Projet de douze studios de cinéma proposés par TSF Studios et Backlot 77 sur l’aérodrome de Coulommiers

Contre-Champ AFC n°338



Dans un article publié dans Le Monde du 22 décembre 2022, Nicole Vulser évoque un accord conclu avec la préfecture de Seine-et-Marne pour le démarrage de la construction, par TSF Studios et Backlot 77, de douze studios cinématographiques et de décors extérieurs sur la base de l’aérodrome de Coulommiers, ces derniers devant être livrés à l’été 2023 et les studios, fin 2024.

Ce projet est dans les cartons depuis février 2022, d’après un compte rendu d’une réunion du Conseil d’Agglomération Coulommiers Pays de Brie (CACPB) du 8 février 2022 qui exposait les faits ainsi :
L’aérodrome de Coulommiers-Voisins étend son emprise sur les finages des communes de Giremoutiers, Maisoncelles en Brie, Mouroux, et Pommeuse, couvrant une emprise globale de 400 h. Cet aérodrome destiné aux services à courtes distances, accueille aujourd’hui les amateurs de vol à moteur et à voile. Propriété de la Direction Générale de I’Aviation Civile et de l’Etat, une partie de l’aérodrome est aujourd’hui dévolue à des activités autres que celles liées à l’activité aéronautique.
Les terrains situés sur la partie Nord de l’emprise de l’aérodrome initialement occupés par une piste orientés Sud-Ouest Nord-Est (dite "piste allemande") et deux ensembles d’alvéoles de garages sous la forme de « marguerites », sont aujourd’hui partiellement cultivés, sur les parties non occupées par les infrastructures, afin d’éviter le développement de friches.
Le secteur dit « des marguerites », grâce aux infrastructure encore présentes mais également en raison de son caractère plan et des vues dégagées, fait aujourd’hui l’objet d’un projet d’installation d’un ensemble de constructions et d’infrastructures destinées à accueillir des tournages de cinéma.

Ce projet s’appuie sur la réalisation d’un vaste parc composé d’un ensemble de constructions et d’installations susceptibles d’offrir à l’échelle de la Région Ile de France une offre opérationnelle en matière de studios de tournages. L’objectif étant de mettre à disposition des productions nationales et internationales un site réunissant tous les éléments nécessaires (ateliers, studios, plateaux de tournage, zone de décors...) à la réalisation de productions cinématographiques ou télévisuelles.
Le choix du site de l’aérodrome de Coulommiers-Voisins s’est appuyé sur la proximité géographique de la Communauté d’Agglomération avec Paris, la topographie plane du site et surtout le caractère ouvert et dégagé, offrant des profondeurs de champ exemptes de toutes constructions, permettant de répondre aux besoins des productions cinématographiques en matière de tournage en extérieur. Les emprises potentiellement mobilisables permettent d’installer des espaces de décors modulables dans le temps et l’espace, ainsi que toutes les infrastructures techniques nécessaires à l’évolution de ce site (ateliers de construction des décors...), permettant ainsi de créer un site de productions d’envergure.
L’installation d’un tel projet à l’échelle de la Communauté d’Agglomération présente de nombreux intérêts directs et induits pour le territoire, tant en matière de développement économique que d’attractivité touristique. En matière de développement économique, l’installation de ce site va permettre la sollicitation, à la fois de l’offre locale en matière d’hébergement et de restauration, afin d’accueillir les équipes techniques pendant les phases de tournage, et tout un ensemble d’emplois directs et indirects. De nombreux corps de métiers sont en effet susceptibles d’intervenir tant en amont lors de préparation des décors (menuisiers, électriciens...) que lors des phases de tournage, permettant d’escompter la mobilisation des entreprises locales. De plus la réalisation d’un complexe spécialisé susceptible d’accueillir des productions nationales et internationales est également un élément à même de valoriser la connaissance et le rayonnement du territoire tout en apportant un ensemble de savoir-faire.

La réalisation d’un pôle spécialisé dans les productions cinématographiques à l’échelle du territoire de la Communauté d’Agglomération Coulommiers Pays de Brie apparait comme un projet majeur en matière d’aménagement de développement territorial, permettant non seulement, d’offrir une nouvelle vocation à ces espaces déjà artificialisés aujourd’hui à la frange de l’aérodrome, mais surtout en permettant l’installation de nouvelles activités au sein du territoire à même de renforcer l’offre d’emplois directs et indirects, l’inscrivant dans une réelle opportunité en matière d’intérêt général.
Un périmètre d’environ 52 ha en appui sur les espaces situés au droit des « marguerites », positionné dans le quart Nord-Ouest de l’emprise de l’aérodrome a été identifié pour permettre l’installation et le développement de ce projet, concernant principalement le territoire des communes de Maisoncelles en Brie et de Pommeuse. La concrétisation de ce projet nécessite toutefois la prise en compte des dispositions réglementaires en matière d’urbanisme et d’environnement et nécessite une adaptation, des documents d’urbanisme en vigueur à l’échelle du périmètre de projet.

Plan du Blacklot 77 de TSF à Coulommiers
Plan du Blacklot 77 de TSF à Coulommiers

Lu dans l’article du Monde
Dans un contexte de saturation de l’ensemble des infrastructures de production en Europe et au moment où France 2030 va distribuer une manne de 350 millions d’euros pour permettre aux acteurs français de combler leur retard, ce projet est le seul qui combine cinéma et aérien.
Sur cet aérodrome qui restera en activité, 52 hectares d’espaces protégés seront réservés aux tournages et auront pour particularité de permettre des séquences aériennes, en utilisant un tarmac et une longue piste de décollage. Un décor de cellule d’Airbus A300 intégrant une cabine et un cockpit d’Airbus A320 sera proposé aux producteurs. Une première en Europe. [...]
L’organisation des séquences aériennes reste complexe au cinéma. Il faut des terrains qui offrent « une perspective dégagée et peu d’obstacles visuels », explique Thierry de Segonzac, PDG de TSF. [...]
Un protocole d’accord doit être signé avec Aéroports de Paris (ADP) et un groupe de travail qui réunit aussi ADP et la Direction générale de l’aviation civile doit définir cette coexistence entre les activités aériennes et celle des tournages. Des restrictions temporaires de l’usage public de l’aérodrome seront nécessaires. D’autres négociations se poursuivent pour rénover une piste non utilisée, "la piste allemande", qui pourrait être consacrée aux cascades ou aux effets spéciaux. Une tour de contrôle sera également financée par TSF. Il n’y en aura pas que pour les avions, puisque des wagons SNCF devraient être transférés à Coulommiers, tout comme des rames de métro parisien, pour faciliter les tournages de séquences toujours difficiles à réaliser dans des lieux publics. [...]
Le budget de l’ensemble de ce projet est évalué à 53 millions d’euros, dont 14 millions financent son caractère environnemental. Ce qui passera par la construction d’ateliers de menuiserie numérique, de murs de LED, de toits végétalisés… Sur le site entouré de terres agricoles, TSF utilisera notamment la biomasse pour le chauffage des bâtiments. Le groupe a postulé à une aide de France 2030, en espérant que cette manne lui permette de financer les surcoûts liés à sa politique environnementale. [...]

(Nicole Vulser, Le Monde, jeudi 22 décembre 2022)