Maria von Hausswolff

Direction de la photographie

Résultats de la recherche

Articles (6)

La directrice de la photographie Maria von Hausswolff parle de son travail sur "Un jour si blanc", de Hlynur Pálmason

Propos et entretiens

À l’occasion de la sortie sur les écrans, le 29 janvier 2020, d’Un jour si blanc (Hvítur, hvítur dagur), de Hlynur Pálmason, lire ou relire l’entretien dans lequel la directrice de la photographie Maria von Hausswolff parle de son travail sur le film, sélectionné à la Semaine de la critique lors du 72e Festival de Cannes.

Höfn, entre les vivants et les morts
La directrice de la photographie Maria von Hausswolff parle de son travail sur "A White, White Day", de Hlynur Pálmason

Les entretiens au Festival de Cannes

Après Winter Brothers, qui lui avait valu le prix du Premier long métrage à la photographie à Camerimage en 2017, la jeune directrice de la photo suédoise Maria von Hausswolff refait équipe avec le réalisateur islandais Hlynur Pálmason. Un drame qui met en scène un ex-policier endeuillé par la mort de sa femme et qui entraîne sa petite fille dans une quête incertaine du passé. Aux cotés de l’impressionnant Ingvar Sigurðsson (pour lequel le film a été écrit), la fillette (la propre fille de Hlynur Pálmason), et surtout un dégradé entre brume et pluie autour de la ville côtière de Höfn (qui se traduit simplement par "port" en islandais) dans le sud-ouest de l’île. (FR)

Höfn, between the living and the dead
Director of photography Maria Von Hausswolff speaks about her work on "A White, White Day", a film by Hlynur Pálmason

Les entretiens au Festival de Cannes

Following Winter Brothers for which she earned the award for First feature film at Camerimage in 2017, the young Swedish cinematographer Maria von Hausswolff again joined forces with Icelandic director Hlynur Pálmason on a drama that portrays a former police officer mourning the loss of his wife and who brings his young daughter along on an uncertain quest into the past. Alongside the impressive Ingvar Sigurðsson (for whom the film was written), the little girl (Hlynur Pálmason’s own daughter), and a visual landscape made up of gradients of fog and rain surrounding the coastal town of Höfn (which simply means “port” in Icelandic) in the south-western part of Iceland. (FR)

Into the White
Video interview with cinematographer Maria von Hausswolff about her work on Hlynur Palmason’s film "Vinterbrodre"

Interviews at Camerimage

Every year, the Cinematographers’ Debuts selection holds a few good surprises in store. Last year, it was Juliette Van Doermael ; this year, young Copenhagen DoP Maria von Hausswolff tore open the screen with (Vinterbrodre), a strange and pale film that portrays a group of lovelorn workers in a Danish limestone mine. The impressionistic screenplay was well-served by the graininess of the Super16 and an extremely impressive sound design. Director Hlynur Palmason and his cinematographer met during their studies and both work in the field of contemporary art (sculpture and installations).

Into the White
Entretien filmé avec la directrice de la photographie Maria von Hausswolff à propos de son travail sur "Vinterbrodre", de Hlynur Palmason, par François Reumont pour l’AFC

Interviews at Camerimage

Chaque année, la sélection "Premier long métrage à la photographie" propose quelques bonnes surprises. Après Juliette Van Doermael l’année passée, c’est la jeune DoP Maria von Hausswolff, venue de Copenhague, qui crève l’écran avec Vinterbrodre, un film étrange et pâle mettant en scène un groupe d’ouvriers en manque d’amour dans une mine de calcaire danoise. Un scénario assez impressionniste servi par le grain du Super 16 et un "sound design" extrêmement travaillé. Le réalisateur Hlynur Palmason et sa directrice de la photo se connaissent depuis leurs études et travaillent également tous les deux dans le domaine de l’art contemporain (sculpture et installations).