Marc Salomon

Presse

Résultats de la recherche

Articles (30)

Death of John Bailey, ASC, and Victor J. Kemper, ASC
By Marc Salomon

Histoire de la cinématographie

We learnt of the death of John Bailey, ASC, just as the 31st annual Toruń Camerimage festival was about to begin. The most European of American cinematographers died on 10th November, in Los Angeles, at the age of 81. Two weeks later, on 27th November, Victor J. Kemper, ASC, one of the architects of the revival of American cinema in the 1970s, passed away at the age of 96. Let’s take a look back at two parallel careers that embody two different sensibilities in American cinema.

Disparitions de John Bailey, ASC et de Victor J. Kemper, ASC
Par Marc Salomon

Histoire de la cinématographie

Nous avons appris la disparition de John Bailey, ASC, juste au moment où le festival Camerimage de Toruń s’apprêtait à lancer sa 31e édition. Le plus européen des chefs opérateurs américains s’est éteint le 10 novembre, à Los Angeles, à l’âge de 81 ans. Deux semaines plus tard, le 27 novembre, c’est Victor J. Kemper, ASC, un des artisans du renouveau du cinéma américain des années 1970, qui nous quittait à l’âge de 96 ans. Revenons sur les grandes lignes de deux carrières parallèles qui expriment deux sensibilités différentes dans le cinéma américain.

Death of Bill Butler, ASC (1921-2023)
By Marc Salomon

Histoire de la cinématographie

Bill Butler, who passed away two days before his 102nd birthday, was of the same generation as his colleagues William Fraker or Haskell Wexler and was hardly older than Conrad Hall. He was born Wilmer C. Butler on 7 April 1921 in Colorado. He began cinematography later in life (he was already 47 years old when he shot The Rain People, by Francis Ford Coppola in 1968), but Bill Butler left his mark on several films that remain hallmarks of a certain American cinema of the 1970s : The Conversation, Jaws, Grease, Rocky II (and III and IV). But he was careful not to allow himself to get locked into a specific genre or style, and he veered into commercial productions, which were better able to anonymize his talent.

L’Hommage Pierre Angénieux sera remis cette année à Barry Ackroyd, BSC, lors du 76e Festival de Cannes

Nos associés à Cannes

Partenaire officiel du Festival de Cannes depuis 2013, Angénieux remettra l’"Hommage Pierre Angénieux", pour la dixième année consécutive, au directeur de la photographie britannique, Barry Ackroyd, BSC, lors d’une soirée exceptionnelle ouverte par Thierry Frémaux, Délégué Général du Festival de Cannes, et présentée par Charlotte Lipinska.

Disparition de Bill Butler, ASC (1921-2023)
Par Marc Salomon

Histoire de la cinématographie

Décédé l’avant-veille de ses 102 ans, Bill Butler était de la même génération que ses confrères William Fraker ou Haskell Wexler et à peine plus âgé que Conrad Hall. De son vrai nom Wilmer C. Butler, il était né le 7 avril 1921 dans le Colorado. Venu tardivement à la direction de la photographie – il a déjà 47 ans lorsqu’il tourne Les Gens de la pluie, de Francis Ford Coppola, en 1968 –, Bill Butler laisse son empreinte sur quelques films qui restent des marqueurs d’un certain cinéma américain des années 1970 : Conversation secrète, Les Dents de la mer, Grease, Rocky II (puis III et IV). Mais soucieux de ne pas se laisser enfermer dans un genre ou un style, il s’est quelque peu fourvoyé dans des productions commerciales, plus propices à anonymiser son talent.

Death of Jimmy Glasberg, AFC, (1940-2023), a Man with a Movie Camera

Jimmy Glasberg

Cinematographer Jimmy Glasberg, AFC, passed on 13 January 2023, aged 83. He was the direct descendant of the pioneering "camera men" who weren’t yet called "directors of photography". Jimmy Glasberg, in both his thinking and his work, constantly questioned what it means to film and what he called "the filial passage from a still image to a moving image." He left behind a filmography that is rich in both its diversity and its ideological commitments.

