Michèle Rosier

Réalisation
Scénario

Résultats de la recherche

Films (79)

Articles (43)

L’AFC accueille un nouveau membre actif, Antoine Héberlé, à qui elle souhaite la bienvenue !
Le parrain s’explique ou la présentation d’Antoine Heberlé par Jacques Loiseleux

Carnet d’adresses

J’ai rencontré Antoine au Festival de Grenoble en 1997 je crois. Nous étions invités pour animer un " atelier image ". Nous nous sommes tout de suite entendus sur ce sujet, et les propos qu’il tenait sur l’image et le cinéma, ceux de sa génération, étaient très intéressants et démontraient déjà une grande maturité, beaucoup d’honnêteté et de clairvoyance.

La Lumière en cinéma
par Jacques Loiseleux

Livres et revues

Notre ami et vice-président Jacques Loiseleux vient de publier un ouvrage sur notre spécialité, édité par les Cahiers du cinéma et le CNDP, dans la collection "Les petits cahiers" plus particulièrement destinée aux élèves des collèges et lycées.

Week-end à la Cinémathèque française
autour de Jean Renoir

Conférences, tables rondes, colloques, séminaires, Leçons de cinéma

La Cinémathèque française organise un week-end autour de Jean Renoir, intitulé " L’Expérience-cinéma ". Plusieurs praticiens du cinéma contemporain sont invités à partager avec le public, à l’occasion d’un stage de trois demi-journées, une expérience de leur métier ainsi que leur conception du cinéma.
Rencontre avec le directeur de la photographie Emmanuel Machuel, AFC, samedi 10 décembre de 14 h 30 à 17 h 00.

A bâtons rompus sur le DV
par Lucie Adalid, Louise Courcier et Julien Poupard

Caméras numériques

Trois étudiants du département Image à La femis nous ont proposé récemment de réaliser un entretien entre Jacques Loiseleux et Jean-François Robin.
« Nous avons choisi de les rencontrer pour les deux films qu’ils viennent de tourner dans le format DV : "Les Baigneuses" de Viviane Candas, photographié par Jacques Loiseleux, et "18 ans après" de Coline Serreau, photographié par Jean-François Robin. »

J’entends plus les sifflets !
par Jacques Loiseleux

Maurice Pialat

Quand Maurice Pialat a reçu la Palme d’or à Cannes pour "Sous le soleil de Satan", quelques rangs de siffleurs professionnels lui ont fourni l’occasion d’être, en une phrase, totalement lui-même. Le poing levé, il a dit : « Si vous ne m’aimez pas, sachez que je ne vous aime pas non plus. » Avec ceux qui applaudissaient, j’ai entendu : « Si vous m’aimez, sachez que je vous aime aussi. » C’est dans cette perpétuelle contradiction que s’est écrite cette grande page du cinéma mondial qu’est l’œuvre de Maurice Pialat. Il nous reste à la mieux comprendre. (...)

Maurice Pialat
par Emmanuel Machuel

Maurice Pialat

Il est très difficile de parler de Maurice Pialat, personnalité particulièrement complexe.
Mon expérience se " limite " à quatre mois de tournage du Van Gogh. Un an avant le début des prises de vues, nous avons eu une conversation de deux heures dans le train nous ramenant de repérages dans la Loire. (...)

A propos de Conrad Hall
par William Lubtchansky

Conrad Hall

A la suite des "Violons du bal", un film de Michel Drach tourné en 1973, j’ai reçu un coup de téléphone de Conrad Hall qui avait vu le film, étant de passage à Paris, et qui tenait à me féliciter pour mon travail. Je ne connaissais Conrad Hall qu’à travers son travail et fus très ému de recevoir les éloges d’un si éminent confrère. J’ai gardé un souvenir ineffaçable de sa démarche.

Références, clichés et exercices de style
par Lucie Adalid, David Chizallet, Louise Courcier, Matthieu-David Cournot, Samuel Lahu et Julien Poupard

Les Entretiens AFC

Les étudiants du département Image à La fémis nous proposent ce mois-ci un entretien entre William Lubchtansky et Patrick Blossier.

La lumière de votre dernier film, Petites coupures de Pascal Bonitzer, nous paraît être un intéressant point de départ pour aborder votre travail parce qu’elle rassemble des caractéristiques de ce qu’on pourrait appeler votre style, votre sensibilité ou votre recherche : une image très dense, un travail d’atmosphère à partir de la lumière naturelle, qui nous plonge progressivement dans le fantastique.
Comment s’est effectuée l’élaboration de ces différentes atmosphères ?

