Plus Camerimage : Master Class de Pierre Lhomme, avec la participation de Bruno Delbonnel

par Benjamin B

par Pierre Lhomme La Lettre AFC n°183

Je reste fidèle au festival Plus Camerimage, ayant fait le voyage en Pologne une douzaine de fois, et notamment la première année à Torun. Malgré quelques problèmes de fonctionnement, ce festival est devenu incontournable, pour les rencontres qu’on y fait, pour ses projections et aussi pour ses ateliers (Workshops) et ses cours magistraux (Master Class) avec un public d’une centaine d’étudiants du monde entier.
Cette année, j’ai eu la chance de modérer deux Master Class et de participer au Workshop AFC. Rémy Chevrin m’a demandé si je voulais bien faire un compte-rendu de mon expérience. Le voici.

Le thème défini par Pierre était son désir constant de travailler avec une lumière naturelle qu’il qualifie de « partenaire versatile et exigeant, et aussi un modèle ». Le principe de la Master Class était d’évoquer ce thème en commentant une série d’extraits de films, dans un ordre plus ou moins chronologique. Bruno Delbonnel a amicalement accepté de participer en tant que " témoin " cinématographique. Vu le public, nous avons décidé de tenir la Master Class en anglais.
Les extraits projetés venaient des films suivants : Le Combat dans l’île d’Alain Cavalier 1962, L’Américain, un court métrage d’Alain Cavalier 1958, Le Joli mai de Chris Marker et Pierre Lhomme 1962, L’Armée des ombres de Jean-Pierre Melville 1968, Le Sauvage de Jean-Paul Rappeneau 1975, Jefferson in Paris de James Ivory 1995, Camille Claudel de Bruno Nuytten 1988 et Cyrano de Bergerac de Jean-Paul Rappeneau 1990. Grâce à l’aide de Patrick Leplat, nous avons réussi une projection vidéo d’une grande finesse, offrant une gamme étendue de contraste, sans avoir une pleine définition.
A partir de ces extraits, nous avons parlé de l’évolution des outils cinématographiques, et surtout du parcours individuel de Pierre qui, à travers sa longue carrière, est revenu sans cesse à l’évocation du crépuscule, de la nuit, de l’aurore, mais avec une maîtrise chaque fois accrue. Par ailleurs Bruno a été particulièrement éloquent sur la modernité de l’image de L’Armée des ombres.

La Master Class était parrainée par Panavision, et nous devons un grand merci à Alain Coiffier, qui a initié le projet. Je tiens à remercier aussi Patrick Leplat, l’équipe de Panavision Pologne et Dominique Gentil, pour son aide généreuse avec la lumière et le cadre. Je dois ajouter que ce fut à la fois un grand bonheur, et un grand honneur, de travailler avec Bruno et Pierre, et je remercie Bruno pour son aide discrète et amicale. Je prépare une vidéo de cette Master Class pour le web, avec le parrainage de Panavision et K 5600.

Pierre Lhomme et Bruno Delbonnel