Disparition de Jimmy Glasberg, AFC, (1940-2023), un homme à la caméra

Jimmy Glasberg

Le directeur de la photographie Jimmy Glasberg, AFC, nous a quittés le 13 janvier 2023, dans sa quatre-vingt-troisième année. Héritier de ces pionniers, ces "hommes à la caméra" que l’on n’appelait pas encore "directeurs de la photographie", Jimmy Glasberg interrogea toute sa vie, par ses réflexions comme dans son travail, l’acte de filmer et ce qu’il appelait « le passage filial de l’image fixe à l’image animée. » Il nous laisse une filmographie riche par sa diversité et ses engagements.

Tribute to Jean Penzer
By Marc Salomon, consulting member of the AFC

Jean Penzer

Born on 1st October 1927 at Livry-Gargan to parents of Russian birth. His father was born at Krisilo (today in Ukraine) and his mother at Vitebsk (today in Belarus). They met in Odessa before moving to France in 1911, where they were naturalized in 1928. Jean-Bernard Penzer studied cinema at the Vaugirard cinema school from 1945-1947 (same class as Jean Boffety, Pierre Tchernia, Georges Leclerc, René Mathelin and Georges Dufaux) before working as an assistant cameraman from 1947-1955.

Hommage à Jean Penzer
Par Marc Salomon, membre consultant de l’AFC

Jean Penzer

Né le 1er octobre 1927 à Livry-Gargan, de parents d’origine russe. Son père était né à Krisilo (aujourd’hui en Ukraine) et sa mère à Vitebsk (aujourd’hui en Biélorussie). Ils s’étaient connus à Odessa avant de venir s’installer en France, en 1911, où ils obtiendront la naturalisation en 1928. Jean-Bernard Penzer avait étudié le cinéma à l’école de Vaugirard entre 1945 et 1947 (dans la même promotion que Jean Boffety, Pierre Tchernia, Georges Leclerc, René Mathelin et Georges Dufaux) avant de travailler comme assistant opérateur entre 1947 et 1955.

Articles (30)

Disparition du directeur de la photographie Renan Pollès, artiste protéiforme

In memoriam

Renan Pollès, directeur de la photographie et réalisateur, mais aussi écrivain, artiste contemporain et passionné d’archéologie, nous a quittés le 23 octobre 2019 à l’âge de 76 ans. On se souviendra du raffinement de sa photographie pour les films de Michel Andrieu et de Pascal Thomas comme des points de repères émergeant d’une filmographie qui préféra souvent emprunter les chemins de traverse, à l’écart d’un cinéma mainstream, par fidélité à des artistes cinéastes dont l’univers recoupait son goût pour le fantasque et l’imaginaire : Jean-Michel Barjol, Jean Rollin, Robert Lapoujade, Yvan Lagrange, Jacques Robiolles...

Disparition du chef opérateur et réalisateur hongrois Sándor Sára, HSC
Par Marc Salomon, membre consultant de l’AFC

In memoriam

Chef opérateur hongrois majeur des années 1960-70, œuvrant autant dans le domaine du documentaire que celui de la fiction, Sándor Sára avait signé son chef d’œuvre en 1967 avec Dix mille soleils, de Ferenc Kósa. En 1977, il réalisa et signa la photographie de Quatre-vingt hussards, épopée lyrique et historique sur la révolution de 1848. Il est décédé le 18 septembre 2019, à l’âge de 85 ans.

Pierre Lhomme, from Sidney Bechet to the "Light of God"

Pierre Lhomme

Pierre Lhomme’s career has traversed nearly fifty years of French cinema, displaying the same ease and rigorousness with directors such as Alain Cavalier, Chris Marker, Jean Eustache, James Ivory, Joris Ivens, René Féret, Jean-Pierre Melville, Jean-Paul Rappeneau, Margurite Duras, Patrice Chéreau, Robert Bresson, Bruno Nuytten, and others. These richly-diverse collaborations were all nourished by an attentive and uninterrupted observation of natural lighting in all of its forms : “I train my eye everywhere, in the street, in the cinema. I am very curious about gazes, ambiences, climates. Reality is a prodigious source of inspiration.” (P.L.)