Actions n°20
Darius Khondji et Carlo Varini

Propos et entretiens

Avec un reportage consacré à Darius Khondji qui livre ses réflexions sur la lumière et la couleur. Egalement à l’honneur dans ce magazine : Carlo Varini. Il y analyse "Le Dernier combat" de Luc Besson, dont il était le directeur de la photographie, en revenant sur les choix de lumière et les conditions du tournage de ce film.

Entretien avec William Lubtchansky

Les Entretiens AFC

William Lubtchansky : Dès la lecture du scénario, le film me faisait un peu penser à Hitchcock. J’ai travaillé avec cette référence en tête, notamment dans le traitement des paysages de montagne. Dans les plans de la voiture qui descend de Paris à Grenoble, on était à l’arrière, avec un petit HMI sur batterie. Puis on a mis la caméra à l’avant pour tous les plans subjectifs. On a tourné la séquence de la grande balade nocturne en voiture, avec des passages de tunnels, avec des rétroprojections, en transparence sur fond noir dans les studios d’Excalibur. (...)

Christophe Pollock
par William Lubtchansky

Christophe Pollock

En 1976, ma fille Irina avait comme instituteur en CP un jeune homme : Christophe Pollock. Un jour, il vint me voir sachant que j’étais directeur de la photo pour me demander mon avis : il aimait beaucoup le cinéma, il était cinéaste amateur et aurait aimé quitter l’enseignement pour travailler dans la prise de vues. (...)

A propos de Gordon Willis
Par Darius Khondji, AFC, ASC

Gordon Willis

J’aurais aimé rencontrer Gordon Willis, dont le travail a été une grande influence pour moi et sûrement aussi pour beaucoup de directeurs de la photographie de ma génération et de celle qui m’a précédé. D’une grande modernité et d’une grande rigueur, son travail était très lié à sa lecture du scénario, avec une mise en lumière et un cadre très sobres mais avec une vraie intention stylistique.

Le directeur de la photographie Darius Khondji, AFC, ASC, parle de son travail sur "Irrational Man (L’Homme irrationnel)", de Woody Allen

Les entretiens au Festival de Cannes

Darius Khondji AFC, ASC, renouvelle sa collaboration avec Woody Allen pour la cinquième fois avec Irrational Man, en Sélection officielle Hors compétition à ce 68e Festival de Cannes. Après avoir travaillé dernièrement sur plusieurs films d’époque – The Immigrant, de James Gray, Midnight in Paris et Magic in the Moonlight, de Woody Allen, et The Devil You Know, pilote réalisé par Gus Van Sant pour une série –, Darius avoue retrouver avec beaucoup de plaisir un univers contemporain.

Anesthésié par la couleur
Darius Khondji, AFC, ASC, parle de son travail sur "Too Old To Die Young", de Nicolas Winding Refn

Les entretiens au Festival de Cannes

Retenu par le tournage nocturne du nouveau clip de Thom Yorke, Darius Khondji, AFC, ASC, n’a pu faire qu’un rapide aller-retour sur la Croisette pour voir des films. Trop tard, en tout cas, pour assister à la projection au Grand Théâtre Lumière d’une partie de la série "Too Old To Die Young", qu’il a photographiée, avec Diego Garcia, pour Nicolas Winding Refn. Il a quand même trouvé le temps de nous parler, au téléphone, de ce tournage à Los Angeles... (FR)

Anaesthetized by colour
Dharius Khondji, AFC, ASC discusses his work on Nicolas Winding Refn’s film "Too Old To Die Young"

Les entretiens au Festival de Cannes

Held up by the night shooting of Thom Yorke’s new music video, Darius Khondji, AFC, ASC, was only able to make a quick round-trip to Cannes this year. Too late, in any case, to be able to attend the screening at the Grand Théâtre Lumière of a part of the series "Too Old To Die Young", which he and Diego Garcia shot for Nicolas Winding Refn. He was, however, able to find some time to speak with us, by phone, about this shoot in Los Angeles… (FR)

Entretien avec le directeur de la photographie Darius Khondji, AFC, ASC, à propos du film "Midnight in Paris" de Woody Allen

