Prises de vues sous un éclairage public

les aides proposées par Rosco

by Rosco / DMG AFC newsletter n°109

Il n’y a pas de solution miracle pour les problèmes dus à l’éclairage public lors des prises de vues, mais Rosco vous propose un système qui peut vous aider.

Les lampes à décharge destinées à l’industrie (Fluorescence, mercure, sodium, iodure métallique)
Ces lampes produisent une lumière en créant un arc électrique au sein d’une ampoule remplie de gaz. Leur colorimétrie est souvent améliorée par l’adjonction de phosphores ou de métaux. L’étendue de la gamme de ce type de lampe offre des performances photométriques qui, pour certaines, sont inexploitables. En effet, le cahier des charges de ce type de source répond à une application industrielle. De ce fait, l’on constate une certaine irrégularité des performances photométriques de ces lampes.
L’utilisation d’un thermocolorimètre est vivement conseillée.

  • Les tubes fluorescents
    L’usage de la fluorescence demeure sans conteste le type d’éclairage intérieur le plus répandu dans les lieux commerciaux, industriels et certaines applications domestiques. La diversité de la gamme fait qu’il est possible d’avoir des tubes éclairant d’une lumière proche de l’ambre, jusqu’à des monochromatiques bleus, verts, en passant par les incontournables tubes blancs industrie. Le faible indice de rendu de couleur (IRC) ainsi que les dominantes de vert ou de magenta sont les seuls points communs de ces lampes. Bien sûr, il existe des tubes fluorescents (Kino flo), répondant aux problèmes techniques liés à la prise de vues, mais ils ne sont utilisés que pour un usage photographique et n’existent pour ainsi dire pas dans les lieux industriels. Ils devront donc être filtrés afin de s’accorder avec l’éclairage ambiant.
  • Les lampes à vapeur de mercure
    On reconnaît ces lampes à leur éclairage bleu clair. Elles sont souvent utilisées en extérieur pour l’éclairage des routes, et sont très courantes dans les usines et les entrepôts. Un rendu important dans les bleus et les verts les caractérisent, et certaines versions de ce type de lampe ont un spectre dépourvu de rouge. Les versions à spectre " amélioré ", à l’aide d’un filtre au phosphore sont utilisables, mais nécessitent tout de même une correction lors des applications photographiques.
  • Les lampes à vapeur de sodium
    Il en existe deux catégories, les lampes dites à basse pression et les lampes dites à haute pression. Les lampes à basse pression sont reconnaissables à leur spectre monochromatique orange. En dehors des USA, elles sont utilisées sur les réseaux autoroutiers, les aires de parking et parfois comme éclairage de secours. De par leur spectre irrégulier, elles doivent être corrigées. Les lampes à haute pression ont une apparence visuelle de couleur paille claire. Elles sont couramment utilisées pour l’éclairage extérieur urbain dans les usines et les entrepôts. Leur spectre colorimétrique est riche dans les jaunes, les verts et très pauvre dans les rouges et les bleus. Elles doivent aussi être corrigées.
  • Les lampes à iodure métallique
    Il s’agit de lampes à vapeur de mercure renfermant des additifs métalliques permettant d’obtenir un meilleur IRC. Avec un spectre proche de la lumière du jour, leur utilisation est très courante dans les applications commerciales où le rendu de couleur est important, (vitrines de magasin, centres commerciaux, stades…). Une petite dominante de vert est tout de même observée. Les lampes HMI sont une version spécialisée de cette gamme.