Plus Camerimage : Workshop AFC avec Robert Alazraki, Eric Guichard et Marc Koninckx

par Benjamin B

Le thème de ce Workshop était " Le visage dans la pénombre ", et la règle du jeu était d’éclairer un même plan avec trois directeurs photo, et donc trois lumières différentes. J’ai été heureux de participer en tant que traducteur et commentateur, en ma qualité de membre consultant de l’AFC.

Pendant le Workshop, le signal vidéo de la caméra Genesis passait par un GDP, une " gamma box ", dont Patrick Leplat se servait pour appliquer une LUT afin de visualiser l’image correctement dans le gamut vidéo des grands écrans Plasma dans le studio Opus.

Et la lumière fut...
Et la lumière fut...
Workshop AFC
Photo Marc Galerne


.

Le plan répété trois fois était simple, une femme entre dans le décor, suivie d’un homme, et s’arrête devant la caméra ; derrière on voit une fenêtre et une lampe avec abat-jour. Robert commence avec une grande simplicité, en éclairant avec une seule source latérale, un projecteur Alpha 4K à travers la fenêtre du décor avec une gélatine CTO. Il couvre un mur de noir pour éviter la lumière réfléchie, puis y positionne une étroite bande de papier blanc, pour ressortir le côté droit du visage de la femme.

Lumière "source unique" de Robert Alazraki
Lumière "source unique" de Robert Alazraki
Photo Benjamin B


.

Robert termine en disant que l’éclairage avec une source unique a des avantages, sans toujours être aussi simple que cela paraît, et il souligne que la place du projecteur est déterminante pour réussir ce choix de lumière.

Robert Alazraki, à droite
Robert Alazraki, à droite
lors du Workshop AFC
Photo Marc Galerne


.

Tout en évoquant des approches artistiques qui font référence aux peintres, photographes, et films, Marc commence en insistant sur l’importance d’être attentif à la lumière existante comme point de départ naturel. Et ceci non seulement pour combler un manque de moyens, mais aussi pour stimuler des découvertes et innovations personnelles. Avant de recourir à une lumière complètement refabriquée, Marc encourage donc les étudiants à suivre leurs perceptions individuelles. La seule contrainte de cette méthode de travail, dit-il, est de conserver cette lumière " existante " pendant la durée de la séquence.

Pour sa version, Marc prend donc comme point de départ la lumière présente dans le studio Opus. Il propose de travailler à partir des lumières de service : 3 lampes " mercure " au plafond qui serviront de contre-jour pour les acteurs dans le décor. Une fenêtre voilée en arrière-plan est éclairée par ces mêmes sources et la femme passe devant en silhouette avant sa position finale.

Une lampe avec abat-jour en arrière-plan est allumée pour créer de la profondeur. La " gamma box " de la Genesis est utilisée pour désaturer la lampe abat-jour et diminuer la tendance verte des sources utilisées (toutes équipées de gélatines correctives Green 1/4). Marc ajoute ensuite deux sources à diode Litepanel, une à gauche de la caméra qui sert de keylight pour la comédienne, et l’autre en latéral à droite pour décontraster légèrement. La touche finale est un réflecteur argenté que Marc tient à la main pour adoucir les ombres. Marc et Patrick montrent des choix de LUT différents pour affiner le " look ".

Marc Koninckx, à droite
Marc Koninckx, à droite
lors du Workshop AFC
Photo Benjamin B


.

Eric explique que son travail récent sur L’Empreinte de l’ange de Safy Nebbou lui a permis de commencer un travail de réflexion sur l’utilisation de gélatines de couleur, et il propose d’utiliser des couleurs dans la pénombre.

Il met un 5 kW tungstène à lentille de Fresnel à la place de l’Alpha 4K derrière la fenêtre, en y ajoutant une gélatine verte (fluorescent green Rosco). Il allume la lampe orange avec abat-jour qui " motive " un projecteur au-dessus du décor en contre jour sur les comédiens. Eric ajoute un Zaplight (softlight 2 fois 1 kW) avec filtre vert comme ambiance à la droite de la caméra, puis un autre Zaplight avec une gélatine sur la moitié, en réflexion sur une plaque de polystyrène derrière la Genesis.
A la fin du Workshop, Eric bascule la dominante du décor du vert au rouge, en changeant les gélatines. Dans cette configuration, la source derrière caméra est filtrée elle aussi, en laissant un petit trou de lumière blanche pour obtenir une brillance neutre dans les yeux.

Ambiance lumière d’Eric Guichard
Ambiance lumière d’Eric Guichard
Photo Benjamin B


.

Le Workshop a bien démontré la variété quasiment illimitée d’approches de lumière possible pour un même plan. Au-delà des visions différentes de Robert, Marc et Eric, la question reste évidemment la nature des scénarii ou mises en scène qui détermineraient une approche parmi les autres. C’est peut-être un sujet à affiner et rajouter aux futurs Workshops… Le Workshop AFC était parrainé par K 5600 et Panavision.
Pour ma part, je tiens à saluer l’AFC pour sa présence dynamique au festival Plus Camerimage 2008. Il faut que l’AFC prenne sa place dans cet événement mondial dédié à l’image, ce qui implique de venir de plus en plus nombreux, et, pourquoi pas, de proposer un Workshop ou une Master Class AFC chaque année…

Image finale de Robert Alazraki
Image finale de Robert Alazraki


.

Image finale de Marc Koninckx
Image finale de Marc Koninckx


.

Image finale d’Eric Guichard
Image finale d’Eric Guichard


.

Plan lumière de Robert Alazraki
Plan lumière de Robert Alazraki


.

Plan lumière de Marc Koninckx
Plan lumière de Marc Koninckx


.

Plan lumière d’Eric Guichard
Plan lumière d’Eric Guichard

Pour mémoire
LUT (Look Up Table)
Une sorte de dictionnaire de couleurs, où chaque valeur de Rouge Vert et Bleu est remplacée par une autre valeur. Une LUT est souvent appliquée au signal de sortie de la Genesis pour prévisualiser l’image correctement sur un moniteur vidéo, en prenant en compte l’effet du Panalog et la gamme de couleurs du moniteur.

Panalog
Une LUT appliquée au signal interne de la Genesis qui étend les valeurs sombres du signal. Le Panalog est un moyen de préserver la dynamique du signal linéaire d’origine de 14 bits en enregistrant un signal quasi-logarithmique dans les 10 bits du format HDCAM SR.