Entretiens avec des directeurs de la photographie

Après avoir photographié les films de Caro et Jeunet – Delicatessen, La Cité des enfants perdus – Darius Khondji, AFC, ASC, se fait remarquer aux Etats-Unis et travaille à New York avec plusieurs réalisateurs : David Fincher, Roman Polanski, Sydney Pollack, Wong Kar-wai. A partir de 2009, il travaille de nouveau à Paris avec Stephen Frears pour Chéri, avec Michael Haneke pour Amour, – des titres qui prouvent qu’il fait bien de revenir en France ! – et Woody Allen pour Midnight in Paris.
Darius Khondji n’avait pas tourné avec Woody Allen depuis Anything Else, en 2003. Son agenda très serré ne lui avait pas permis de retravailler avec le cinéaste qu’il qualifie de « véritable artiste américain qui se fiche du box-office ! ».

Les derniers cadeaux d’Andrée Davanture

Andrée Davanture

Pour évoquer le souvenir de la chef monteuse Andrée Davanture récemment disparue, Jenny Frenck, chef monteuse, témoigne.
« Ma rencontre avec Andrée Davanture a été l’une des plus importante de ma vie professionnelle. Dédée pour moi, c’est " Atria ". 16, boulevard Jules-Ferry, au-dessus des Tapis d’Orient. Un lieu devenu mythique qu’avait créé Dédée pour faire exister le cinéma d’Ailleurs, qui était toute sa passion. »

Director of photography Darius Khondji, AFC, ASC, talks about his work on Woody Allen’s “Irrational Man”

Les entretiens au Festival de Cannes

Darius Khondji, AFC, ASC, is collaborating with Woody Allen for the fifth time on Irrational Man, an official Out of Competition selection at the 68th Cannes Film Festival. _ Having most recently worked on several period pictures—James Gray’s The Immigrant, Woody Allen’s Midnight in Paris and Magic in the Moonlight, and The Devil You Know, a pilot for a series directed by Gus Van Sant—Darius admits finding great pleasure in returning to a contemporary universe.

Le directeur de la photographie Armand Marco, AFC, s’en est allé

Armand Marco

Le faire-part annonçant la disparition d’une connaissance amie de longue date nous prend bien souvent au dépourvu : on s’en veut par contrecoup de n’être pas venu plus tôt aux nouvelles. Celle de la disparition d’Armand Marco, membre de l’AFC, survenue samedi 20 février 2016 à l’âge de soixante-dix-sept ans, à Yerres, a attristé bon nombre d’entre nous. Armand fut l’un des piliers de notre association de longues années durant.

Passing of Cinematographer Armand Marco, AFC

Armand Marco

The announcement of the passing of a long-time friend often takes one by surprise : in reaction, one wishes that one had heard about the news earlier. The passing of Armand Marco, AFC Member, occurred on Saturday, 20 February 2016 at the age of 77 in Yerres. It was sad news for many of us. Armand was one of the pillars of our association for many years.

Le directeur de la photographie Darius Khondji, AFC, ASC, parle de son travail sur "The Immigrant", de James Gray

Les entretiens au Festival de Cannes

Darius Khondji est sûrement l’un des directeurs de la photo de l’AFC le plus connu internationalement et celui qui nous offre une très grande diversité d’images. Probablement à cause, ou grâce, aux réalisateurs très différents qui font appel à lui, de Caro et Jeunet (Delicatessen, La Cité des enfants perdus) à ses débuts, en passant par Wong Kar-waï (My blueberry nights), David Fincher (Seven) ou encore Woody Allen (Anything Else, Minuit à Paris, To Rome with Love) et dernièrement Michael Haneke (Funny Games US et Amour). Impossible de tous les citer – 44 films ! – mais une première collaboration avec James Gray, en compétition pour la quatrième fois à Cannes, qui vient nourrir sa filmographie d’une nouvelle expérience. (BB)

Cinematographer Darius Khondji, AFC, ASC, discusses his work on "Love" by Michael Haneke

Les entretiens au festival de Cannes

Since his beginnings as a director of photography in the early 1990’s alongside Jean-Pierre Jeunet and FJ Hossang, Darius Khondji, AFC, ASC, has developed an international reputation through his work on films by some of the greatest directors on both sides of the Atlantic. His impressive filmography includes David Fincher’s Seven, Roman Polanski’s The Ninth Gate, Wong Kar-wai’s My Blueberry Nights, or Midnight in Paris by Woody Allen. Today, he is competing in the 65th Cannes Film Festival with his film Love, directed by Michael Haneke.
This is his second film with this great director, following Funny Games in 2007.