Marc Salomon

Presse

Résultats de la recherche

Articles (30)

Death of John Bailey, ASC, and Victor J. Kemper, ASC
By Marc Salomon

Histoire de la cinématographie

We learnt of the death of John Bailey, ASC, just as the 31st annual Toruń Camerimage festival was about to begin. The most European of American cinematographers died on 10th November, in Los Angeles, at the age of 81. Two weeks later, on 27th November, Victor J. Kemper, ASC, one of the architects of the revival of American cinema in the 1970s, passed away at the age of 96. Let’s take a look back at two parallel careers that embody two different sensibilities in American cinema.

Disparitions de John Bailey, ASC et de Victor J. Kemper, ASC
Par Marc Salomon

Histoire de la cinématographie

Nous avons appris la disparition de John Bailey, ASC, juste au moment où le festival Camerimage de Toruń s’apprêtait à lancer sa 31e édition. Le plus européen des chefs opérateurs américains s’est éteint le 10 novembre, à Los Angeles, à l’âge de 81 ans. Deux semaines plus tard, le 27 novembre, c’est Victor J. Kemper, ASC, un des artisans du renouveau du cinéma américain des années 1970, qui nous quittait à l’âge de 96 ans. Revenons sur les grandes lignes de deux carrières parallèles qui expriment deux sensibilités différentes dans le cinéma américain.

Death of Bill Butler, ASC (1921-2023)
By Marc Salomon

Histoire de la cinématographie

Bill Butler, who passed away two days before his 102nd birthday, was of the same generation as his colleagues William Fraker or Haskell Wexler and was hardly older than Conrad Hall. He was born Wilmer C. Butler on 7 April 1921 in Colorado. He began cinematography later in life (he was already 47 years old when he shot The Rain People, by Francis Ford Coppola in 1968), but Bill Butler left his mark on several films that remain hallmarks of a certain American cinema of the 1970s : The Conversation, Jaws, Grease, Rocky II (and III and IV). But he was careful not to allow himself to get locked into a specific genre or style, and he veered into commercial productions, which were better able to anonymize his talent.

L’Hommage Pierre Angénieux sera remis cette année à Barry Ackroyd, BSC, lors du 76e Festival de Cannes

Nos associés à Cannes

Partenaire officiel du Festival de Cannes depuis 2013, Angénieux remettra l’"Hommage Pierre Angénieux", pour la dixième année consécutive, au directeur de la photographie britannique, Barry Ackroyd, BSC, lors d’une soirée exceptionnelle ouverte par Thierry Frémaux, Délégué Général du Festival de Cannes, et présentée par Charlotte Lipinska.

Disparition de Bill Butler, ASC (1921-2023)
Par Marc Salomon

Histoire de la cinématographie

Décédé l’avant-veille de ses 102 ans, Bill Butler était de la même génération que ses confrères William Fraker ou Haskell Wexler et à peine plus âgé que Conrad Hall. De son vrai nom Wilmer C. Butler, il était né le 7 avril 1921 dans le Colorado. Venu tardivement à la direction de la photographie – il a déjà 47 ans lorsqu’il tourne Les Gens de la pluie, de Francis Ford Coppola, en 1968 –, Bill Butler laisse son empreinte sur quelques films qui restent des marqueurs d’un certain cinéma américain des années 1970 : Conversation secrète, Les Dents de la mer, Grease, Rocky II (puis III et IV). Mais soucieux de ne pas se laisser enfermer dans un genre ou un style, il s’est quelque peu fourvoyé dans des productions commerciales, plus propices à anonymiser son talent.

Death of Jimmy Glasberg, AFC, (1940-2023), a Man with a Movie Camera

Jimmy Glasberg

Cinematographer Jimmy Glasberg, AFC, passed on 13 January 2023, aged 83. He was the direct descendant of the pioneering "camera men" who weren’t yet called "directors of photography". Jimmy Glasberg, in both his thinking and his work, constantly questioned what it means to film and what he called "the filial passage from a still image to a moving image." He left behind a filmography that is rich in both its diversity and its ideological commitments.

Disparition de Jimmy Glasberg, AFC, (1940-2023), un homme à la caméra

Jimmy Glasberg

Le directeur de la photographie Jimmy Glasberg, AFC, nous a quittés le 13 janvier 2023, dans sa quatre-vingt-troisième année. Héritier de ces pionniers, ces "hommes à la caméra" que l’on n’appelait pas encore "directeurs de la photographie", Jimmy Glasberg interrogea toute sa vie, par ses réflexions comme dans son travail, l’acte de filmer et ce qu’il appelait « le passage filial de l’image fixe à l’image animée. » Il nous laisse une filmographie riche par sa diversité et ses engagements.

Tribute to Jean Penzer
By Marc Salomon, consulting member of the AFC

Jean Penzer

Born on 1st October 1927 at Livry-Gargan to parents of Russian birth. His father was born at Krisilo (today in Ukraine) and his mother at Vitebsk (today in Belarus). They met in Odessa before moving to France in 1911, where they were naturalized in 1928. Jean-Bernard Penzer studied cinema at the Vaugirard cinema school from 1945-1947 (same class as Jean Boffety, Pierre Tchernia, Georges Leclerc, René Mathelin and Georges Dufaux) before working as an assistant cameraman from 1947-1955.

Hommage à Jean Penzer
Par Marc Salomon, membre consultant de l’AFC

Jean Penzer

Né le 1er octobre 1927 à Livry-Gargan, de parents d’origine russe. Son père était né à Krisilo (aujourd’hui en Ukraine) et sa mère à Vitebsk (aujourd’hui en Biélorussie). Ils s’étaient connus à Odessa avant de venir s’installer en France, en 1911, où ils obtiendront la naturalisation en 1928. Jean-Bernard Penzer avait étudié le cinéma à l’école de Vaugirard entre 1945 et 1947 (dans la même promotion que Jean Boffety, Pierre Tchernia, Georges Leclerc, René Mathelin et Georges Dufaux) avant de travailler comme assistant opérateur entre 1947 et 1955.

Articles (30)

"La luce come emozione – Conversazione con Giuseppe Lanci", de Monica Pollini
Par Marc Salomon, membre consultant de l’AFC

Livres et revues

Edité en mars 2017, La luce come emozione – Conversazione con Giuseppe Lanci est un ouvrage en italien proposé en deux versions : une version album avec iconographie et une version plus économique comprenant seulement l’intégralité du texte, soit un long entretien avec le directeur de la photographie Giuseppe Lanci par Monica Pollini.

Le chemin de Jean-Jacques Bouhon vers la lumière
Par Marc Salomon, membre consultant de l’AFC

Jean-Jacques Bouhon

J’ai connu Jean-Jacques Bouhon en 1981, dans une école privée où il venait nous encadrer (en alternance avec Jean-Noël Ferragut) sur des exercices de tournage en Super 16, sous forme de petits courts métrages. C’était pour nous le premier et unique contact avec la réalité du travail de prise de vues où notre "soif de pellicule" se confrontait enfin aux contraintes de la mise en scène et des décors.