Loumasystems et la Louma 2 dans "Film and Digital Times"

par Loumasystems Contre-Champ AFC n°319

[English] [français]

Dans un article sur la Louma 2 publié dans le numéro 107 de Film and Digital Times, Jon Fauer, ASC, s’entretient avec Jean-Marie Lavalou et Hugo Gélin à propos de l’utilisation de la célèbre grue télécommandée sur le tournage de Mon inconnue, photographié par Nicolas Massart.

Jean-Marie Lavalou : « Nous sommes régulièrement confrontés à des cas passionnants généralement liés au déplacement de la caméra dans des endroits difficiles ou inhabituels. Mais, de temps en temps, il y a des cas particuliers où le challenge technique du mouvement à réaliser est au cœur même du plan.

« Pour ce type de plans, la technique et la narration sont intimement liées. Si vous réussissez, ces configurations sont très enrichissantes et peuvent même offrir de grands moments de cinéma. Ils peuvent contribuer à la cohésion de toute l’équipe, et tout le monde sur le plateau peut sentir qu’il se passe quelque chose de spécial. L’équipe et le public se souviennent longtemps de ces plans.

« A Paris, nous avons eu la chance de vivre l’un de ces moments sur le film Mon inconnue (Love at Second Sight), réalisé par Hugo Gélin et photographié par Nicolas Massart. Le film est une comédie romantique avec une touche de science-fiction : l’histoire d’un homme et de sa petite amie, avec un basculement soudain dans un univers parallèle. Au début, l’homme est un écrivain célèbre et la femme est une étudiante. Puis, dans une distorsion spatio-temporelle exotique, l’homme devient un inconnu et la femme une pianiste virtuose et célèbre.

« La scène que nous avons dû tourner se produit lorsque l’homme, dans son "statut d’inconnu", assiste à un récital de piano de son ex-petite amie bien-aimée (qu’il tente de reconquérir). »

Le réalisateur Hugo Gélin a eu la gentillesse de dire quelques mots sur le plan :
Hugo Gélin : « J’ai utilisé la Louma 2 pour réaliser une séquence particulière. L’idée était d’avoir un plan très large au début et de finir en très gros plan. Il me fallait pour cela être le plus possible en retrait sur la scène du théâtre de l’Odéon, à Paris, avec la caméra tournée vers le public. Au centre de l’image, entre la caméra et les spectateurs, l’actrice Joséphine Japy interprète, au piano, le début de La Fantaisie impromptue, de Frédéric Chopin.

« Le plan est un simple travelling avant, qui part donc du fond de la scène, avance vers l’actrice, passe au-dessus du piano et de ses mains pendant qu’elle joue, puis la perd et continue son mouvement avant vers le public, et s’approche de plus en plus de l’acteur, François Civil, assis au milieu de l’orchestre.

« Mon souhait était de finir en très gros plan. La Louma 2 nous a permis de faire ce plan sans recours VFX (sauf pour la multiplication des spectateurs). Nous avons pu faire ce plan très large du théâtre qui finit en très gros plan sur l’acteur en une prise. L’idée était de montrer non seulement l’ampleur et la force de Chopin dans cet immense théâtre mais aussi l’intimité et le rapprochement des deux personnages principaux en un seul mouvement. La Louma 2 m’a permis de le faire et c’était un grand moment à vivre sur le plateau. »

J.-M. Lavalou : « Avec le directeur de la photographie Nicolas Massart, nous avons examiné différentes options, y compris celle de placer la base de la grue sur le côté au milieu de sa course et d’utiliser un mode Planing [1], mais cela n’a pas été possible car le couvercle ouvert du coffre du piano à queue gênait le bras. Nous avons donc opté pour une combinaison d’un travelling, de l’extension complète du télescope du bras, et d’un tout petit zoom vers la fin du plan. Le tout parfaitement combiné.


« Pour rendre la tâche encore plus difficile, le réalisateur voulait que la caméra passe à 5 cm au-dessus des mains de la pianiste. Avoir la caméra à sa place habituelle à côté du bloc Tilt aurait été trop encombrant. La tête aurait heurté le côté du piano et dérangé la pianiste. Nous avons donc fixé la caméra sous la plaque de base et placé un contrepoids dans la partie supérieure du Tilt pour garder l’axe de Tilt équilibré et pleinement opérationnel. »

  • Télécharger, ci-dessous, l’article original en anglais, tel que paru dans le n° 107 de Film and Digital Times.

[1le mode Planing est l’une des multiples assistances informatiques de la Louma 2 qui permet d’obtenir des trajectoires rectilignes de la caméra grâce à la compensation automatique par le télescope du débattement du bras. Cette compensation permet à la caméra de rester dans un plan vertical quels que soient les débattements du bras en Site et Azimuth, d’où le terme "Planing" qui vient de l’anglais Plane (plan).