit-là j’ai dormi comme un enfant, le lendemain ils annoncent la liquidation, ils ont joué avec nous, comme ils jouent depuis des mois. », dit Fériel.

« En 2009, le comité d’entreprise a demandé une formation numérique pour les étalonneurs, cela a été refusé par la direction », dit Christian, « comme les fournisseurs n’étaient pas payés, la négative arrivait au compte goutte, certains tireurs sont venus les week-ends pour que des copies puissent être projetées le lundi, et il ne fallait rien montrer de ce que nous vivions pour ne pas fragiliser le labo, nous avons joué le jeu et voilà comment ils nous traitent ! »

Il y a souvent des larmes, peu d’agressivité, une douleur palpable de n’être plus rien sans un outil de travail qu’ils ont aimé et respecté.
Je leur propose que chaque jour jusqu’à jeudi, l’un deux s’exprime sur le site, « il faut avoir des idées très vite, même pas pour empêcher quoi que ce soit, ils n’en sont plus là, mais pour qu’on ne les oublie pas », dit François.
Alors, prenez vos motos, vos scooters, le métro et allez-y.
Dites-leur que vous vous souviendrez des copies, des sourires, des poignées de main, des téléphones pour annoncer une rayure ou une exposition hasardeuse, cette immense attention à nos images renouvelée année après année.

Dans le couloir qui relie la première cour à la cour de stockage, celle par où on accédait soit aux bureaux, soit aux salles de projection en passant par les salles des tireuses, il y a les affiches des derniers films traités par le laboratoire : Les Intouchables, L’Ordre et la morale.
Est-ce que les millions engrangés et les bons sentiments proclamés pourraient faire le voyage/retour vers LTC et ses salariés liquidés, que ce ne soit pas eux les " Intouchables " et qu’au grand bal des ego s’invite un peu plus d’ordre et de morale.

Caroline Champetier, AFC

PS : Pour leur dernier jour de présence, les salariés de LTC organisent une journée patrimoine, jeudi 15 décembre à partir de 10h, en proposant de faire visiter le laboratoire à tous ceux qui le souhaitent, et soutenir ainsi leur action.
Venez nombreux pour les soutenir et faites circuler l’invitation à toutes vos équipes et à tous ceux qui n’auront plus jamais l’occasion de visiter ou de découvrir un laboratoire photochimique aussi prestigieux.
Adresse : 14, boulevard Sénard - 92201 Saint-Cloud