Pierre Lhomme, de Sidney Bechet à "la lumière du bon Dieu"

Pierre Lhomme

La carrière de Pierre Lhomme traverse près de cinquante ans de cinéma français, passant avec la même aisance et les mêmes exigences d’Alain Cavalier à Chris Marker, de Jean Eustache à James Ivory, de Joris Ivens à René Féret, de Jean-Pierre Melville à Jean-Paul Rappeneau, de Marguerite Duras à Patrice Chéreau, de Robert Bresson à Bruno Nuytten…, collaborations riches par leur diversité qui se nourrissent d’une observation attentive et ininterrompue de la lumière naturelle sous toutes ses formes : « Je fais mon œil partout, dans la rue, au cinéma. Je suis très curieux de regards, d’ambiances, de climats. La réalité est une source d’inspiration prodigieuse ». (P. L.)

Disparition de Jerzy Wójcik, PSC (1930 - 2019)
Par Marc Salomon, membre consultant de l’AFC

Histoire de la cinématographie

C’est avec un certain retard que nous avons appris la disparition, le 3 avril 2019, du très grand chef opérateur polonais Jerzy Wójcik auquel on doit l’inoubliable noir et blanc d’Eroica (Andrzej Munk, 1957), de Cendres et diamant (Andrzej Wajda, 1958) et Mère Jeanne des Anges (Jerzy Kawalerowicz, 1960), ainsi que le traitement particulier de la couleur pour le monumental Pharaon (Jerzy Kawalerowicz, 1965). Au même titre que Mieczyslaw Jahoda, Jerzy Lipman et Witold Sobociński, il était le dernier survivant de cette génération des grands noms de l’image polonaise d’après-guerre, tous formés à l’école de Łódź.

Jean-Pierre Beauviala (1937-2019)
La ville criminogène, le son concomitant et... un chat sur l’épaule

Jean-Pierre Beauviala

L’histoire d’Aaton fut d’abord et toujours celle d’un homme, Jean-Pierre Beauviala, au parcours singulier et unique dans l’histoire du cinéma et de ses techniques. Certes son nom vient s’ajouter à une liste de pionniers et industriels français, d’Etienne-Jules Marey et Louis Lumière à André Coutant et Pierre Angénieux, mais il incarne plus que les autres un certain génie français, cartésien et intuitif, considérant que trouver les bonnes réponses exige de se poser d’abord les bonnes questions afin de fournir les outils adaptés aux besoins de chacun.

Death of Roger Cuvillier, father of the Pan Cinor zoom lens
By Marc Salomon, consulting member of the AFC

Roger Cuvillier

Roger Cuvillier had revolutionized the professional cinematography lens by releasing a variable-focus lens in 1956, the Pan Cinor, manufactured in Dijon in the SOM Berthiot factories. This was a 38.5-154mm lens at f/3.8, which was designed according to the principles of optical compensation and which followed a series of small zoom lenses designed in the early 50s for amateur 8 and 16mm formats.

Disparition de Roger Cuvillier, père du zoom Pan Cinor
Par Marc Salomon, membre consultant de l’AFC

Roger Cuvillier

Roger Cuvillier avait révolutionné l’optique cinématographique professionnelle en commercialisant, dès 1956, un objectif à focale variable baptisé Pan Cinor et fabriqué à Dijon dans les usines SOM Berthiot. Il s’agissait alors d’un 38,5-154 mm ouvrant à f3,8, développé selon le principe de la compensation optique et qui faisait suite à une série de petits zooms mis au point dès le début des années 1950 pour les formats amateurs 8 et 16 mm.