Next Shot étoffe son catalogue

par Next Shot La Lettre AFC n°314

Next Shot étoffe son parc de location d’un nouveau produit lumière innovant, le projecteur Parallel Beam DPB70 de Dedolight.

Cette source HMI de 1 200 W génère un puissant faisceau lumineux, utilisable en direct ou avec les kits de réflecteurs Lightstream. Ses rayons parallèles permettant de simuler plusieurs sources lumineuses sans aucune perte.
Des essais très concluants ont été réalisés fin septembre avec l’équipe de Cartoni France pour le tournage de la série "Germinal", réalisée par David Hourrègue et photographiée par Xavier Dolléans.

Le DPB70
Le DPB70

Les tests réalisés à La Cité du Cinéma

Tests réalisés à La Cité du Cinéma
Tests réalisés à La Cité du Cinéma


Tests réalisés à La Cité du Cinéma
Tests réalisés à La Cité du Cinéma

Le témoignage de Xavier Dolléans, directeur de la photographie sur le tournage de "Germinal" au Fort de Seclin

Sur le tournage de "Germinal" au Fort de Seclin
Sur le tournage de "Germinal" au Fort de Seclin


Xavier Dolléans : Sur "Germinal", nous avons défini dès le départ, avec le réalisateur David Hourrègue, un "moodboard" très précis. Saisonnalité, paysage, western, contraste, fumée, noirs profonds... des références précises et des ambiances marquées.
J’avais notamment envie que les environnements des mineurs en dehors des mines (corons, bars, bâtiments en surface) soient systématiquement "percés" par des faisceaux de lumière, comme si le contact avec la lumière en surface pouvait être pénible et douloureux pour les mineurs, à cause du temps passé au fond de la mine sans lumière, justement.

Pour ce genre d’effet très fort, mon idée au départ était de partir avec des Molebeams. Et puis je me suis souvenu de la gamme Lightstream de Dedolight, découverte lors d’un Micro Salon de l’AFC. Nous avons fait une journée de tests avec Anais Kieffert, de Next Shot, et Régis Prosper, de Cartoni-Dedolight, et je suis tombé amoureux de cette gamme !

Sur le tournage de "Germinal"
Sur le tournage de "Germinal"


Le DPB70 est très puissant et ne consomme que 1 200 W. Sa puissance lumineuse est largement supérieure à celle d’un Molebeam 1200. Et surtout, ce qui est très intéressant, c’est son réflecteur "parallel beam", qui agit sur le faisceau lumineux en le rendant parallèle à la sortie du projecteur, donnant du coup l’impression que le projecteur se situe "à l’infini", au moins 20 m en arrière de la position où il se trouve en réalité.

Cette astuce de fabrication des réflecteurs, couplée à la gamme de miroirs Dedolight, permet, selon les installations, de donner l’impression que les projecteurs sont très loin ou très haut ! Le dégradé de lumière en intérieur devient très naturel, les comédiens peuvent s’approcher des fenêtres sans donner l’impression de s’approcher des projecteurs. La puissance du DPB70 permet également de "percer" les vitraux des églises et de réellement éclairer à travers eux en gardant les effets de faisceaux.

Nous utilisons aussi la gamme DPBA sur Dedolight 400 HMI ou sur DLED 10. C’est un système optique de la gamme Lightstream qui amplifie le faisceau lumineux optiquement en le rendant, lui aussi, parallèle à la sortie du projecteur (Parallel Beam Intensifier). Je dois dire que je me suis habitué au rendu très naturel et puissant des faisceaux, tout à fait adapté à nos envies de faisceaux lumineux durs et intenses.

Sur le tournage de "Germinal"
Sur le tournage de "Germinal"


Associer ces projecteurs avec les miroirs Dedolight de différentes densités est très intéressant également. Les miroirs (de 1 à 4) permettent d’étaler plus ou moins les faisceaux, de jouer sur les duretés des rayons. "Germinal" se déroulant sur plusieurs saisons, j’ai pris l’habitude au fil des séquences de changer les miroirs pour créer des soleils plus ou moins intenses en fonction des moments de l’année.

D’autre part, de manière générale, j’aime beaucoup utiliser des projecteurs de découpe en indirect (Source 4 tungstène, Bug a Beam 400/800, Source Four LED etc.), et pour les fortes puissances, je demandais souvent à Joachim Imbard, mon chef électricien, le Joker Bug 1600 + Bug a Beam, qui est un accessoire assez peu répandu finalement.

Le DPB70 est donc devenu pour moi le projecteur très concentré que je peux utiliser en rebond sur les plafonds, dans les tunnels, les églises, les granges, tous les grands volumes où les découpes classiques sont trop faibles. Il est très puissant et précis à la fois.

La gamme Lightstream de Dedolight (Parallel Beam, Parallel Beam Intensifier, miroirs) me permet de travailler comme j’aime le faire en lumière : en mélangeant des faisceaux très durs et intenses en direct avec des réflexions sur de multiples surfaces, me permettant ainsi de maintenir en permanence l’équilibre entre dureté et douceur, qui m’est si cher.

Le témoignage de Joachim Imbard, chef électricien
Le DPB70 est un projecteur très facile à travailler dans un premier temps. L’effet "miroir" concentré au maximum nous permet d’avoir un faisceau vraiment très directif qui ne s’étale quasiment pas avec la distance et permet un effet "beam" extrêmement efficace.

Sur le tournage de "Germinal"
Sur le tournage de "Germinal"


Facile à installer, il est aussi pratique : lampe de 1 200 W, ballast petit et ergonomique, branchement en 16 A, tout cela fait que les temps d’installation et de réglages sont extrêmement courts.
Couplé aux miroirs Lightstream de Dedolight, il permet des installations qui étaient auparavant assez compliquées à mettre en œuvre.
Les miroirs (de densité réfléchissante allant de 1 à 4) sont aussi des outils qui se marient parfaitement avec l’effet hyper-directionnel des DPB70.

Je pourrais ajouter que nous utilisons aussi beaucoup les têtes DPBA sur les Dedolight HMI 400 W, ainsi que sur les DLED 10 avec les miroirs de 50 cm pour les entrants par les fenêtres. Ils font partie des outils que nous utilisons très régulièrement sur ce tournage.