Nos femmes

Nos femmes est un film d’après la pièce éponyme qui a eu beaucoup de succès durant l’hiver 2013-2014. C’était le 4e film que je tournais avec Richard Berry. C’était un peu différent cette fois-ci et pas toujours évident, car Richard avait les casquettes de réalisateur et d’un des acteurs principaux du film.

Nous avons tourné deux semaines en extérieur à Paris, cinq semaines en studio à Aubervilliers avec un grand fond vert et une semaine en Corse.
C’est évidemment d’abord un film d’acteurs avec énormément de dialogues à couvrir. D’où l’idée d’un tournage à deux caméras (Valentin Monge et moi-même). Les acteurs connaissaient parfaitement leur texte. Il fallait donc trouver une manière de tourner qui pouvait leur permettre d’aller toujours le plus loin dans le dialogue de chaque séquence.
Pour cette raison, en studio, tout l’éclairage était accroché et sur jeux d’orgue. On tournait beaucoup de plans séquences (même si après, au montage, ces derniers étaient découpés). Du coup, il était parfois difficile d’arriver à éclairer les visages précisément, mais je voulais laisser à la mise en scène et aux acteurs toute la liberté de jeu et dès que c’était possible, on installait des sources sur pieds pour arriver à éclairer un peu mieux les visages.
Avec l’appartement, nous avions un très beau décor principal créé par Philippe Chiffre.
Pour éviter de se sentir trop enfermé visuellement, nous avions décidé, bien en amont, de concevoir une grande découverte avec des immeubles haussmanniens et la vue sur la Tour Eiffel. On a donc installé un grand fond vert à une distance de 9 mètres du décor. Avec cette distance on avait assez de recul pour la lumière afin d’obtenir des rayons de soleil assez crédibles et nets (avec des Alpha 18 kW, qui produisent des ombres nettes).
On avait tourné les pelures avec les diverses ambiances (jour, fin de jour, chien et loup, nuit, matin ensoleillé) avant le début de tournage en Red 6K et en sphérique. Ce qui m’a permis de connaitre plus tard en studio les directions de lumière et des ambiances à reproduire et à raccorder.
Avec Richard, nous cherchions à tout moment l’élégance, la fluidité et "la beauté" d’un plan sans trop prendre en considération que l’on tournait une comédie. C’est aussi dans ce souci de beauté qu’on a décidé de tourner en anamorphique (Hawk). Souvent on a utilisé leurs deux excellents zooms (Front Anamoprhic et avec une ouverture de T2.8), qui étaient particulièrement utiles pour le tournage à deux caméras.
Le Scope, en revanche, a compliqué un peu la tâche aux VFX pour l’intégration des pelures mais, à mon goût, cela en valait vraiment la peine.

Un merci particulier à :
- Mon équipe toute entière
- A mon équipe caméra entièrement féminine avec, en tête, Maud Lemaistre
- Karine Feuillard, DIT imperturbable et constamment d’humeur agréable
- Rodolphe Chabrier et Jean-Louis Autret, de Mac Guff, pour leur beau travail de VFX
- Alexander Bscheidl, de Vantage Paris, un allié de taille
- Didier Diaz, de Transpalux.

Nos femmes
Production : La Petite Reine Productions - Thomas Langmann
Producteur executif : Daniel Delume
Directeur de production : Benjamin Phuong Dung
Chef décorateur : Philippe Chiffre
Créatrice de costumes : Laurence Struz.

Portfolio

Équipe

1res assistantes caméra : Maud Lemaistre et Océane Lavergne, assistées par Carole Gargam et Paloma Pineda
DIT : Karine Feuillard
Chef électricein : Laurent Héritier
Chef machiniste : Jean-Pierre Deschamps
Etalonneur rushes : Reginald Galienne sur Scratch
Coloriste : Fabrice Blin sur Lustre

Technique

Matériel caméra : Vantage Paris (Arri Alexa Studio, Alexa Plus, Alexa M en Arri Raw, optiques Hawk Anamorphic V-Plus, zooms et séries V-Lite et V-Plus, Kowa Anamorphic (pour la Corse)
Aquacam avec Alexa Plus XT équipé d’un Hawk V-Lite 35mm
Pelures tournées en Red Dragon 5K et Zeiss Master Primes
Matériel lumière : Transpalux
Matériel machinerie : Transpagrip
Laboratoire numérique : Technicolor Entertainment Services France
Effets visuels : Mac Guff – Rodolphe Chabrier et Jean-Louis Autret